Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Les rebelles du M23Les rebelles du M23

Radio Okapi

L’organisation internationale Human Rights Watch (HRW) demande au gouvernement congolais de s’assurer que le Rwanda et l’Ouganda traduisent à la justice des leaders du M23 et ceux des autres groupes armés impliqués dans de graves atteintes aux droits humains. HRW l’a signifié au Président Joseph Kabila dans une lettre qu’elle lui a adressée mercredi 29 janvier. 

 

HUMAN RIGHTS WATCH LOGOHuman rights watch déplore le fait que plusieurs dirigeants du M23 figurant sur la liste des sanctions des Nations unies circulent librement dans ces deux pays voisins à la République démocratique du Congo, malgré l’engagement qu’ils ont pris en signant l’accord cadre d’Addis-Abeba :

« Ces pays se sont aussi engagés à faciliter l’administration de la justice grâce à la corporation judiciaire dans la région. Donc, ils ont l’obligation de s’assurer que ces gens soient arrêtés et traduits en justice », a affirmé Ida Sawyer, chercheuse auprès de Human rights watch.

En février 2013, onze pays africains signataires de cet accord, dont le Rwanda et l’Ouganda, s’étaient engagés en présence du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon, à œuvrer ensemble pour le retour de la paix dans l’Est de la RDC.

Selon Ida Sawyer, la RDC doit veiller à ce que les dirigeants des groupes armés soient arrêtés :

« Human Rights Watch a envoyé cette lettre au Président Joseph Kabila pour lui rappeler de faire des mesures concrètes pour s’assurer que les leaders du M23 et des autres groupes armés, qui sont responsables des graves violations des droits humains, soient arrêtés et traduits en justice ».

HRW, qui a demandé au Gouvernement congolais de s’assurer que les accusés ne seront pas passibles de la peine de mort, tient tout de même au respect des procédures judiciaires « pour s’assurer que des responsables de crimes passés ne commettent pas de nouvelles violations et que les victimes, ainsi que les familles de la société congolaise dans son ensemble, obtiennent justice », a ajouté Ida Sawyer.

 Lire aussi sur radiookapi.net :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article