Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Tribune Franco-Rwandaise

 

Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communications et médias de la RDC ce 28/07/2011 à Kinshasa, lors d’un point de presse. Radio Okapi/ Ph. John BompengoLambert Mende Omalanga, ministre de la Communications et médias de la RDC ce 28/07/2011 à Kinshasa, lors d’un point de presse. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Revue de presse kinoise du 24 juin 2013

Relayant des propos de Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, Forum des As rapporte qu’il est une fois de plus attesté que c’est bien dans le territoire du Rwanda que se trouve la main qui arme les criminels du M23.

Selon le ministre Mende, 16 étudiants rwandais ont demandé et obtenu l’asile en Ouganda, déclarant être victimes du harcèlement des autorités de leur pays pour avoir refusé de se joindre aux forces négatives congolaises du M23, rapporte le journal.

Pour le Gouvernement de la RDC, explique Forum des As, «la nouveauté c’est que les commanditaires de la guerre contre la RDC se permettent de contraindre des étudiants rwandais à rejoindre les forces négatives après la signature de l’accord-cadre d’Addis-Abeba engageant tous les gouvernements des pays de la région».

Toujours sur la crise dans l’Est, Le Potentiel estime que, s’étant jusque-là accroché à l’option politique et diplomatique, Kinshasa doit évidemment, au regard de la situation d’enlisement à Kampala, expérimenter la voie militaire – seule en mesure de décourager l’aventure militaire du M23.

Une option plausible, que le gouvernement n’est pas prêt à mettre en œuvre, affirme le journal, l’objectif du gouvernement n’étant pas d’aller en guerre, selon des propos du porte-parole du gouvernement.

«L’option demeure triptyque : le premier axe est politique, le deuxième diplomatique. L’option militaire n’est envisagée que comme dernier recours», a clairement indiqué, Lambert Mende, selon Le Potentiel.

Dans un autre chapitre, le journal La République annonce qu’à l’Enseignement primaire, secondaire et professionnelle (EPSP), 500 000 élèves finalistes sont attendus à l’Examen d’Etat ce lundi 24 juin pour l’édition 2013.

De son côté, Le Potentiel révèle que le ministre de l’EPSP a visité samedi 22 juin quelques centres de la ville de Kinshasa afin de se rendre compte des préparatifs de l’organisation de ces épreuves nationales.

Satisfait, selon le journal, Maker Mwangu a félicité ses collaborateurs pour le travail abattu, invitant en même temps les candidats à se rendre nombreux et à temps, ce lundi, aux centres où ils ont été enregistrés.

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article