Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Tribune Franco-Rwandaise

Le Conseil National pour le Changement Démocratique –CNCD- déclare au peuple Rwandais, aux amis du Rwanda ainsi qu’à la communauté internationale ce qui suit :

  1. L’insécurité permanente dans la Région des Grands Lacs, notamment à  l’Est de la RDC,  a débuté au lendemain du lancement  de l’attaque du FPR contre  le Rwanda, le 1er octobre 1990. Cette guerre, commencée dans le Nord du pays où le FPR a commis de graves exactions contre les populations locales, a poussé des centaines de milliers de déplacés, rescapés de ces massacres, à s’amasser aux portes de la ville de Kigali, dans le camp de Nyacyonga. Les massacres se sont amplifiés et l’attentat contre l’avion présidentiel rwandais dans lequel ont péri deux Chefs d’Etat en exercice, Juvénal HABYARIMANA du Rwanda et son homologue burundais Cyprien NTARYAMIRA, en provenance de Dar-es Salaam où ils venaient de participer à une réunion sur la mise en application des Accords de Paix d’Arusha, servit de détonateur à des massacres à grande échelle qui allaient rapidement se transformer en ce que les Nations Unies ont appelé le génocide rwandais. L’insécurité liée à la reprise meurtrière des hostilités et à l’avancée implacable du FPR avait provoqué l’exode sans précédent en Afrique vers l’Est de la RDC. Deux années plus tard, le FPR les y a poursuivis; certains furent forcés à rentrer au Rwanda où nombre d’entre eux furent liquidés avant d’arriver à destination, d’autres furent purement et simplement massacrés, les rescapés se sont enfuis dans la forêt équatoriale pour échapper aux massacres.
  2. Le FPR est sans conteste derrière la création et la recrudescence des rébellions armées comme le M23 dans cette région des Grands Lacs africains. De même, sans le FPR, les FDLR et les autres groupes armés similaires qui participent à la déstabilisation et à l’insécurité  dans l’Est du Congo n’existeraient pas ;
  3. Le M23 est né d’un autre groupe armé connu sous le nom de RDC-Goma, devenu par après le CNDP et aujourd’hui le M23 ; les chefs de ces deux derniers mouvements, respectivement le Général Laurent NKUNDA et le Révérend Pasteur Jean Marie Vianney RUNIGA, sont confortablement hébergés par le pouvoir de Kigali ;
  4. Consterné par les exactions continuellement infligées au peuple congolais : assassinats, viols des filles et des femmes, enrôlement forcé des mineurs dans l’armée, et tant d’autres actes ignobles qui inspirent un sentiment de haine chez certains Congolais vis-à-vis de leurs frères rwandais à telle enseigne que les ressortissants rwandais vivant à l’étranger sont pris  pour des ennemis sur lesquels ils déversent leur colère ; sans oublier les images  de jet d’œufs pourris et de bouse de chevaux sur la personne du Chef de l’Etat rwandais, Paul KAGAME, lors de sa dernière visite au Royaume Uni,  qui sont dans ce contexte  une preuve éloquente que si la présence déstabilisatrice du Rwanda en RDC devait perdurer les risques d’effet boomerang  pourraient s’accélérer et monter en intensité au grand dam du peuple rwandais.
  5. Constatant que les principaux fauteurs de trouble dans l’Est de la RDC se replient toujours au Rwanda qui, au lieu de faire procéder à leur arrestation pour les traduire en justice, leur offre plutôt une base de regroupement et de ravitaillement pour pouvoir relancer des attaques meurtrières et s’adonner aux pillages des ressources de toutes sortes;
  6. Le CNCD affirme  qu’il ne peut y avoir de solution à l’insécurité dans la région des Grands sans que Kigali, le premier responsable de cette insécurité, ne se résolve à s’inscrire dans le dialogue et la négociation avec  les groupes (de l’intérieur et à l’extérieur du Rwanda) opposés à son régime, afin de chercher ensemble une solution durable aux problèmes de politique intérieure qui empêchent la paix, hypothèquent l’avenir de notre pays et mettent en danger la sécurité de toute la région ;
  7. Le CNCD saisit cette occasion pour exprimer ses remerciements et son soutien indéfectible au Président de la République unie de Tanzanie, son Excellence Monsieur Jakaya Mrisho KIKWETE, pour  l’appel au dialogue et à la négociation avec les groupes armés opposés à leurs régimes respectifs lancé à l’Ouganda, à la RDC et  au Rwanda.
  8. Le CNCD lance un appel pressant au peuple rwandais, aux partis politiques pro-FPR et dans l’opposition, à la société civile rwandaise, aux organisations non gouvernementales ainsi qu’à la communauté internationale dans son ensemble pour une action synergique visant à faire pression sur le Président rwandais afin de le contraindre à accepter les négociations de paix entre le régime et ses opposants.
  9. Le CNCD réfute catégoriquement tous les faux prétextes avancés par  l’Etat rwandais pour se dérober à la tenue du dialogue avec l’opposition.

Fait à Sion, le 29 mai 2013

Pour le CNCD :

CNR-INTWARI: Gén. HABYALIMANA Emmanuel

ODR-DUFATANYE: Amb. MUNYESHYAKA Ildephonse

FDU-INKINGI: NDAHAYO Eugène

UDFR-IHAMYE: HITIMANA Boniface

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NSANZABAGANWA Silas 31/05/2013 15:37


 NDAHAYO Eugène ! Comme il n'y a pas de photo, je ne sais pas s'il s'agit d'un homonyme ou si c'est celui que je connais: " NDAHAYO Eugène qui, au début des années' 80 (fin
décennie'70-début'80), était étudiant à Ruhande, un jeune  star sportif qui était l'un des idoles-sportifs du campus! "  Si c'est bien lui, saluez-le de ma part.    Mzee
Silas (pas Gent Silas!).

Tribune Franco-Rwandaise 31/05/2013 16:37



C'est bien lui. Je lui transmettrai votre message.