Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

Bordeaux 5 avril 2013

 

laure-de-vulpian.jpgPrésentation du Livre « Silence Turquoise, Rwanda 1992-1994. Responsabilité de l'État français dans le génocide des Tutsi », de Laure de Vulpian.

Compte-rendu rédigé par un participant à la conférence de Laure de Vulpian.

 Sur invitation de l’association Survie Gironde, le 05 avril 2013, Madame Laure de Vulpian a présenté son livre sur le Rwanda : « Silence Turquoise, Rwanda 1992-1994. Responsabilité de l'État français dans le génocide des Tutsi.

En tout et pour tout, dix neuf (19) personnes dont quelques Rwandais ont assisté à cette présentation.

La thèse de l’auteure est l’omerta imposée sur tout ce qui touche les agissements de la France au Rwanda au cours de la période 1992 – 1994, y compris le déroulement de l’opération Turquoise.

Elle déplore le refus des politiques et des militaires de communiquer sur ce sujet, tout en reconnaissant qu’une instruction judiciaire est en cours, « mollement !! ».

Après sa présentation, l’invitée passe la parole à Thierry Prungnaud, son principal témoin cité dans le livre. Sur Turquoise, celui-ci évoque surtout le cas de BISESERO, où selon lui 2000 Tutsi menacés s’étaient regroupés. Retrouvés le 27 juin 1994 par une mission de reconnaissance de Turquoise, composée entre autres d’un nommé DIEGO, celle-ci promettait de revenir trois jours plus tard pour les sauver.

Le témoin déplore que les ordres ne furent jamais donnés par sa hiérarchie, et que ces Tutsi furent laissés à la merci de leurs bourreaux.

Trois jours plus tard, lui et « d’autres gars de l’équipe » (dont il ne précise ni le nombre ni les noms) s’y rendaient quand même et retrouvaient 1000 Tutsi survivants sur les 2000 laissés par l’équipe de DIEGO. Il prétend que c’est par un acte de désobéissance qu’ils ont opéré, dans la mesure où aucun ordre ne leur avait été donné par leurs supérieurs.

Madame de Vulpian ajoute que dans Turquoise la chaîne de communication des informations était complexe, qu’il y avait manifestement un groupe d’officiers en communication directe avec l’Elysée, qu’il est probable que même le Général LAFOURCADE ne recevait pas toutes les informations. Selon elle ce groupe occulte comprendrait, entre autres, les Généraux QUESNOT et ROSIER.

Le témoin Prungnaud continue en déclarant qu’il a encore été horrifié, à son retour à Paris. Il avait montré à un de ses supérieurs une liste de 50 noms de génocidaires rwandais en sa possession (il ne précise pas comment il avait obtenu la liste, aucune question là-dessus ne lui a été posée). Ce Général lui avait dit « d’oublier toutes ces choses se rapportant au Rwanda ».

Le témoin est retraité de l’Armée depuis 15 ans.

Questions posées par le public :

Un participant a voulu savoir si d’autres militaires de l’Opération Turquoise, en particulier ceux du groupe ayant participé au sauvetage des Tutsi de BISESERO, témoignent. Le témoin répond qu’il est le seul, que les autres ne veulent pas témoigner.

Un autre participant a voulu savoir si le témoin ne se rappellerait pas certains de ces 50 génocidaires. Il ne s’en rappelle pas, d’autant que les noms rwandais sont, dit-il, trop compliqués pour lui. Et le Général français qui lui aurait intimé l’ordre de tout oublier ? Amnésie totale du "témoin clé" de Madame de Vulpian. M. Prungnaud dit avoir oublié le nom de ce Général. Venant à son secours, Madame de Vulpian déclare avoir, au cours de son enquête  de collecte de données pour le livre, téléphoné au Général QUESNOT, lui demandant s’il n’avait pas un jour reçu le militaire Prungnaud car, croyait-elle, ce serait lui qui aurait prononcé ces paroles. Mais le Général QUESNOT a affirmé n'avoir jamais reçu ce militaire. Le participant a terminé en demandant à monsieur Thierry Prungnaud de faire appel à sa mémoire et de retrouver les informations qui y sont encore enfouies car, susurre-t-il, il a peut-être peur pour lui ou sa famille, ou il protège son supérieur hiérarchique ou l’institution militaire.

Compte-rendu rédigé par un participant à la conférence de Laure de Vulpian.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article