Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise


AFP – lalibre.be, le 6 novembre 2013

Rappel des principaux troubles qui ravagent l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) depuis une vingtaine d'années.

- juillet 1994: plus d'un million de Rwandais hutu se réfugient dans l'Est du Zaïre, après le génocide au Rwanda et la prise de pouvoir par le Front patriotique rwandais (FPR), dominé par les Tutsi. Parmi eux, selon Kigali, des soldats des ex-Forces armées rwandaises (FAR) et miliciens Interahamwe, accusés par Kigali d'être les principaux exécutants des massacres.

Le génocide au Rwanda, à l'instigation du régime extrémiste hutu alors au pouvoir, a fait environ 800.000 morts entre avril et juillet 1994 parmi la minorité tutsi et les Hutu modérés, selon l'ONU.
- septembre-octobre 1996: des accrochages éclatent entre l'armée zaïroise et des Banyamulenge (Tutsi congolais) dans le Kivu (Est). Kinshasa accuse le Rwanda de "fomenter des troubles" dans la région d'Uvira (Sud-Kivu). Une Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL), coordonnée par Laurent-Désiré Kabila, affirme parler au nom de la rébellion.

- 17 mai 1997: après huit mois de rébellion soutenue par l'armée rwandaise, Kabila se proclame chef de l'Etat, au lendemain du départ de Mobutu Sese Seko, au pouvoir depuis 32 ans. Le Zaïre est rebaptisé République démocratique du Congo. En juillet, l'homme fort du Rwanda, Paul Kagame, affirme que son pays a planifié et dirigé la rébellion en participant directement aux combats. Mais dans les mois qui suivent, les relations entre Kabila et le Rwanda se détériorent. 

- 2 août 1998: une nouvelle rébellion, déclenchée cette fois contre le régime de Kabila éclate dans le Kivu. Elle va rapidement dégénérer en un conflit régional, opposant les forces gouvernementales, soutenues par l'Angola, la Namibie et le Zimbabwe, à des factions rebelles appuyées par le Rwanda et l'Ouganda. Les troupes étrangères se retirent officiellement en octobre 2002.

- août 1999: Début d'affrontements entre milices et de violences interethniques (1999-2006) dans l'Ituri (Nord-Est). Les troubles font plus de 60.000 morts en six ans (agences humanitaires).

- 16 janvier 2001: Laurent-Désiré Kabila est assassiné dans son palais. Son fils, Joseph Kabila, est porté à la tête du pays.

- 2-9 juin 2004: la ville de Bukavu (Sud-Kivu) est occupée brièvement par des insurgés, sous le commandement d'officiers dissidents dont Laurent Nkunda, Congolais tutsi. En 2008, combats entre l'armée et le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Nkunda dans le Nord-Kivu.

- 6 mai 2012: création du Mouvement du 23 Mars (M23) par des militaires, qui après avoir participé à la rébellion du CNDP, ont intégré l'armée en 2009, à la suite d'un accord de paix. Ils se sont mutinés en avril, arguant que Kinshasa n'avait pas respecté ses engagements. En novembre, le M23 occupe pendant onze jours Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.

- 25 octobre-5 novembre 2013: l'armée loyaliste reprend l'intégralité du territoire qu'occupait le M23, avec le soutien de la force de l'ONU (Monusco). Kinshasa annonce que l'armée va lancer "incessamment" une offensive contre les rebelles hutu rwandais FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), ex-membres des FAR et des milices Interahamwe, présents dans l'Est.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article