Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par FRANCE-RWANDA TRIBUNE

Par RFI 

Faustin Kayumba Nyamwasa, ex-chef d'état-major de l'armée rwandaise, entré en dissidence et parti se réfugier en Afrique du Sud il y a deux ans, s'est exprimé vendredi 21 juin au procès des six hommes accusés d'avoir tenté de l'assassiner quelques mois après son arrivée à Johannesburg. Le général Nyamwassa résume la situation en expliquant qu'il est un témoin gênant. Il accuse le président rwandais Paul Kagame d'avoir ordonné l'attentat qui a coûté la vie à son prédécesseur en 1994, attentat au lendemain duquel le génocide avait commencé.

« J'ai des faits en mémoire montrant que le président du Rwanda a ordonné qu'on tue l'ancien président Habyarimana ». Ce sont les mots de Faustin Kayumba, au procès de ses agresseurs présumés. Le général rwandais n'était jamais allé aussi loin dans les interviews qu'il a accordées à la presse à son arrivée à Johannesburg il y a deux ans. Quelques mois plus tard, il était agressé et depuis, il n'avait plus dit un mot.

Ce n'est pas le premier des anciens proches du président rwandais partis en exil à désigner Paul Kagame comme le responsable de l'attentat contre son prédécesseur. Avant lui, Théogène Rudasingwa, ancien chef de cabinet du président Kagame l'a fait à plusieurs reprises.

Mais les déclarations de Faustin Kayumba ne peuvent pas passer inaperçues. Chef d'état-major de l'armée rwandaise de 1994 à 2002, il a participé à la fondation du FPR (Front patriotique rwandais) avec Paul Kagame, et a été au cœur des opérations militaires du mouvement. C'est aussi l'un des neuf hauts responsables rwandais que le juge français Bruguières voulait faire arrêter dans le cadre de son enquête sur l'attentat.

Mais il faut rappeler que les deux hommes sont devenus aujourd'hui des opposants politiques. Leurs accusations doivent être replacées dans ce contexte, dans un dossier tellement politisé désormais qu'on peut douter que la vérité historique finisse par éclater.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Monier Alain 01/07/2012 09:03


Bonjour,


        Merci beaucoup de cette precision, une fois de plus la manipulation tout azimut  est a l'ordre du jour, la verite est toujurs muselee par ceux
qui ne souhaite pas la voir emerger. Cordialement Alain Monier

Monier Alain 29/06/2012 09:14


Bonjour,


          Cette affaire de missiles Francais n'est peut etre pas une preuve de collusion de l'armee Francaise, mais pour autant  pourquoi ce fait
n'avait pas ete  donne a l'appreciation de la justice concernant le genocide Tutsi. Cordialement Alain Monier

FRANCE-RWANDA TRIBUNE 29/06/2012 10:45



C'est tout simplement de la manipulation. Après la sortie de l'article, les responsables concernés de l'ONU ont déclaré ne rien savoir de ces missiles français. Le rapport auquel la journaliste
fait allusion procède d'un bluff médiatique lancé par les amis de Kagame pour tester l'opinion et crer le doute/la confusion. Ces missiles français n'ont jamais existé dans l'arsenal de l'armée
rwandaise. Jusqu'à preuve du contraire.