Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

Rwanda News Agency

Jeudi, 02 Juillet 2009

 

Le remaniement ministériel en France a porté à la tête du portefeuille de la culture Frédéric Mitterrand qui déverse la responsabilité du génocide sur le président Kagame à l’instar de Jean-Louis Bruguière.

"Le Rwanda est dirigé par un criminel. C'est l'actuel président qui a fait tirer sur l'ancien président et qui a ensuite déclenché les massacres".

Sans citer le nom ni parler de "génocide", Frédéric Mitterrand, neveu de l’ancien président socialiste François Mitterrand, n'hésite pas à traiter l'actuel président du Rwanda de "criminel" et à lui imputer la mort d'un million de Tutsi rwandais. 

Cette vision du génocide de 1994 au Rwanda date de mai 2007 du temps où le nouveau ministre français de la culture et de la communication était encore journaliste.  

Contacté le 29 juin (téléphone et mail) par Bakchich.tv pour savoir si le nouveau Ministre de la Culture maintenait son analyse, le service de presse n'a pas fait parvenir de réponse. 

La position de Frédéric Mitterrand est en parfaite contradiction avec la ligne défendue par Bernard Kouchner depuis son arrivée au Quai d'Orsay.

Le ministre des Affaires étrangères s'est toujours insurgé contre les allégations émises par le juge Bruguière, Pierre Péan et autres faisant de Paul Kagame le responsable du génocide. 

Bernard Kouchner avait ainsi déclaré le 7 avril 2008 que les mandats d’arrêt délivrés par le juge Jean-Louis Bruguière (alors encore en fonctions) à l’encontre des proches du président rwandais Paul Kagame reposent "sur des présupposés que nous combattons". 

Nicolas Sarkozy a procédé à un remaniement limité de son équipe gouvernementale. En place depuis le 23 juin, la nouvelle équipe reste sous la houlette du Premier ministre François Fillon. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Franck-Olivier 04/09/2009 21:52

La vengeance est condamnable mais compréhensible surtout après des années de massacres et un génocide. Il serait intellectuellement malsain de mettre les deux actes sur le même plan. On a bien accepté les tueries sommaires, les règlements de compte des différents vainqueurs après la chute du nazisme. On accepte bien des régimes dictatoriaux d'Afrique issus de coup d'état souvent violent. Frédéric Mittérand peut continuer la sale besogne; il porte un nom qui devrait l'inciter à se taire face à la tragédie rwandaise. Pauvre soit disant homme de culture, la France aussi bas soit elle méritait mieux que cet étrange personnage sans élégance et sans retenu.

JMV Ndagijimana 07/09/2009 06:45



Cher Monsieur Franck-Olivier,

Vous ne pouvez pas faire l'apologie du massacre de plus de 500 000 Hutus par le FPR. Des actes de vengeance isolés, oui il y en a eu. Mais les massacres de Byumba, de Ruhengeri, de Kibungo, de
Rwasave, de Kibeho, de Mahoko, et ailleurs dans le pays en 1994, sans parler du massacre de plus de 300 000 réfugiés hutu au Zaïre (1996-1997), bref tous ces massacres ne sont ni
compréhensibles ni excusables. Dans des pays de liberté comme les Etats Unis, l'assassinat d'un seul homme/d'une seule femme est passible de la chaise électrique. Et vous voulez que Paul Kagame
ne réponde pas du massacre de son peuple et de plus de 5 000 000 zaïrois/congolais ? Sans une justice équitable et sans égalité de traitement, il ne peut y avoir de paix durable dans un pays.
Comme Frédéric Mitterrand, nous avons chosi de défendre les victimes de l'injustice et de la barbarie. Libre à vous de choisir le camp des assassins.
France-Rwanda.info