Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

Pour la troisième fois depuis son arrestation le 9 novembre 2008 en Allemagne et son transfert en France, Rose Kabuye, chef du protocole de la présidence rwandaise, a été autorisée à retourner dans son pays. Contrairement aux informations relayées par certaines agences de presse, elle est toujours soumise à un contrôle judiciaire qui, sur le papier, lui interdit de quitter le territoire français.

Mais les autorités judiciaires françaises ont visiblement décidé de ménager cette proche du chef de l’Etat Paul Kagamé. Comme huit autres Rwandais, elle faisait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par le juge Bruguière dans le cadre de son enquête sur l’attentat qui avait coûté la vie le 6 avril 1994 au président hutu, Juvenal Habyarimana.

Un mandat qui avait été levé dès sa mise en examen le 18 novembre pour "complicité d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et non le 31 mars comme l’affirmait mardi une dépêche Reuters.

"C’était un ordre de transfert chez un juge qui a pris fin dès sa première comparution", explique son avocat, maître Léon Lev Forster. Depuis, elle a été entendue sur le fond durant deux journées entières par les juges d’instruction Philippe Coirre et Marc Trévidic, qui ont hérité du dossier Bruguière. Une troisième audition est prévue en mai.

"Les juges sont absolument corrects dans leur façon d’opérer et instruisent à la fois à charge et à décharge", se félicite Me Forster qui n’exclut pas de demander prochainement la levée de son contrôle judiciaire. Les deux magistrats devraient ensuite auditionner plusieurs témoins de Bruguière qui se sont rétractés depuis, et notamment Joshua Ruzibiza, l’une des figures clefs de cette affaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article