Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

(Le Potentiel 31/03/2009)

Le communiqué conjoint signé entre la RDC et le Rwanda, par l’entremise de leurs ministres des Affaires étrangères, suscite des commentaires en sens divers. Surtout en ce qui concerne l’autorisation accordée aux troupes rwandaises de traquer les FDLR partout sur le sol congolais. « Le Congo est sous tutelle rwandaise », a affirmé Wa Mutshimbayi, un analyste politique congolais. Entretien avec la rédaction du journal Le Potentiel.

Les gouvernements congolais et rwandais ont dit toute leur satisfaction à l’issue de l’opération « Umoja wetu ». Ne faut-il pas la reconduire pour sécuriser durablement l’Est de la RDC ?

Pourquoi reconduire quand on sait très bien que ce que cette opération a été un échec malgré tout ce que l’on a fait croire à l’opinion. D’ailleurs, Kagame a reconnu, dans une récente interview, que beaucoup d’éléments des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) ne sont pas rentrés au Rwanda. La plupart d’entre eux se sont repliés à l’intérieur du Congo.
Ce qui est grave, c’est de donner à Kagame l’occasion d’envoyer ses troupes sur l’ensemble du territoire national pour traquer les FDLR. Dans tous les cas, on peut se permettre d’affirmer aujourd’hui que le Congo passe sous la tutelle du Rwanda.

On sait qu’à la lecture du communiqué conjoint de la rencontre Rose Mary Musegali-Alexis Thambwe Mwamba, la partie rwandaise a été pleinement informée du processus d’intégration du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), des Patriotes résistants congolais (Maï-Maï) et autres groupes armés au sein des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Comment pouvez-vous expliquer, concernant les rapports entre Etats, cet intérêt manifeste du Rwanda vis-à-vis d’un problème purement interne au Congo ?

Je viens de vous affirmer que le Congo est sous tutelle rwandaise. Tout le décor est planté. Nous sommes en train d’en vivre les épisodes. Quand vous lisez le communiqué conjoint, vous constaterez que, quelque part, il est dit que les troupes rwando-congolaises vont pourchasser les FDLR partout. Cela signifie quoi ? Cela signifie que l’armée rwandaise et les troupes du CNDP peuvent aller partout où bon leur semble. Quand vous avez une armée étrangère sur votre territoire, cela veut dire que vous perdez votre autonomie, votre souveraineté. D’un.
De deux, dans le même communiqué, il est également dit qu’on compte revoir les frontières entre les deux pays, le Rwanda et la RDC. L’histoire nous renseigne que c’est depuis Kabila père que le Rwanda chercher à retoucher cette frontière. La question que l’on est en droit de se poser est celle de savoir si le gouvernement en place a la légitimité de négocier les frontières du pays.
Il est évident que si le CNDP est incorporé dans l’armée – je vous rappelle qu’il y a eu les opérations « Brassage » et « Mixage » en faveur desquelles les troupes du Rassemblement congolais pour la démocratie, RCD, avaient été intégrées dans les FARDC – on donnerait à Kagame cette possibilité de contrôler toute notre armée. Il ne faut pas perdre de vue que le RCD est toujours dans l’Est de la RDC. La même chose est en train d’être rééditée avec le CNDP qui va être intégré dans l’armée nationale. Les troupes du RCD, vous en convenez avec moi, demeurent toujours dans l’Est. Ce qui fait que Kagame a toujours la mainmise sur tout ce qui se passe au sein des FARDC, avec évidemment la complicité du pouvoir à Kinshasa.

Mais que peut-on en retenir alors ?

Beaucoup de gens savent où l’on va en arriver. Mais, personne n’a le courage de dénoncer cela clairement. Tout le monde sait très bien que Kagame va mettre la main sur le Congo. Le scénario se présente à peu près de la manière suivante : première chose à faire, on va créer des provinces qui seront composées des Hutu et Tutsi. Ces derniers vont garder l’armée tandis que ceux-là, c’est-à-dire les Hutu, vont s’occuper la politique tout en travaillant pour le Rwanda. Il se fait toutefois qu’à Kinshasa, personne n’a le courage de le dire.
Un détail à relever : ce n’est ni Kagame ni Kabila qui sont à la base de cette situation. Les maîtres d’œuvre sont connus. Ce sont, en effet, les Occidentaux qui ont exercé des pressions pour que les troupes rwandaises entrent au Congo parce que, au départ, la CIA s’y était opposée. Il n’y a que Louis Michel et Mme Jendaye Frazer qui ont autorisé l’entrée des troupes rwandaises en RDC. Dans tous les cas, ils ne sont pas sûrs qu’Obama joue leur jeu. C’est cela le fond du problème. Mais comme le pouvoir de Kinshasa est très faible, ils pensent mettre le Congo sous la tutelle du Rwanda.
De toute façon, j’ai une crainte que, demain, il y ait retour de la manivelle. Cela est d’autant plus vrai que le peuple congolais a vécu, des années durant, dans l’humiliation. Il est frustré. Dans tous les cas, il ne va pas accepter pendant longtemps cette domination rwandaise, avec comme soubassement les multinationales occidentales.
Une chose est certaine : cela ne va pas durer longtemps. Ceux qui sont dans ce coup doivent comprendre que la « blague » n’ira pas loin. Il faut laisser l’Afrique s’organiser et se développer…

Lors de son récent séjour à Kinshasa, le président français Nicolas Sarkozy a salué l’opération militaire conjointe RDC-Rwanda. Vous devriez vous en réjouir vous aussi…

C’est la politique. On ne peut pas vous dire toute la vérité. Mais je pense que Sarkozy a donné une leçon de patriotisme aux Congolais puisque les Congolais comprennent où sont leurs intérêts et comment les sauvegarder. Peut-être a-t-il fait comprendre aux Congolais qu’il peut les aider. Mais il revient à nous de prendre des décisions. Cela est d’autant plus vrai que notre destin est entre nos mains. La question est celle de savoir si nous sommes capables de gérer ce grand pays. Est-ce que l’élite au pouvoir est capable de gérer l’Etat aujourd’hui ? C’est cela la plus grande question.
Evidemment, poser cette question c’est y répondre : l’élite n’est pas à la hauteur des enjeux et il faut craindre que les choses explosent entre nos mains. Conséquence, on ne saura pas contrôler la situation.

Peut-on déjà parler de la confirmation du leadership rwandais sur les plans politique et militaire dans la sous-région ?

Je parlerai plutôt de l’illusion de leadership. La raison est bien simple : le Rwanda n’a ni moyens intellectuels ni militaires pour jouer ce rôle. Il n’est pas non plus bien loti en termes de ressources humaines pour prétendre jouer un tel rôle. Toutefois, il faut craindre une instabilité permanente en Afrique centrale. Aucun Congolais n’acceptera qu’on coupe un morceau de terre de son pays. Tôt ou tard, le Rwanda retirera ses troupes.
Il faut craindre, comme je l’ai dit, le retour de la manivelle parce que ce n’est pas la première fois qu’on tente de balkaniser notre pays. Souvenez-vous de l’affaire Tshombe avec la sécession katangaise. C’est pour cela que Lumumba est mort. Comme Kabila père est mort à cause du Rwanda, il faut reconnaître aussi qu’on va récupérer notre pays parce qu’avec le sang qui a coulé, on n’aimerait pas que le Congo soit balkanisé. Le Congo a vocation à être la locomotive du développement de l’Afrique centrale.

Par BIENVENU MARIE BAKUMANYA
© Copyright Le Potentiel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mbuta Muntu 09/05/2009 07:31

La chambre basse congolaise a adopté une loi gouvernementale prévoyant une amnistie pour les groupes rebelles qui ont sévi dans l'Est de la République Démocratique du Congo, blanchissant ainsi une vingtaine de groupes armés illégaux. Les 355 députés ayant pris part à la séance du 7 mai, sur les 500 que compte l'Assemblée nationale, ont agi conformément à l'accord de paix censé mettre fin aux combats dans l'Est du pays. Celui-ci prévoyait notamment cette amnistie et la libération des éléments du CNDP, ainsi que la transformation de l'ex-rébellion en formation politique.

D'aucuns ne seront surpris de la promulgation de cette loi d'amnistie par le président Kabila qui, malgré moult humiliations que le Rwanda ne cesse d'infliger à la République Démocratique du Congo, a accepté l'accréditation du nouvel ambassadeur rwandais à Kinshasa.

Qu'on le veule ou non, le pays tend vers la balkanisation de fait et l'infiltration orchestrée des populations n'ayant aucun lien avec la République Démocratique du Congo est en train de devenir une réalité. En ayant accepté d'amnistier les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l'Humanité, ceux-là même qui ont violé la Constitution congolaise pour avoir déstabilisé le territoire national, les députés ont déshonoré le peuple congolais dont ils détiennent le mandat. Peuple congolais, tu ne peux plus compter que sur toi-même pour redresser ton front que l'on essaie à tout prix de faire courber.

Peuple congolais, Union du Congo t'encourage à ne pas baisser les bras et à trouver, ensemble, les voies et les moyens utiles à la souveraineté politique et à l'intégrité territoriale de la République Démocratique du Congo. Cela passera forcément par un changement de stratégie.

Le Bureau d'Union du Congo

Fait à Paris, le 8 mai 2009

---
htt://unionducongo.blogspot.com