Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

Charles Onana : « La France souhaite renforcer les liens entre la RDC et le Rwanda pour utiliser les richesses de l’Est que convoitent les multinationales »
(Le Potentiel 26/03/2009)

Dans une interview au Journal Le Potentiel.

Journaliste, auteur de plusieurs ouvrages, notamment les « Tirailleurs sénégalais », « Les secrets du génocide rwandais », Charles Onana, de nationalité camerounaise, s’intéresse à tout ce qui se passe en Afrique. A la veille de la visite du président français, Nicolas Sarkozy, en République démocratique du Congo, il a répondu à quelques questions du Journal Le Potentiel. D’emblée, il relève que la France ne s’intéresse plus à la Francophonie. Et que Nicolas Sarkozy ne se livre pas à un quelconque marketing. Il souhaite renforcer les liens entre la RDC et le Rwanda, car la France s’intéresse aussi aux richesses de l’Est que convoitent les multinationales. Entretien.

Que dites-vous de la visite-éclair du président Sarkozy en République démocratique du Congo, en République du Congo et au Niger ? Marketing politique personnel ou une nouvelle vision de la politique africaine de la France ?

La visite du président Sarkozy met surtout en évidence les nouveaux centres d’intérêts économiques et géopolitiques de l’Afrique. Sarkozy n’a pas le temps de faire du marketing en Afrique aujourd’hui. Le Niger est un territoire d’uranium qui intéresse le nucléaire français au plus haut point. Ce pays est le 3ème producteur mondial de l’uranium et cela représente un peu plus de 30 % de son volume d’exportation. La France, à travers la COGEMA, a déjà reçu plus de 80 000 tonnes d’uranium du Niger et ce pays reste parmi les plus pauvres de la planète. La République du Congo est un pays pétrolier frontalier de la RDC. Il faut surtout se rappeler que le Congo-Brazzaville a, en 2006, accordé le survol de son territoire aux forces de l’EUFOR. Ce qui a facilité le transport des unités destinées à intervenir en RDC. C’est un pays important, pour la France, sur le plan géostratégique avec le Gabon. Il est aussi certain que des officiers congolais jamais intégrés dans l’armée nationale de leur pays croupissent en exil au Congo-Brazzaville. Puisque cette visite tourne aussi autour de la RDC, il faut dire que l’uranium de la RDC qui a servi aux Américains pour la fabrication de la bombe atomique en 1942 est toujours très surveillé par les Etats-Unis et par la France qui en a aussi profité en 1946. Et puis, la France souhaite probablement renforcer les liens entre le Rwanda et le RDC pour utiliser les richesses de l’Est que convoitent les multinationales.

Sarkozy évoque un « partage » des richesses congolaises avec ses pays voisins. Le président français serait-il en train de dire tout haut ce que les Occidentaux disent tout bas de la RDC ?

Oui, vous soulevez là une question essentielle qui touche à la souveraineté nationale de votre pays. Je crois que les Congolais ne sont pas conscients de la gravité de la situation. En menant mon enquête et après avoir obtenu des documents confidentiels de l’Union européenne, j’ai découvert une note restreinte rédigée après le sommet de l’Union Africaine à Libreville et envoyée à Javier Solana et à Louis Michel dans laquelle, il est clairement dit que le président Joseph Kabila serait disposé depuis 2005 à partager les ressources de la RDC avec le Rwanda. Vous comprenez donc que le chef de l’Etat français n’a rien inventé. Il appartient aux Congolais de tirer les conséquences de cette situation qui risque de déstabiliser toute l’Afrique centrale.

Comment expliquer le fait que la France ne dispose pas d’intérêts conséquents en République démocratique du Congo alors que ce pays est le deuxième pays francophone après la France ?

S’agissant de la Francophonie, la France ne s’intéresse plus vraiment à la Francophonie. Le Rwanda qui terrorise la RDC n’est plus un pays francophone et vous voyez que la France se précipite à Kigali alors que le Rwanda insulte l’armée française et traîne des personnalités françaises dans la boue. Ce rêve de Senghor repris par De Gaulle est désormais un fossile. Je peux tout simplement dire pour le moment que le livre sur le rôle du Rwanda en RDCongo est en préparation et sera publié dans les prochains jours à Paris.
Par Freddy mulumba kabuayi

© Copyright Le Potentiel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article