Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

COMMUNIQUE DE PRESSE  N°01/SE/CD/JANVIER/2009 DES FDLR

Les FDLR condamnent toute déclaration guerrière pour résoudre des problèmes politiques: pour la résolution du problème politique rwandais le dialogue inter-rwandais ne doit pas continuer à être un tabou.

Suite au compte rendu du conseil des Ministres de la République Démocratique du Congo (RDC) selon lequel le gouvernement congolais aurait opté de procéder au désarmement forcé des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) en collaboration avec les militaires de l’Armée Patriotique Rwandaise, les FDLR portent à la connaissance du public et de la Communauté Internationale ce qui suit :

1. Les FDLR condamnent fermement les différentes guerres qui ont ravagé et continuent à endeuiller la région des Grands Lacs Africains depuis le 1er Octobre 1990 avec l’attaque du Rwanda par le Front Patriotique Rwandais (FPR-Inkotanyi) et condamnent une fois de plus sans ambiguïté les différentes guerres qui ont endeuillé le peuple congolais en particulier l’actuelle guerre qui fait rage dans la Province Orientale et dans le Nord-Kivu.

2. Les FDLR ne sont en aucun cas responsables de ces guerres et ne sont pas impliquées dans les combats qui se déroulent actuellement à l’Est de la RDC sous la direction des marionnettes du régime de Kigali à savoir Laurent Nkundabatware et Bosco Ntaganda.

3. Les FDLR rappellent au gouvernement congolais et à la Communauté Internationale toute entière particulièrement au Conseil de Sécurité des Nations Unies,  à l’Union Européenne et à l’Union Africaine leur conviction que la voie de la confrontation ne peut en aucun cas résoudre la crise que connaît la région des Grands Lacs Africains. Seule la voie du dialogue franc et direct entre les différents acteurs peut garantir une paix et une prospérité pérennes dans cette région ravagée par des guerres hégémoniques et récurrentes.

4. Les FDLR saluent l’option adoptée par les gouvernements soudanais, centrafricain, tchadien, congolais, ougandais et burundais de résoudre les problèmes politiques de leurs pays à travers des dialogues avec leurs oppositions armées et non armées, et exhortent les autorités de la RDC et du Rwanda à adopter la même démarche au regard de la résolution du problème politique rwandais.

5. Les FDLR restent convaincues que la neutralisation de leurs Forces ne peut en aucun cas résoudre le problème politique rwandais, encore moins la crise qui ravage la région des Grands Lacs Africains. Elles appellent la Communauté Internationale , spécialement le Conseil de Sécurité des Nations Unies, l’Union Européenne et l’Union africaine à s’impliquer davantage dans la recherche et l’instauration d’une paix durable au Rwanda et sur l’ensemble de la région des Grands Lacs Africains par des voies pacifiques à travers le dialogue entre toutes les parties prenantes au conflit.

6. Les FDLR invitent le gouvernement congolais et la Communauté internationale à éviter toute prolifération de menaces guerrières dans une région déjà meurtrie par des guerres hégémoniques ayant entraîné des génocides, des crimes de guerres, des crimes contre la paix et des crimes contre l’humanité.

7. Les FDLR réaffirment leurs engagements pris à Rome tels qu’énoncés dans leur Déclaration du 31 Mars 2005.

8. Les FDLR rappellent à la Communauté Internationale que leurs membres sont disposés à rentrer pacifiquement au Rwanda dans le cadre de la stricte application de la Déclaration de Rome du 31 Mars 2005, seul cadre connu de recherche de la paix dans lequel elles ont été associées. Ainsi, exhortent-elles le gouvernement congolais, la Communauté Internationale, l’Union Européenne, l’Union Africaine et la Communauté San ’Egidio qui assure la médiation à s’impliquer activement et positivement dans l’implémentation immédiate des engagements pris de part et d’autre à Rome le 31 Mars et le 2 Avril 2005.

9. Les FDLR demandent particulièrement aux différentes parties prenantes au processus de Rome, dont le gouvernement de la RDC , de tenir leurs engagements et de s’impliquer activement à la mise sur pied sans délai d’un Comité International de Suivi qui permette d’identifier et de mettre en application des mesures d’accompagnement tel que convenu à Rome.

10. Les FDLR réaffirment leur pleine et entière disposition à dialoguer avec toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté disposés à étudier les voies et moyens de résoudre pacifiquement la crise de la région des Grands Lacs Africains en général et le problème politique rwandais en particulier.

11. Les FDLR assurent la Communauté Internationale qu’elles soutiendront toutes les initiatives de paix visant le rétablissement de la vérité, la justice et la démocratie au Rwanda ainsi que la paix dans la région des Grands Lacs Africains auxquelles elles auront été associées.

12. Les FDLR restent convaincues que le temps de l’usage de la force pour résoudre un problème politique est révolu et invitent le gouvernement congolais et le régime rwandais à renoncer définitivement au langage guerrier.

13. Les FDLR demandent à la Communauté Internationale de ne pas soutenir les solutions belliqueuses au problème politique rwandais mais d’œuvrer plutôt à la tenue d’un dialogue inter-rwandais dans les meilleurs délais.

14. Les FDLR offrent la voie du dialogue et de la paix ; ceux qui offrent la guerre comme solution à la crise de la région des Grands Lacs Africains devraient être tenus pour responsables des éventuelles graves conséquences de celle-ci.


Fait à Paris le 14 Janvier 2009

Callixte Mbarushimana

Secrétaire Exécutif des FDLR  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article