Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

AP | 10.12.2008 | 15:21

La cour d'appel de Paris a émis mercredi un avis défavorable à la demande d'extradition vers le Rwanda d'un ressortissant rwandais, Isaac Kamali, réclamé par les autorités judiciaires de Kigali pour sa participation présumée au génocide de 1994, a indiqué son avocat Me Jean-Marie Biju-Duval.

"C'est une décision qui va dans notre sens et celle du parquet général", a déclaré Me Biju-Duval. En effet, le ministère public avait demandé à la cour de se prononcer contre cette demande d'extradition. Le gouvernement rwandais accuse Isaac Kamali de génocide et de crime contre l'humanité dans la région de Gitarama. Il est également soupçonné d'avoir participé et supervisé des massacres perpétrés par des milices Interahamwe.

M. Kamali figure sur la liste des 93 personnes recherchées par le Rwanda diffusée par interpol. Un mandat d'arrêt international a été lancé le 27 octobre 2004, près de deux ans après sa naturalisation française. M. Kamali a été condamné à mort le 20 mars 2003 par un tribunal rwandais. La peine capitale a été abolie en février 2007.

Il a été arrêté le 22 juin 2007 à l'aéroport parisien de Roissy-Charles- de-Gaulle après avoir été refoulé des Etats-Unis. Placé en détention, il a été remis en liberté le 14 août 2007. Il vit dans le sud-ouest de la France où il enseigne les mathématiques.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, saisie depuis plus d'un an de cette demande d'extradition, la première formulée par Kigali, avait réclamé aux autorités judiciaires rwandaises un certain nombre de documents avant de statuer sur leur demande. La France a déjà rejeté une autre demande d'extradition et doit en examiner une troisième dans les mois à venir.

Les relations diplomatiques entre la France et le Rwanda ont été rompues en novembre 2006 à la suite de mandats d'arrêt émis par la justice française contre des proches du président Paul Kagame dans l'enquête sur l'attentat, le 6 avril 1994, contre l'avion du président Juvénal Habyarimana, élément déclencheur du génocide.

Le 20 novembre dernier, la responsable du protocole du président rwandais, Rose Kabuye, arrêtée en Allemagne puis extradée en France, a été mise en examen pour "complicité d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" pour sa participation présumée à cet attentat. AP

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 13/04/2014 06:31


Bonjour,


Juste pour répondre à Amélie;


Merci de vous inquieter du problème des Rwandais.


Mais la meilleur façon de l'aborder est de se renseigner sans prendre partie d'emblée ...


Avez vous entendu parlé de la présomption d'innocence?


Savez vous dans quelle condition sont détenus les présumés génocidaires au Rwanda?


Savez vous combien ont des dossiers vides d'accusatios fondées , et pourtant toujours en prisons?


Savez vous combien sont morts dans ces prisons , et pour beaucoup pas encore jugés?


Vous dites que en france il y a " des génocidaires " qui sont médecins... que vous n'aimerez pas que votre entourage les cotoient...et bien merci pour le jugement heureusement qui vous est
personnel.


Ces gens juste pour information ,ont mérité leurs diplômes, et occupent les postes qui y correspondent.


Merci de ne plus nous porter des jugements bradés; car les rwandais plus que quiconque avons beaucoup souffert de  notre propre problème.


Par ailleur, la france est un pays de droit et de justice, laissons la justice faire son travail, sans influence.


Heureusement que là , ce sont gens qui oeuvrent avec la bonne conscience du travail bien fait. 

Amélie 09/04/2014 23:50


Bonsoir, J'aimerais comprendre ce qui retient notre pays démocratique et libre de renvoyer ces rawandais qui sont soupconner de crime contre l'humanité, de génocide ou de complicité avec une
entreprise térroriste???


Après tout, ils sont rechercher par interpol pour être juger, c'est pas comme si ont les livraient à une foule en furie armer de machettes!.... Là, ce serais pour comparaitre devant un tribunal
et répondre de leurs actes!


Au Rawanda, il y en a plein qui sont en prison car ils ont été reconnut coupable et condamner à 15, 30 ans, ou perpétuité selon les cas. Mais en aucun cas ils ne sont morts, alors de quoi la
Françe a peur?


Je n'arrive pas à comprendre, vraiment! je trouve cela honteux quand même.


Ca ne ressemble pas à l'image et aux idées de la Françe. A moins que ce ne soit juste une image que certains veulent donner.


Pourquoi autorisont nous ces personnes à vivrent librement sur le territoire Français et éxercer des métiers avec de hautes responsabilités.


Entre certains qui sont professeurs et d'autres médecins, ça craint!


Personnellement, je n'aimerais pas que mes enfants, ni qui que ce soit de ma famille soit en contact avec ces gens!


Ce sont de graves accusations qui méritent que l'on s'y attarde et que l'on vérifie ce qui c'est passer.


Quand je pense que pour d'autres sujets que l'on jugent important, on mets tout les moyens et voir plus, pour trouver les responsables, et que pour des génocides, ont ne fassent rien et pire! On
aide, relache et protègent ces personnes que l'on a naturaliser!!!!! Ils ont obtenus leurs carte d'identité française!!!! Vous vous rendez compte! avec un mandat d'arrêt délivrer par interpol sur
leurs noms, ils ont réussi à obtenir leur nationalité!


C'est vraiment dingue et inadmissible. On refuse des naturalisations à la pelle à des personnes qui sont là depuis leurs minorité voir leurs enfances, ils font leurs études entières, ils
travaillent, paye leurs impots, n'ont pas de soucis et pourtant se font jeter comme des mal propres! Alors que d'autres accuser de génocides, obtiennent tranquillement tout ce qu'ils veulent!
Bien la Françe! pour le coup, c'est vraiment la honte d'être française! 


Il faut que l'on se réveille et que l'on force le gouvernement à les renvoyer au Rawanda pour comparaître et se faire juger.


Amélie.