Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

Commentaire de France-Rwanda Tribune

L'agence Reuters rapporte que moins de 72 heures après l'assassinat de deux français à Bombay,
"une enquête préliminaire de police a été ouverte lundi par la section antiterroriste du parquet de Paris sur les attentats de Bombay, qui ont fait 183 morts dont deux Français, apprend-on de source judiciaire".
S'agissant de l'enquête sur l'attentat du 6 avril 1994 à Kigali, attentat au cours duquel 3 ressortissants français sont morts, il a fallu attendre que, le 31 août 1997, les familles des victimes déposent plainte avec constitution de partie civile contre X des chefs d'actes de terrorisme ayant entraîné la mort d'un ou de plusieurs personnes et de complicité desdits crimes
entre les mains du Doyen des Juges d'Instruction de Paris.
Certais amis ou alliés du Front Patriotique Rwandais auteur de cet attentat ont dénoncé ce qu'ils appellent l'ingérence de la France dans les affaires intérieures du Rwanda.
Avec l'ouverture d'un enquête sur les attentats de Bombay, les mêmes prétendront-ils que la France s'ingère dans les affaires intérieures de l'Inde ? Jurons qu'ils n'oseront pas. 
Le terrorisme n'a pas de frontières. Sa répression non plus ! Kigali, Karachi, ou Bombay, quelle différence ? Il n'y a pas d'ingérence qui vaille en matière de répression du terrorisme !


Article de l'agence Reuters
Enquête préliminaire en France sur les attentats de Bombay

REUTERS 02.12.08

PARIS (Reuters) Une enquête préliminaire de police a été ouverte lundi par la section antiterroriste du parquet de Paris sur les attentats de Bombay, qui ont fait 183 morts dont deux Français, apprend-on de source judiciaire.

La procédure habituelle lorsque des attentats font des victimes françaises à l'étranger, a été confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, qui regroupe DST et RG)."Les auditions des personnes rapatriées en France ont commencé ce lundi", a-t-on précisé.

Des autopsies ont été pratiquées sur les corps des deux victimes françaises, la créatrice de la marque de lingerie féminine "Princesse tam.tam", Loumia Hiridjee, et son mari. Ils ont péri à l'hôtel Oberoi-Trident, un des palaces attaqués par les activistes.

Selon les enquêteurs pakistanais, les assaillants qui ont semé la terreur pendant soixante heures dans la capitale financière de l'Inde appartenaient au groupe islamiste Lashkar-e-Taiba, basé au Pakistan.

La France a déjà mené deux enquêtes sur des islamistes pakistanais, notamment pour un attentat commis en 2002 à Karachi qui avait fait 14 morts dont onze Français. L'affaire est toujours en cours.


Thierry Lévêque, édité par Sophie Louet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article