Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

Commentaire:
La première conséquence de la nouvelle loi sur l'anglicisation de l'enseignement au Rwanda sera la marginalisation de plusieurs milliers d'enseignants francophones. Il est évident en effet que quelques sessions de formation ne suffiront pas à un enseignant francophone de maîtriser la langue de Shakespeare. Et si c'était précisément l'objectif recherché par le régime de Paul Kagame ?
La Rédaction de France Rwanda Tribune

KIGALI (AFP) —

L'enseignement secondaire et universitaire sera désormais dispensé exclusivement en anglais au Rwanda, a annoncé vendredi à l'AFP la ministre rwandaise de l'Education Daphrose Gahakwa.

"L'utilisation de l'anglais (dans le système éducatif) au Rwanda sera désormais obligatoire", a déclaré vendredi Mme Gahakwa, commentant une décision du gouvernement de jeudi.

L'anglais fait partie des trois langues officielles du pays avec le Français et le Kinyarwanda. De nombreux établissements scolaires au Rwanda dispensent actuellement un enseignement en français et en anglais.

La ministre a précisé que des sessions de cours d'anglais obligatoires étaient prévues pour l'ensemble du corps enseignant dont une large partie est francophone.

La ministre a justifié cette mesure par la volonté de ce petit pays d'Afrique centrale d'adhérer au Commonwealth, une association de 53 pays totalement ou partiellement anglophones et indépendants.

"C'est l'une des démarches qui permettront au Rwanda d'adhérer prochainement à l'organisation du Commonwealth", a-t-elle assuré.

La décision finale sur l'adhésion du Rwanda pourrait être prise lors du prochain sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'organisation prévu en 2009 à Trinité-et-Tobago.

Avant le génocide rwandais de 1994, Kigali entretenait des relations étroites avec la France.

Mais depuis, le régime du président Paul Kagame, dont l'arrivée au pouvoir avait mis fin aux massacres, accuse régulièrement Paris d'avoir entraîné et armé les auteurs du génocide, ce que la France a toujours démenti.

Le Rwanda a rompu fin novembre 2006 ses relations diplomatiques avec Paris après que le juge Jean-Louis Bruguière eut réclamé des poursuites contre M. Kagame et d'autres responsables rwandais pour leur "participation présumée" à l'attentat contre l'avion de l'ex-président rwandais, Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, qui avait déclenché le génocide.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article