Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JMV Ndagijimana

LUXEMBOURG (AFP) — Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, dont le pays préside l'Union européenne, a dénoncé lundi la situation "intenable et meurtrière" dans l'Est de la République démocratique du Congo, où l'UE craint "de nouveaux massacres massifs".

Il faut "sonner l'alarme. La situation redevient intenable et meurtrière (...) Tout est à nouveau dans le chaos", a déclaré le ministre à l'issue d'une réunion avec ses homologues de l'UE à Luxembourg.

"Nous redoutons qu'à nouveau des massacres massifs, effrayants ne reprennent dans cette partie de l'Est et le Kivu", a-t-il ajouté, décrivant "des réfugiés par centaines de milliers qui vont d'un village à l'autre et se font attaquer à chaque village".

Evoquant une possible attaque du chef rebelle Laurent Nkunda, le ministre a également accusé Kigali et Kinshasa d'alimenter le conflit.

"Le conflit, alimenté des deux côtés de la frontière par le Rwanda et la RDC, ne suit pas la pente qui avait été engagée par le plan d'engagement pour la paix signé par tous les protagonistes sauf Nkunda", a-t-il noté.

Il a ensuite assuré que pour répondre à cette situation, "tout est envisageable".

Interrogé pour savoir si le redéploiement d'une force européenne dans le pays était une solution envisagée, il n'a pas répondu, laissant la parole au diplomate en chef de l'UE Javier Solana.

"Pas du tout, une décision ne sera pas prise dans les prochains jours sur la question", a indiqué M. Solana.

"Je suis en contact avec le président (de la RDC Joseph) Kabila pour voir comment nous pouvons aider à un règlement pacifique de la situation", a-t-il ajouté.

L'armée congolaise affronte depuis fin août la rébellion de Laurent Nkunda dans la région de l'Est du Nord-Kivu, frontalière du Rwanda.

Le président de la Commission de l'Union africaine a indiqué dimanche, à l'issue d'une mission de trois jours à Kinshasa, que l'UA voulait "s'impliquer davantage" dans la recherche d'une solution durable à la crise qui secoue l'est du pays.

Son séjour dans la capitale congolaise intervenait au lendemain d'un appel à la mobilisation générale des Congolais lancé par le chef de l'Etat pour faire échec à une tentative du général Nkunda de renverser les institutions élues du pays.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article