Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE (TFR)

Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

ARSENAL-VISIT RWANDA : David Luiz pourrait bien recommander des vacances au Rwanda, mais compte tenu de la situation internationale, ce parrainage semble de plus en plus étrange.

David Luiz pourrait bien recommander des vacances au Rwanda, mais compte tenu de la situation internationale, ce parrainage semble de plus en plus étrange.

David Luiz en compagnie du dictateur sanguinaire Paul Kagame

En janvier de cette année, le ministère des Affaires étrangères a exhorté le gouvernement rwandais à examiner les allégations de «décès en détention, de disparitions forcées et de torture». La logistique de cela ne devrait pas être trop difficile. Les allégations sont contre le gouvernement rwandais lui-même. Il y a six mois, Paul Rusesabagina, l'hôtelier dont le rôle pacifique dans le génocide de 1994 a été décrit dans le film Hotel Rwanda, a été embarqué dans un avion à Dubaï pour faire face à ce que sa famille a qualifié de simulacre de procès pour terrorisme. Et un an auparavant, David Luiz s'est rendu au Rwanda pour des vacances touristiques de luxe sensationnelles - pour mieux illustrer ce que le directeur commercial de l'époque, Vinai Venkatesham, appelait «l'adéquation très convaincante» entre le club de football d'Arsenal et un pays où la vie publique est marqué par «des menaces, des intimidations [et] des morts mystérieuses», selon Human Rights Watch. Peu importe cela, cependant. Détournez-vous de l'inconfort moral. Voici le journal vidéo de David Luiz. Voici David Luiz traquant un gorille, David Luiz mendiant un enfant riant, David Luiz marchant dans la forêt dans un survêtement Arsenal trempé. Le verdict de David Luiz? "Je vais recommander à tous mes amis de passer leurs vacances au Rwanda." Le parrainage d’Arsenal par Visit Rwanda reste une bizarrerie du lien commercial-sportif. Il y a eu une certaine surprise en mai 2018 lorsque l'accord sur les manches de chemise a été annoncé. Il a depuis évolué dans la vision périphérique, absorbé dans les contorsions morales plus larges de la vie en Premier League. Le football a passé la dernière décennie à être acheté et vendu par des États souverains, utilisé pour gonfler, briller et récurer les réputations internationales. Quel est un autre despote amical? La différence avec le Rwanda est que, sans aucun doute un endroit magnifique à visiter, c'est aussi l'un des pays les plus pauvres du monde. Ce n’est pas une mini-superpuissance dont le PIB excédentaire s’écoule de ses revers de pantalon. Le Rwanda n'est pas beaucoup plus grand que le Pays de Galles. La majorité de sa population vit dans la pauvreté. Il repose massivement sur l'aide étrangère. Et pourtant, ici, il verse 30 millions de livres à l’un des clubs sportifs les plus riches du monde.

Deux choses ont apporté un plus grand soulagement au cours des dernières semaines. Ce contrat de trois ans doit être renouvelé cet été. Et comme le suggère la déclaration du gouvernement britannique, la situation au Rwanda est devenue une véritable source de préoccupation internationale. Michela Wrong est une écrivaine et journaliste qui couvre le Rwanda depuis le génocide. Son livre sur le régime de 21 ans du président Paul Kagame - Ne pas déranger: l’histoire d’un meurtre politique et d’un régime africain qui a mal tourné - est publié en avril. «Sur le front des droits de l'homme, les choses ont définitivement empiré depuis 2018», dit Wrong. «Le Rwanda est l'un des pays les plus répressifs d'Afrique. Vous avez une vraie pauvreté. Chaque élection au Rwanda est truquée, tout le monde le sait. Pire encore, il existe un désir incessant de traquer et de faire taire les critiques du gouvernement à l'étranger. Ce processus, connu sous le nom de «répression transnationale», est un thème clé du livre de Wrong, avec la suggestion que le gouvernement rwandais fait taire la dissidence à l’étranger via un service secret qu'elle compare au Mossad et à la Stasi est-allemande. Le gouvernement incarne essentiellement son président. Réélu en 2017 avec une majorité extrêmement impressionnante de 99%, Kagame était un chef des armées de libération après le génocide. Il a été un chouchou de la scène mondiale, côtoyant Tony Blair et Bill Clinton, et tweetant souvent sur Arsenal dans les derniers jours d'Arsène Wenger (Kagame était, à contrecœur, #Wengerout). «Je considère [Kagame] comme une figure très sinistre maintenant», dit Wrong. «Il sera là pour la vie, il n’a pas de successeurs, tous ses collègues les plus proches de son accession au pouvoir ont été tués ou emprisonnés.» Comment cela s’accorde-t-il avec le jaillissement de la marque, avec le voyage de David Luiz à la résidence présidentielle (les gifles, la réplique de la chemise «PK»)? Ou encore le récit sur le site Web d'Arsenal qui décrit le Rwanda comme «un réformateur de premier plan en Afrique». Le club n'est pas disposé à faire la lumière sur le renouvellement de l'accord. Un porte-parole a déclaré au Guardian: «Nous ne discutons jamais des conditions commerciales ou des renouvellements de nos partenariats, mais Visit Rwanda et nous sommes ravis de la façon dont les choses fonctionnent depuis notre lancement ensemble en 2018. En plus de faire connaître le pays comme un luxe destination de vacances, nous avons également travaillé ensemble pour remettre en question les perceptions et raconter l'incroyable histoire de la culture, du patrimoine et de la transition du Rwanda. Le schmaltz peut sembler un peu exaspérant à certains. Mais il y a au moins une amoralité haussière vivifiante dans la position d'Arsenal à ce sujet. Ce sont, après tout, des questions que le football doit affronter et démêler avec un certain degré d'honnêteté alors qu'il lutte pour se frayer un chemin entre une croissance et une expansion sans entraves (également connues sous le nom de cupidité), et toute notion d'être sélectif sur qui il traite. Arsenal a raison aussi. Selon les chiffres rwandais, la campagne a été un succès, augmentant de 8% le nombre total de touristes. Quel que soit le régime en place, le Rwanda a une industrie du tourisme qui fonctionne -; les hôteliers, les chauffeurs de taxi et les gens ordinaires qui bénéficieront énormément de l'activité économique. Où tracer la ligne? Qui jugeons-nous acceptable de notre propre trône de jugement plutôt bancal? Pouvons-nous voler avec Emirates mais pas visiter le Rwanda? Pouvons-nous vendre des instruments de mort d'Arabie saoudite mais pas un club de football? C’est simplement le paysage mondial du football, une ziggourat d’intérêts et de messages contradictoires, un endroit où personne n’est vraiment à l’écart. Pour Arsenal, la question de savoir s'il faut renouveler l'accord avec le Rwanda reste ouverte. La présence du Rwanda sur la liste rouge des voyages de Covid jouera peut-être un rôle. Peut-être que les préoccupations du ministère des Affaires étrangères auront un certain poids. C'était toujours un ajustement inattendu. Contre la rectitude morale du football anglais de l’année écoulée, et présenté comme un partenariat d’entreprise minuscule (David Luiz agitant une Jeep: rencontrez le centre de transit des enfants des rues de Gikondo), cela semble de plus en plus étrange.

 

Barney Ronay

David Luiz might well recommend a holiday in Rwanda, but with the situation there of international concern this sponsorship looks increasingly strange.

David Luiz with Paul Kagame

In January this year the Foreign Office urged the Rwandan government to look into allegations of “deaths in custody, enforced disappearances and torture”. The logistics of this shouldn’t be too difficult. The allegations are against the Rwandan government itself.

Six months ago Paul Rusesabagina, the hotelier whose peaceable role in the 1994 genocide was portrayed in the film Hotel Rwanda, was bundled on to a plane in Dubai to face what his family have called a sham trial on terrorism charges.

And a year before that David Luiz travelled to Rwanda on a sensational luxury tourist holiday – all the better to illustrate what the then chief commercial officer, Vinai Venkatesham, called “the very compelling fit” between Arsenal football club and a country where public life is marked by “threats, intimidation [and] mysterious deaths”, according to Human Rights Watch.

Never mind that, though. Look away from the moral discomfort. Here’s David Luiz’s video diary. Here’s David Luiz stalking a gorilla, David Luiz nutmegging a laughing child, David Luiz walking through the forest in a soaking wet Arsenal tracksuit. David Luiz’s verdict? “I’m going to recommend all my friends to spend their holidays in Rwanda.”

Arsenal’s sponsorship by Visit Rwanda remains an oddity of the commercial-sporting nexus. There was a degree of surprise in May 2018 when the shirtsleeve deal was announced.

It has since puttered along in the peripheral vision, absorbed into the wider moral contortions of Premier League life. Football has spent the past decade being bought and sold by sovereign states, used to puff, gloss and scour international reputations. What’s another friendly despot?

The difference with Rwanda is that, while undoubtedly a beautiful place to visit, it is also one of the poorest nations on earth. This isn’t a mini-superpower with surplus GDP tumbling out of its trouser turn-ups. Rwanda is not much bigger than Wales. The majority of its people live in poverty. It relies massively on foreign aid. And yet here it is paying out £30m to one of the world’s richest sporting clubs.

Two things have brought this into starker relief in the past few weeks. That three-year contract is up for renewal in the summer. And as the UK government statement suggests, the situation in Rwanda has become a source of genuine international concern.

Michela Wrong is a writer and journalist who has been covering Rwanda since the genocide. Her book on president Paul Kagame’s 21-year regime – Do Not Disturb: The story of a political murder and an African regime gone bad is published in April.

“On a human rights front things have definitely got worse since 2018,” Wrong says. “Rwanda is one of the most repressive countries in Africa. You’ve got real poverty. Every election in Rwanda is rigged, everyone knows that. Worse, there is an unrelenting desire to hunt down and silence critics of the government abroad.”

This process, known as “transnational repression”, is a key theme in Wrong’s book, with the suggestion the Rwandan government silences dissent abroad via a secret service she compares to Mossad and the East German Stasi.

The government is essentially an embodiment of its president. Re-elected in 2017 with a hugely impressive 99% majority, Kagame was a leader of the liberating armies after the genocide. He has been a darling of the world stage, cosying up to Tony Blair and Bill Clinton, and often tweeting about Arsenal in the final days of Arsène Wenger (Kagame was, reluctantly, #Wengerout).

“I think of [Kagame] as a very sinister figure now,” Wrong says. “He’s going to be there for life, he doesn’t have any successors, all his closest colleagues from when he rose to power have been killed or imprisoned.”

How does that fit with the branded gushing, with David Luiz’s trip to the presidential residence (the hand‑slaps, the “PK” replica shirt)? Or indeed the account on the Arsenal website that describes Rwanda as “a leading reformer in Africa”.

The club are not willing to shed any light on the renewal of the deal. A spokesperson told the Guardian: “We never discuss the commercial terms or renewals of our partnerships, but we and Visit Rwanda are delighted with how things have been working since we launched together in 2018. As well as raising awareness of the country as a luxury holiday destination, we have also worked together to challenge perceptions and tell Rwanda’s incredible story of culture, heritage and transition.”

The schmaltz may seem a little galling to some. But there is at least a bracingly bullish amorality to Arsenal’s position on this. These are, after all, questions football needs to confront and untangle with a degree of honesty as it struggles to navigate a path between unfettered growth and expansion (also known as greed), and any notion of being selective over who it deals with.

Arsenal are right, too. According to Rwandan figures the campaign has been a success, lifting overall tourism numbers by 8%. Whatever the regime might be up to, Rwanda has a functioning tourist industry –; hoteliers, taxi drivers and everyday people who will benefit hugely from economic activity.

Where do we draw the line? Who do we deem acceptable from our own rather wobbly throne of judgment? Can we fly Emirates but not Visit Rwanda? Can we sell Saudi Arabia instruments of death but not a football club? This is simply football’s global landscape, a ziggurat of conflicting interests and messages, a place where nobody is really out of the murk.

For Arsenal, the question of whether to renew the Rwanda deal remains open. Perhaps Rwanda’s presence on the Covid travel red list will play a part. Perhaps the concerns of the Foreign Office will carry some weight.

This was always an unexpected fit. Set against English football’s much-trumpeted moral rectitude of the past year, and couched as a simpering corporate partnership (David Luiz waving in a Jeep: meet the Gikondo street children’s transit centre), it looks increasingly strange.

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article