Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE (TFR)

Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

The disappearance of half a million young people from Rwanda's stats | African Arguments

Traduit en français par Google traduction

La disparition d’un demi-million de jeunes des statistiques du Rwanda Par An Ansoms, Ine Cottyn, René Claude Niyonkuru & Toon Vrelust 26 janvier 2021

L’analyse des données de l’enquête du Rwanda révèle des découvertes intéressantes sur la jeunesse du pays, y compris une mystérieuse anomalie.

Depuis de nombreuses années, le gouvernement rwandais et les donateurs internationaux ont investi massivement dans des programmes de développement destinés à la jeunesse rwandaise. Mais comment vont les jeunes du pays? Les données officielles nous apprennent des choses intéressantes sur l'éducation, l'emploi et la pauvreté dans cette population. Il révèle également une curieuse anomalie. Sur les 3,437 millions de Rwandais âgés de 10 à 24 ans en 2005/6, un peu plus d'un sur six avait apparemment disparu au moment des enquêtes de 2016/17. Il existe également une certaine variation entre le nombre de personnes appartenant à d'autres tranches d'âge, mais aucune n'est aussi importante que les 580 000 jeunes disparus.

Tableau 1: Répartition de la population par tranche d'âge sur la base d'extrapolations d'échantillons EICV EICV2 2005/6 EICV3 2010/11 EICV5 2016/17 2005/6 - 2016/17 Source: http://www.statistics.gov.rw/.

Remarque: Les groupes d'âge ont été organisés pour montrer la progression des groupes d'âge à travers les enquêtes. La comparaison n'est pas exacte car les groupes d'âge sont définis en tranches de 5 ans, mais les enquêtes EICV2 et EICV5 étaient espacées de 11 ans. (http://www.statistics.gov.rw/publication/eicv5thematic-reportyouth)

Commençons par ce que nous apprenons sur les jeunes qui sont inclus dans les statistiques. Selon la cinquième enquête intégrée sur la vie des ménages du Rwanda (EICV5), menée en 2016/17, les signes pour la jeunesse rwandaise sont plutôt positifs. Concernant l'éducation, le rapport constate que plus de 95% des jeunes ont fréquenté l'école et que 85% sont alphabétisés. Ce taux d’alphabétisation est nettement supérieur à la moyenne de l’Afrique subsaharienne, qui est d’environ 75%. Ces statistiques encourageantes peuvent s'expliquer par l'introduction de l'enseignement de base obligatoire et gratuit en 2009, initialement pour 9 ans de scolarité, puis porté à 12 ans. Depuis lors, les taux de scolarisation ont considérablement augmenté, même si des inquiétudes ont été soulevées concernant la qualité de cet enseignement. Un rapport de la Banque mondiale de 2018 a fait état d'un «modèle de progression très défavorable dans les premières classes» et de taux d'abandon élevés. Il a averti que «la plupart des enfants de l’école primaire n’acquièrent pas des compétences en lecture et en calcul adaptées à leur âge», en partie en raison des difficultés liées au passage du Rwanda du kinyarwanda et du français à l’anglais comme langue d’enseignement. Sur l'emploi, l'enquête EICV5 indique un taux d'activité élevé chez les jeunes. 77% sont inscrits comme «travaillant», 16% étudient et seulement 2,7% recherchent un emploi. Cependant, il constate également que 58% des jeunes travaillent moins de 35 heures par semaine, ce qui pourrait être considéré comme «sous-employé». Notre propre recherche qualitative suggère que les jeunes rwandais font face à plusieurs difficultés pour trouver un emploi. Les jeunes sont confrontés à un accès réduit à la terre, à une concurrence accrue pour les emplois et à de rares opportunités stables. En outre, alors que les décideurs politiques encouragent les jeunes à devenir des citoyens entrepreneurs qui prennent l'initiative de créer leurs propres emplois, la réalité est que peu d'entre eux ont un accès suffisant au capital pour démarrer une entreprise. En ce qui concerne la pauvreté, l’enquête 2016/17 révèle que la jeunesse rwandaise est en moyenne mieux placée que l’ensemble de la population. Environ 30% des jeunes vivent en dessous du seuil de pauvreté et 11% en dessous du seuil de pauvreté extrême, contre 38% et 16% respectivement de la population totale.

Le demi-million manquant Les tendances ci-dessus donnent un aperçu intéressant de la situation des jeunes au Rwanda, même si elles peuvent ne pas être tout à fait exactes étant donné qu'un sixième des 10-24 ans de l'enquête 2005/6 avait disparu en 2016/7. rapport. Qu'est-il arrivé à ces 580 000 jeunes? La première et la plus extrême hypothèse est que ces jeunes sont morts. Il n'y a cependant aucune preuve de cela, car il n'y a pas eu d'énormes catastrophes ou conflits qui entraîneraient un niveau de perte aussi remarquable. La seconde est que ces jeunes ont quitté le pays. Notre propre recherche qualitative (à paraître) a révélé qu'un nombre important de jeunes Rwandais migrent, de façon saisonnière ou permanente vers l'Ouganda, la RDC et le Burundi, à la recherche d'un emploi dans l'agriculture et le secteur tertiaire. Face à la rareté des terres et au manque de sources alternatives de revenus, les niveaux élevés de migration à l’intérieur et à la sortie du Rwanda sont devenus une caractéristique essentielle de la vie des jeunes. Cependant, alors que les documents officiels montrent que la migration de sortie est plus élevée que la migration d'entrée, il est peu probable que la différence représente 580 000 personnes. Une troisième hypothèse est que les individus disparus sont au Rwanda mais n'ont pas été repérés par les enquêtes en raison des difficultés causées par la migration interne. L'EICV5 a rapporté qu'un cinquième des 16-30 ans avait déménagé au cours des cinq années précédentes. Notre propre recherche a révélé que de nombreux jeunes déménagent chez eux pour trouver un emploi ou se retrouvent constamment en déplacement à la recherche d'un emploi temporaire. Nos résultats indiquent que la plupart de ces mouvements circulaires sont souvent motivés par la nécessité plutôt que par la recherche des «meilleures opportunités». Cette mobilité et le fait que de nombreux jeunes sont souvent absents de «chez eux» mais non inscrits ailleurs pourraient les faire passer à côté des statistiques officielles. Il y a peut-être d'autres hypothèses qui méritent d'être explorées, mais finalement, la disparition d'un jeune rwandais sur six reste un mystère statistique. Ce qui est moins mystérieux, c'est que la jeunesse rwandaise est confrontée à de nombreux défis, qui n'ont été ajoutés que par la pandémie COVID-19. Bien qu’il y ait eu plusieurs initiatives récentes spécifiquement orientées vers le bien-être des jeunes au Rwanda, il reste encore beaucoup à faire pour permettre aux jeunes Rwandais de faire face au manque de capitaux, au chômage et à l’accès insuffisant aux opportunités économiques.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article