Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE

Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

Exclusif: des témoignages top-secrets impliquent le président Paul Kagame du Rwanda dans des crimes de guerre.

Paul Kagame

Paul Kagame

Par  

Ni le FPR, ni le bureau du président rwandais, ni le Haut Conseil des médias rwandais, ni Nyamwasa n'ont répondu lorsqu'on leur a demandé de commenter les documents. Sur Twitter, Yolande Makolo, une conseillère de Kagame, a rejeté une question de M&G sur les documents et a qualifié les questions de «ridicules».

Filip Reyntjens, un politologue belge qui a passé des décennies à étudier le Rwanda et a fourni un témoignage d’expert au TPIR, a déclaré que la légitimité du FPR est basée sur le sauvetage des Tutsis et l’arrêt du génocide, et que tout examen critique de son véritable bilan saperait ce discours officiel.

«La légitimité du FPR repose en grande partie sur son image de représentation et de défense des victimes du génocide de 1994 contre les Tutsi. Ce sont les `` bons gars ''. Toute preuve indiquant que le FPR a commis des crimes massifs ou a joué un rôle dans l'abattage de l'avion présidentiel, un acte qui a déclenché le génocide, remet en question cette légitimité, c'est pourquoi ils doivent le combattre à pleines dents et clou », a déclaré Reyntjens au M&G.

Christophe, dont les déclarations et les entretiens avec le M&G sont corroborés par d'autres témoins qui ont offert des témoignages similaires, a déclaré qu'il pensait que les meurtres dont il a été témoin à Gabiro n'auraient pas pu être commis pour se venger des crimes commis par des Hutus pendant le génocide.

Les meurtres commis par le FPR ont duré «trop longtemps [et] étaient trop programmés et bien organisés», pour constituer des représailles, a-t-il dit.

Les massacres de Gabiro

D'autres témoins ont étayé le récit de Christopher, indiquant que le FPR avait commencé à tuer à Gabiro en avril 1994, peu de temps après l'assassinat de Habyarimana. S'adressant aux enquêteurs en français, un témoin, un ancien soldat qui a rejoint le FPR en 1992, a déclaré aux enquêteurs que des civils hutus déplacés de villages du nord du Rwanda avaient été amenés à Gabiro à bord de camions-remorques et laissés dans un complexe résidentiel appelé la Maison des Habyarimana, à 3 km du camp militaire.

"L'officier du renseignement a choisi le personnel du renseignement et les instructeurs pour exécuter les personnes amenées par des camions… Les soldats ont attaché leurs coudes derrière le dos et, un par un, les ont fait marcher jusqu'à une «tombe» au-dessus de la maison de Habyarimana, où ils ont été abattus … Ces exécutions sommaires se sont faites jour et nuit entre quatre et cinq semaines que j'y étais… Fin avril, début mai, après deux semaines d'exécutions sommaires, l'odeur des cadavres a atteint le camp de Gabiro. Deux bulldozers ont été utilisés pour enterrer les corps."

Le témoin a déclaré qu'il avait participé à la combustion de corps en utilisant un mélange d'huile et d'essence pour transformer les cadavres en cendres dans une forêt près d'un autre camp d'entraînement appelé Gako. Le soldat en question a déclaré qu'un lieutenant appelé Silas Gasana, chargé de la sécurité d'un homme dénommé «PC-Afandi», avait supervisé les tueries de Gabiro. «PC-Afandi» est un surnom militaire pour Kagame, selon d'anciens membres du FPR qui ont été interviewés séparément sur le sujet.

Le témoin a déclaré aux enquêteurs que Gasana était en communication avec Nyamvumba, qui était alors commandant des opérations et instructeur en chef à Gabiro.

Un autre ancien militaire du FPR envoyé à Gabiro à la mi-avril 1994 a déclaré au tribunal:

"De nombreux camions venaient de différentes régions autour du camp. Les recrues qui allaient chercher du bois de chauffage pouvaient voir passer ces camions. Dans deux cas, alors que j'étais à environ un kilomètre de notre camp à la recherche de bois, j'ai personnellement observé ces camions. C'étaient des semi-remorques ou des semi-remorques. Les véhicules avaient 18 ou 24 roues sans plaques d'immatriculation. Ils sont passés devant moi, très près. Ils étaient pleins d'hommes, de femmes, d'enfants et de personnes âgées. Ils ont été amenés dans une zone proche des maisons de l'ancien chef de l'Etat, près de la piste d'atterrissage de Gabiro, et massacrés".

Le témoin a déclaré que les victimes venaient des régions du nord du Rwanda et avaient été tuées afin que les réfugiés tutsis vivant en Ouganda puissent acquérir leurs terres. Le témoignage a mis en évidence la pratique présumée du FPR de blâmer à tort les Hutus pour les atrocités qu’ils n’ont pas commises.

"Le principal objectif de ces massacres… était de préparer les terres et les pâturages pour les personnes qui avaient été des réfugiés [tutsis] en Ouganda et qui ont été rapatriés. Jusqu'à aujourd'hui, quiconque [qui est Hutu] qui pourrait penser y vivre sans être revenu d'Ouganda, courrait le risque d'être accusé d'être un Interahamwe."

D'autres témoins ont évoqué des meurtres au camp militaire en bordure du parc. Un ancien officier du renseignement a décrit Gabiro comme un «centre de meurtre» principal.

L'officier a participé à des opérations à Giti, dans le nord du Rwanda, à partir d'avril 1994, dans une zone où aucun Tutsi n'avait été tué pendant le génocide. Bien que la commune soit sûre pour les Tutsis, les forces spéciales du FPR y ont tué jusqu'à 3 000 Hutus, a-t-il déclaré.

"Entre deux et trois mille [civils] ont été exécutés dans la commune de Giti et enterrés dans des fosses communes et des latrines. Des milliers d'autres victimes ont été amenées à Gabiro. C'était une plaque tournante du meurtre, surtout isolée et proche du parc de l'Akagera… À un moment donné, les victimes des environs de Giti ont commencé à arriver dans des camions militaires, en route vers Gabiro, où elles ont été simplement éliminées."

Massacres dans le nord du Rwanda avant le génocide

Un certain nombre d'anciens soldats du FPR ont déclaré que des civils hutus avaient été attaqués avant le génocide, en particulier dans le nord du Rwanda.

Un soldat a déclaré que dès que le FPR s'était emparé d'une zone - qu'il qualifiait de «zone libérée» - les Hutus qui y vivaient étaient systématiquement massacrés.

"Le [FPR] était convaincu que les Hutus étaient incontrôlables, il valait donc mieux s'en débarrasser. C’est pourquoi un nettoyage ethnique systématique a été organisé dans ces «zones libérées». Deux méthodes ont été utilisées pour atteindre cet objectif. Le FPR organisait des attaques meurtrières, où des centaines de paysans hutus seraient tués. Les survivants fuiraient alors et videraient la zone. Le FPR répandrait également des rumeurs d'attaques imminentes, une tactique qui ferait fuir les paysans."

Un soldat du FPR qui a servi dans la région nord-ouest près de Ruhengeri a témoigné qu'en 1993, le but de son unité était de «tuer l'ennemi et d'enterrer ou de brûler leurs cadavres». Le soldat a déclaré qu'il faisait partie de cette unité jusqu'en août 1994.

"Le but de notre groupe était de tuer les Hutus. Cela incluait les femmes et les enfants. Nous avons tué beaucoup de personnes, peut-être 100 000. Notre unité a tué en moyenne entre 150 et 200 personnes par jour. Les gens ont été tués avec une corde [autour du cou], un sac en plastique [sur la tête], un marteau, un couteau ou avec des armes traditionnelles [machette, panga]. Les corps étaient ensuite mis dans des fosses communes ou parfois brûlés".

Dans leur rapport de synthèse, les enquêteurs de l'UES ont cité une foule de méthodes utilisées par le FPR pour tuer les victimes, notamment les étrangler avec des cordes, les étouffer avec des sacs, verser du plastique brûlant sur leur peau et pirater les Rwandais avec des houes et des baïonnettes.

L'infiltration des Interahamwe par le FPR

Selon trois témoignages, les soldats du FPR portaient des uniformes saisis aux Forces armées rwandaises [du gouvernement hutu] (FAR) et utilisaient des armes émises par le gouvernement pour commettre des crimes dans des opérations sous faux drapeau. Un ancien soldat du FPR a décrit la logique des attaques du FPR contre des civils dans une zone démilitarisée avant le génocide:

"La tâche la plus importante était de déstabiliser le régime en tuant des civils. Une fois qu'ils [le FPR] se sont retirés, ils ont répandu la rumeur selon laquelle le régime [Habyarimana] était incapable de protéger les civils".

Ces commandos du FPR, dits «techniciens», intégrés au sein des Interahamwe, étaient stationnés dans des zones contrôlées par les Interahamwe et ont participé au massacre de civils aux barrages routiers pendant le génocide, selon le témoin. «Ils ont même tué des Tutsis», a déclaré un ancien soldat du FPR.

Un autre ancien soldat du FPR, basé à Kigali d'avril à juillet 1994, a été témoin d'événements similaires. Il a déclaré aux enquêteurs que les commandos du FPR déguisés en soldats du gouvernement ou déguisés en membres des Interahamwe et utilisaient des machettes pour tuer des civils tutsis aux barrages routiers. Le témoin a affirmé que le FPR avait déployé plus de deux bataillons de ces commandos dans la seule capitale.

"Ils ont vérifié les papiers d'identité [et] ont tué des gens à la machette exactement comme les Interahamwe, donc personne ne serait méfiant."

Les opérations sous faux drapeaux se sont poursuivies bien après la fin du génocide, selon divers témoignages.

Déclencher le bain de sang

Au début du génocide, il était largement admis que les extrémistes hutus étaient responsables d’abattre l’avion du président dans le but de conserver le pouvoir. La croyance en cette hypothèse reste répandue. Cependant, des informateurs du FPR ont déclaré au tribunal que le FPR avait planifié et exécuté l’attaque contre l’avion de Habyarimana.

Un certain nombre d'anciens soldats du FPR ont déclaré que le FPR avait déterré des caches d'armes secrètes juste avant l'attaque du 6 avril pour se préparer au combat. Des sources ont déclaré à l'UES que Kagame et ses hauts commandants ont tenu trois réunions pour préparer l'attaque. Dans le rapport de synthèse, les enquêteurs de l’ONU ont «confirmé» l’existence d’une équipe du FPR chargée des missiles sol-air, qui auraient été transportés à Kigali depuis le quartier général militaire du FPR dans le nord du Rwanda, près de la frontière ougandaise. Les documents de l'UES ont nommé les individus qui auraient amené les missiles dans la capitale, les ont cachés et les ont tirés le 6 avril 1994, et ont inclus Kagame et Nyamwasa comme cibles potentielles de mise en accusation.

Un témoin a déclaré qu'avant l'attaque de l'avion, dans la nuit du 6 avril, les soldats du FPR avaient reçu l'ordre de se préparer:

Le 6 avril 1994, à 19 heures, l’ordre a été reçu de Kayonga d’être «en attente». Cela signifiait être en tenue de combat complète et prêt pour une attaque. Toutes les entreprises sont sorties du camp dans les tranchées… Vers 20h30, j’ai vu le crash de l’avion du président.

Un autre témoin a plus tard été informé par un agent des renseignements que le FPR était bien derrière l'attaque de l'avion:

Il m'a dit que c’était le FPR qui avait abattu l’avion de Habyarimana. Quand il a réalisé son indiscrétion, il m'a menacé de représailles si je ne la gardais pas pour moi.

Les témoignages appuient les travaux d'une enquête antérieure menée en 1997 par le TPIR, par un avocat du nom de Michael Hourigan, qui a recueilli des preuves indiquant que le FPR était à l'origine de l'attaque de l'avion. Louise Arbour, procureure en chef du tribunal de l'ONU à l'époque, a mis fin à l'enquête et a déclaré à Hourigan qu'elle n'avait pas le mandat d'enquêter sur les actes de terrorisme, selon un certain nombre d'entretiens accordés par Hourigan après avoir quitté son emploi, frustré par sa décision. . Plus tard, Arbour a déclaré au journal The Globe and Mail que le gouvernement de Kagame avait bloqué les efforts d’enquête sur les crimes du FPR et que le tribunal n’avait pas les ressources nécessaires pour mener une telle enquête en toute sécurité.

En 2000, Carla Del Ponte, qui a succédé à Arbour, a clairement indiqué qu'elle avait l'intention d'inculper le FPR. «Pour moi, une victime est une victime, un crime relevant de mon mandat en tant que procureur [du tribunal du Rwanda] est un crime, indépendamment de l'identité ou de l'appartenance ethnique ou des idées politiques de la personne qui a commis lesdits crimes», a-t-elle déclaré dans un discours en 2002. «Si c'était Kagame qui avait abattu l'avion, alors Kagame aurait été la personne la plus responsable du génocide», a-t-elle déclaré plus tard lors d'un colloque organisé par le Sénat français.

Mais en 2003, le gouvernement américain a averti Del Ponte que si elle allait de l'avant avec son projet d'inculper le FPR, elle serait licenciée, selon ses mémoires. Quelques mois après une réunion tendue qu'elle a eue avec Pierre-Richard Prosper - alors ambassadeur américain pour les crimes de guerre, qui avait été procureur du TPIR de 1996 à 1998 - Del Ponte a été démis du TPIR. Selon ce mémo divulgué, daté de 2003, Prosper a conclu un accord avec le tribunal pour transférer la compétence pour poursuivre les crimes du FPR - et les preuves des crimes du FPR recueillies par les enquêteurs de l'ONU - du tribunal de l'ONU au gouvernement rwandais. Prosper est actuellement associé chez Arent Fox, où il conseille et représente le gouvernement rwandais dans les arbitrages et contentieux internationaux, selon le site Internet du cabinet. Prosper n'a pas répondu à notre demande de commentaire.

Hassan Jallow, le successeur de Del Ponte, qui a supervisé les poursuites judiciaires jusqu'à sa fermeture en 2015, a finalement refusé de mettre en examen le FPR. En 2005, il a défendu la décision du TPIR de ne pas poursuivre le FPR, écrivant que l’armée de Kagame avait «mené une guerre de libération et vaincu le gouvernement hutu de l’époque, mettant fin au génocide». Depuis 1994, plusieurs autres agences des Nations Unies ont enquêté sur les attaques du FPR contre des civils hutus, tant à l'intérieur du Rwanda que dans les pays voisins. Ces informations ont également été supprimées ou sont devenues la cible de dénégations vigoureuses de Kigali. Bien qu'ils traitent d'autres crimes présumés du FPR, ils corroborent les conclusions générales de l'UES selon lesquelles le FPR a commis des crimes généralisés et ciblés contre les Hutus. Robert Gersony, un consultant américain, a été engagé par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés à l'été 1994 pour évaluer si les réfugiés hutus qui avaient fui le Rwanda vers les pays voisins pouvaient rentrer chez eux en toute sécurité. Le rapport de 1994 de Gersony n’a jamais été rendu public officiellement, mais selon une version divulguée en 2010, les enquêteurs ont conclu que le meurtre par le FPR de Hutus pendant le génocide était «systématique» et avait entraîné la mort de dizaines de milliers de civils.

Un haut responsable de la force de maintien de la paix de l'ONU au Rwanda a déclaré que Gersony avait fait un exposé verbal dans lequel il avait présenté des preuves que le FPR avait mené un «génocide calculé, pré-planifié et systématique contre les Hutus». Le rapport Mapping de l'ONU, qui a enquêté sur les exactions commises par les forces pro-rwandaises en RDC entre mars 1993 et ​​juin 2003, a conclu que les attaques contre des civils hutus dans ce pays, «si elles étaient prouvées devant un tribunal compétent, pouvaient être qualifiées de crimes de génocide. " Malgré les conclusions du rapport Mapping, le FPR n'a jamais été poursuivi pour ses crimes présumés en RDC. Des défenseurs des droits de l'homme tels que Denis Mukwege, un médecin congolais qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2018 pour le traitement des femmes ayant subi des violences sexuelles, ont appelé à plusieurs reprises la communauté internationale à mettre en place un tribunal pour juger tous les auteurs d'atrocités et mettre fin à la culture. d’impunité en RDC. Néanmoins, le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, dont les enquêteurs ont rédigé le rapport de cartographie de 550 pages, a choisi de garder confidentielle sa base de données sur les auteurs présumés. Les efforts de la France pour enquêter sur l’abattage de l’avion de Habyarimana n’ont pas non plus permis d’établir une quelconque responsabilité. En 2006, après une longue enquête, un juge français a émis des mandats d'arrêt contre plusieurs responsables du FPR en lien avec l'assassinat du président rwandais, une décision qui a déclenché une dispute diplomatique entre Kigali et Paris.

En décembre 2018, un tribunal a rejeté l'affaire contre le FPR, invoquant des preuves insuffisantes pour procéder à un procès et, le 3 juillet de cette année, une cour d'appel de Paris a confirmé la décision et a accepté de ne pas rouvrir une enquête. Des chercheurs ont récemment tenté d'estimer le nombre de victimes de violence, tant Tutsi que Hutu. En janvier, le Journal of Genocide Research a publié plusieurs études estimant qu'entre 500 000 et 600 000 Tutsis ont été tués pendant le génocide, et entre 400 000 et 550 000 Hutus ont perdu la vie dans les années 1990. Marijke Verpoorten, universitaire à l'Université d'Anvers, affirme qu'il reste impossible d'établir un bilan fiable des meurtres de Hutus. Au lieu de cela, elle tente d'estimer combien de vies Hutu ont été perdues dans les années 90, soit en conséquence directe de la violence, soit indirectement, après la propagation rapide de maladies contagieuses dans les camps de réfugiés et les conditions de guerre désastreuses. Elle arrive à une «estimation approximative» de 542 000, bien qu'elle admette qu'il existe un très grand intervalle d'incertitude. Pourtant, un seul groupe ethnique a été internationalement reconnu comme victime.

Au Rwanda, les tribunaux gacaca communautaires ont jugé plus de 1,2 million d’auteurs présumés du génocide des Tutsi. Un fonds officiel pour les survivants du génocide ne reconnaît pas les Hutus qui ont été tués, même s'ils ont perdu la vie en essayant de protéger les Tutsis. Les Hutus ne sont pas autorisés à pleurer publiquement leurs proches ou à demander justice pour les crimes du FPR au Rwanda. Après avoir officiellement fermé ses portes, le TPIR est devenu un tribunal résiduel - maintenant appelé le Mécanisme résiduel international pour les tribunaux pénaux (MICT) - et continue de rechercher des génocidaires hutus présumés de haut niveau. En mai, la police française a arrêté Félicien Kabuga, 87 ans, qui vivait caché depuis 26 ans. Il est accusé d'avoir financé le génocide contre les Tutsis en finançant une radio extrémiste. Kabuga a nié les allégations et se trouve actuellement à La Haye dans l'attente d'un procès. Le MICT n'a pas répondu lorsqu'on lui a demandé de commenter la poursuite des responsables du FPR.

Judi Rever

Judi Rever est une journaliste indépendante de la presse écrite et audiovisuelle qui a débuté sa carrière à Radio France Internationale avant de travailler pour le service de presse de l'Agence France-Presse, qui reporte sur l'Afrique et le Moyen-Orient.

 

 

Benedict Moran

Benedict Moran est un journaliste et cinéaste indépendant primé.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article