Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Docteur Denis Mukwege, responsable de l’hôpital de Panzi à Bukavu dans la province du Sud-Kivu le 15/03/2016 à Kinshasa, lors d’une conférence de presse. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Docteur Denis Mukwege, responsable de l’hôpital de Panzi à Bukavu dans la province du Sud-Kivu le 15/03/2016 à Kinshasa, lors d’une conférence de presse. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Les Nations unies sont plus que préoccupées par les menaces de mort dirigées contre Dr Denis Mukwege. Le secrétaire général de l’ONU, la cheffe de la MONUSCO ainsi que le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme insistent pour que des enquêtes soient menées pour assurer la sécurité du prix Nobel de la Paix 2018.

La Haut-commissaire des nations Unies aux Droits de l’homme qui est montée au créneau ce vendredi 28 août. Dans son communiqué publié à Genève, Michelle Bachelet demande une enquête sérieuse et approfondie sur les menaces de mort contre Dr Denis Mukwege, cet homme de reconnaissance mondiale qui s’est sacrifié pour les femmes victimes des violences sexuelles.

Michel Bachelet salue tout de même l’engagement public du président Felix Tshisekedi à assurer sa sécurité. 

Pour sa part le secrétaire général de l’ONU a adressé un message d’encouragement au Dr Mukwege. Antonio Guterres indique que la Monusco travaille aux côtés du gouvernement Congolais pour un dispositif de sécurité efficace et durable, rapporte Mr Marc Malago gouverneur a.i du Sud-Kivu rassure.

Dr Denis Mukwege reçoit les menaces de mort en rapport avec sa prise de position sur les crimes à répétition dans la partie Est du pays. Il réclame la mise en œuvre du rapport mapping de l’ONU de 2010, mais surtout l’instauration d’un tribunal pénal spécial pour la RDC.

Lire aussi RDC : Michelle Bachelet demande une enquête sur les menaces de mort contre le Prix Nobel de la paix, Denis Mukwege

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article