Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
TFR - LA TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE

Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

RDC : « La RDC a commis une erreur de fermer ses portes au FMI sur la gestion des finances publiques », Adolphe Muzito

Adolphe Muzito, ancien PM de RDC

Adolphe Muzito, ancien PM de RDC

Dans sa 25-eme tribune publiée vendredi 12 juin, l’ancien premier ministre de la RDC Adolphe Muzito affirme que la RDC a commis une erreur monumentale pour avoir fermé ses portes au Fonds Monétaire International (FMI) sur la gestion des finances publiques entre 2012 et 2016.

D’après lui, cette situation a engendré l’inertie économique avec comme conséquence la crise sociale en cours.

« L’annulation d’une importante partie de la dette publique aurait dû permettre à la RDC de stimuler sa production par un nouvel endettement, afin de créer des richesses pour sa population », indique Adolphe Muzito. Malheureusement, selon lui, le pays s’est satisfait de ce qu’il qualifie de ‘’ménopause économique’’ qui ne lui a pas permis de créer des opportunités de valorisation des ressources de son sol, sous-sol et humaines.

« Je reproche à ceux qui ont géré le pays entre 2012 et 2016  d’avoir fermé les portes au FMI et à la Banque Mondiale », déclare-t-il. Il ajoute que le gouvernement s’est volontairement privé de l’apport extérieur, jusqu’à plonger le pays dans l’autarcie financière en entretenant l’opacité de sa gestion.

Toujours dans cette tribune, l’ancien premier Ministre de la RDC explique que le pays a un budget de 5,5 milliards de dollars américains. Alors que les défis sont de l’ordre de 50 milliards de dollars américains, au minimum, pour les besoins en infrastructures de base. Selon lui, ce gap ne peut être comblé que par le recours au marché financier international.

Lire aussi sur radiookapi.net: 
Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :