Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

ODHR : TRANSFERT AU RWANDA DE MILLIERS DE MIGRANTS AFRICAINS BLOQUÉS EN LIBYE OU FAILLITE DE L’UE ET L’UA EN MATIERE DE DROITS DE L’HOMME

Déclaration : ODHR- septembre 2019

Selon le journal RFI[1], l’accueil de migrants évacués de Libye serait un bon coup politique pour le Rwanda.

Pour qui connait la situation continue des violations des libertés fondamentales dans ce pays depuis la prise du pouvoir par le régime de Kagame Paul, la signature par le Rwanda, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et l’Union Africaine de l’Accord d’accueil des migrants dont l’entrée en Europe a été refusée est un pied de nez aux instruments internationaux des droits de l’homme.

À chaque fois qu’il est interrogé[2] sur la situation des droits de l’homme, Mr Kagame Paul parle d’absurdité. Il affirme sans sourciller qu’il a combattu pour le respect des droits de l’homme, alors que tout son parcours de militaire ougandais d’abord puis de rebelle et d’homme politique au Rwanda est jalonné de violations graves du droit humanitaire. Ces graves violations vont jusqu’à tirer et massacrer les réfugiés accueillis au Rwanda ou à les utiliser pour déstabiliser la région des grands lacs africains.

Pour rappel, des réfugiés congolais du camp de Kiziba dans le district de Karongi à l’Ouest du Rwanda qui marchaient vers les bureaux du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés le 21 février 2018, ont été brutalement dispersés sans sommation. La police rwandaise a tiré sur eux à balles réelles et des dizaines d’entre eux ont été tués et d’autres blessés[3]. Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés et attendent d’être jugés[4].

Le Rwanda abrite plus de cent cinquante mille réfugiés congolais et burundais sur son sol. Depuis 1996, à la suite de son engagement dans les conflits en RDC, le régime de Kigali est accusé régulièrement d’utiliser le prétexte des réfugiés pour déstabiliser les pays de la région des grands lacs. En 1996, avec le soutien de l’Ouganda, l’armée de Kagame a envahi le Zaïre, actuel RDC, arguant vouloir disperser les camps de réfugiés hutu pour les rapatrier. Il les a traqués jusqu’à Kinshasa où il a aidé Laurent Désiré Kabila à prendre le pouvoir. Plusieurs centaines de milliers de réfugiés rwandais et des millions de congolais furent tués (voir UN Mapping report sorti en Août 2010, P. 80 à 119[5]). Des milliers de réfugiés rwandais rentrés à la suite de ce conflit furent massacrés dans le nord du pays (Ruhengeri/Gisenyi/Kibuye Nord et Kigali Nord) sous prétexte de combattre les infiltrés.

Il est régulièrement reproché au régime de Kagame de recruter des réfugiés congolais des camps basés au Rwanda pour soutenir les différentes rébellions à l’Est de la RDC et de les utiliser pour piller les richesses de ce pays. Il est bon de rappeler qu’après leur déroute, les rebelles tutsi congolais du général Laurent Nkunda et du colonel Jules Mutebusi et bien d’autres se sont repliés au Rwanda où ils vivent en toute impunité. Les familles des réfugiés congolais qui ont perdu leurs enfants recrutés dans ces rébellions n’osent pas en parler pour leur sécurité.  

Le Burundi accuse le Rwanda d’aider l’opposition burundaise à recruter des réfugiés dans le camp de Mahama en vue de créer une rébellion armée contre leur pays d’origine. Ces recrutements ont été confirmés par le rapport de l’ONG américaine Refugee International[6].

L’accueil par le Rwanda de milliers de migrants évacués de Libye loin des côtes européennes est motivé par des intérêts financiers plutôt qu’humanitaires. En contrepartie, le Rwanda recevrait des millions d’euros de la part de l’UE.  L’on se souviendra du deal conclu en 2015 entre le Premier Ministre Israélien et le Président rwandais Paul Kagame, prévoyant que le Rwanda devait recevoir un montant de 5.000 dollars par réfugié africain expulsé d’Israël et accueilli au Rwanda. Ce deal a été dénoncé par plusieurs ONG, et Paul Kagame a rétropédalé. Le reportage de Libération[7] parle d’un arrangement passé entre le Premier Ministre Israélien et les gouvernements rwandais et ougandais, nous citons: « … la presse parle d’un deal à hauteur de 5 000 dollars (4 000 euros) par migrant accueilli au Rwanda. Kigali dément. Selon l’ONU, environ 4 000 demandeurs d’asile auraient déjà « volontairement » accepté une première version du plan israélien, se laissant expulser vers l’une des deux destinations. Depuis, les médias israéliens ont diffusé les témoignages de migrants regrettant amèrement leur choix, narrant des vies de SDF aux papiers confisqués et sans permis de travail dans les rues de Kigali. D’autres ont raconté avoir été conduits par des officiers rwandais à la frontière avec le Soudan du Sud ou l’Ouganda, et forcés de quitter le pays… ».  

Pour l’ODHR, l’accord signé à Addis Abeba en Éthiopie entre le Rwanda, l’Union Africaine et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, sur financement de l’Union Européenne est de même nature que celui conclu en son temps avec Tél Aviv. Il n’apporte pas de solution définitive à la question des migrants voulant se rendre en Europe via la Méditerranée au risque de leur vie.

Par ailleurs, l’ODHR est préoccupé par le sort de ces migrants transférés de force au Rwanda au moment où des milliers de Rwandais quittent leur pays pour fuir la famine et les violations des droits de l’homme (assassinats et disparitions réguliers). Il y a un risque que le régime de Kigali les instrumentalise en les enrôlant dans des rébellions pour déstabiliser la région des grands lacs comme cela a été le cas depuis 1996 en RDC et au Burundi. L’ODHR demande à l’Union Européenne et à l’Union Africaine de reconsidérer ce partenariat pour laisser un libre choix aux migrants. Cet éloignement forcé à des milliers de kilomètres de leurs pays vers l’hémisphère sud est une torture morale et physique pour ces migrants. Cela n’apportera pas la paix ni pour la terre d’accueil forcée ni pour les pays d’origine.

Fait à Paris le 21 septembre 2019

Pour L’ODHR

Laurent MUNYANDILIKIRWA

Président

 

http://data.over-blog-kiwi.com/1/18/92/70/20190923/ob_c757fb_declaration-odhr-sur-les-migrants-ev.pdf


[2]http://www.rfi.fr/afrique/20190625-rwanda-passe-armes-entre-commissaire-europeen-paul-kagame- Rwanda: Face au Commissaire Européen, Kagame s’emporte sur les droits de l’homme. Article du 26 juin 2019 sur RFI

[3]https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/02/23/au-rwanda-cinq-refugies-congolais-tues-dans-des-heurts-avec-la-police_5261470_3212.html-  Cinq réfugiés congolais tués dans des heurts avec la police au Rwanda - Une manifestation contre la baisse des rations alimentaires dans le camp de Kiziba, dans l’ouest du pays, a dégénéré en violences, article de Le Monde paru le 23 février 2018.

[4]https://www.hrw.org/fr/news/2019/02/23/rwanda-un-plus-tard-aucune-justice-pour-les-meurtres-de-refugies- Human Rights Watch - Rwanda : Un an plus tard, aucune justice pour les meurtres de réfugiés - La police a tué au moins 12 personnes, 23 février 2019.

[5] https://www.ohchr.org/Documents/Countries/CD/DRC_MAPPING_REPORT_FINAL_FR.pdf- Rapport du Projet Mapping concernant les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la République démocratique du Congo -  Août 2010.

[6]https://www.voaafrique.com/a/ong-denonce-recrutement-refugies-burundais-rwanda-par-groupes-armes/3101849.html-      Une ONG dénonce le recrutement de réfugiés burundais au Rwanda par des groupes armés - L'ONG Refugees International dénonce le recrutement par des "groupes armés" de Burundais réfugiés dans le camp de Mahama au Rwanda, parmi lesquels des enfants, et appelle à des sanctions. -poblié par VOA le 14 décembre 2015.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article