Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

France/Biarritz : Un G7 au format renouvelé

Note de TFR.

Le président rwandais Paul Kagame n'a pas sa place au G7, mais devrait comparaître devant la CPI aux côtés de son homme de main le général Ntaganda Terminator pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et crimes de génocide commis par son armée contre les peuples rwandais et congolais.

La rédaction de la Tribune Franco-Rwandaise.

France/Biarritz : Un G7 au format renouvelé
France/Biarritz : Un G7 au format renouvelé

La lutte contre les inégalités, au sein de nos sociétés et dans le monde, est une question de justice tout autant qu’une urgence à laquelle il faut s’atteler si nous voulons regagner la confiance de nos citoyens dans notre système de gouvernance international.

Pour mener ce combat, le G7, en réunissant de façon informelle de grandes puissances économiques qui partagent des valeurs démocratiques et une ambition collective pour traiter les grands problèmes mondiaux, offre un cadre privilégié afin de donner des impulsions et proposer des solutions concrètes.

Mais comme le Président de la République l’a rappelé dans son discours à l’Assemblée générale des Nations unies le 25 septembre 2018, « le temps où un club de pays riches pouvait définir seul les équilibres du monde est depuis longtemps dépassé. » 

C’est pourquoi, il a souhaité que la présidence française du G7 soit l’occasion, en 2019, de faire évoluer le format du groupe, en y associant 1/ de grandes démocraties qui ont une influence régionale majeure ; 2/ des partenaires africains pour bâtir un partenariat renouvelé ; 3/ des acteurs clés de la société civile, avec l’objectif de former des coalitions autour de projets et de solutions pour lutter contre toutes les formes d’inégalités, de façon plus efficace, légitime, concrète.

Seront ainsi associés, au Sommet de Biarritz, mais aussi à de nombreuses séquences préparatoires : 

1. 4 grands partenaires engagés dans la protection et la promotion des libertés démocratiques 

A l’heure de la transformation digitale et du dérèglement climatique, la France a souhaité associer au G7 des partenaires clés pour répondre à ces deux enjeux, soucieux, comme nous, du respect des valeurs démocratiques et des libertés fondamentales :  

l’Afrique du Sud et son Président Cytil Ramaphosa ;

l’Australie et son Premier Ministre Scott Morrison ;

le Chili et son Président Sebastián Piñera ;

l’Inde et son Premier Ministre Narendra Modi.

Avec ces quatre grandes démocraties, nous nous attacherons à renforcer la protection des libertés fondamentales dans le contexte du développement du numérique et de l’intelligence artificielle, et nous proposerons des mesures concrètes pour protéger la planète, en mettant l’accent sur la protection de la biodiversité, du climat et des océans. Le Chili, qui accueillera la COP25 en décembre 2019, sera dans ce contexte un allié de poids. 

2. 6 partenaires africains pour bâtir un partenariat d’égal à égal avec ce continent d’avenir

Pour faire face aux inégalités dans le monde, la présidence française du G7 souhaite nouer un partenariat d’égal à égal avec l’Afrique. 

« Ce n’est pas seulement sur ce continent que nous gagnerons ou que nous perdrons collectivement notre grande bataille contre les inégalités. C’est avec ce continent ».

(Le Président de la République à l’AGNU - New York, 25 septembre 2018).

Outre l’Afrique du Sud, quatre pays qui jouent un rôle moteur sur le continent et qui sont des acteurs de la coopération multilatérale, attachés à la préservation de la biodiversité et à une mise en œuvre ambitieuse de l’Accord de Paris sur le climat, sont donc conviés au Sommet de Biarritz et à plusieurs réunions préparatoires : 

le Burkina Faso et son Préisdent Roch Marci Christan Kaboré, qui préside en 2019 le G5 Sahel;

l’Egypte et son Président Abdel Fattah al-Sissi, actuellement en présidence de l’Union africaine;

le Sénégal et son Président Macky Sall, en tant que présidence du NEPAD [Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique, l’agence de développement de l’Union Africaine];

le Rwanda et son Président Paul Kagame, qui a exercé en 2018 la présidence de l’UA.

Par ailleurs, Moussa Faki, au titre de Président de la Commission de l’Union africaine, sera aussi invité au Sommet.

Nous souhaitons, ensemble, trouver des outils concrets pour assurer un développement économique durable du continent africain, en favorisant notamment la création d’emplois pour les jeunes et l’entrepreneuriat féminin. L’accès à l’éducation et à la santé, condition sine qua non pour lutter contre les inégalités de destin, l’inclusion numérique et l’accès aux financements des acteurs économiques sont au cœur de nos échanges avec nos partenaires africains, avec une attention particulière à la région du Sahel, qui concentre ces multiples défis.

3. Des acteurs clés de la société civile engagés dans la présidence française du G7 

En associant étroitement aux travaux du G7 un Conseil Consultatif pour l’égalité femmes-hommes, qui réunit des personnalités exceptionnelles, engagées dans la lutte contre les violences et les discriminations, l’accès des filles à l’éducation, l’autonomisation économique des femmes et l’entrepreneuriat féminin.

En s’appuyant sur les recommandations des groupes d’engagement du G7 : les jeunes (Youth 7), qui montrent au quotidien qu’ils peuvent être de puissants vecteurs de changement ; les femmes (Women 7), les organisations non gouvernementales (Civil 7), les syndicats (Labour 7), les employeurs (Business 7), les centres de recherche (Think tank 7), les académies des sciences (Science 7), les avocats (Avocats 7) et les universités (University 7). 

En prenant en compte les solutions portées par des acteurs locaux– Biarritz, Pays basque, Pyrénées-Atlantiques, Nouvelle-Aquitaine, et mises en œuvre sur le territoire du Sommet, en faveur de la lutte contre les inégalités, de la protection de la biodiversité et des océans. Trois débats organisés au Pays basque aborderont ces thématiques en amont du Sommet.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 21/08/2019 21:10

A quel titre Kagame a-t-il été invité par le Président Français? Quels sont les thèmes qui seront abordés au G7? Au regard de ces thèmes? en quoi la présence de Kagame est-elle instructive ou présente un intérêt pour le monde et les français?
La présence de Kagame au G7 est une mise en scène orchestrée par le président français, Emmanuel Macron. Même à supposer que Macron lui donne la parole, comme d'habitude, il va se livre à la reproduction de formules types ramassées ici et là par se conseillers et mémorisées. Les effets de son discours truffé d'incohérence et de mauvaise foi ne dépasse la porte de la salle de réunion de G7. Il s'ensuit que sa présence au G7, outre que l'invitation de Macron à l'endroit de Kagame constitue un mépris total pour les Rwandais, elle a exclusivement un effet psychologique pour Kagame et est inutile pour les Rwandais.
La question centrale que tous les Rwandais peuvent se poser est la suivante:
Quel est le coup du voyage et séjour de Kagame en France pour assister à une réunion sans intérêt pour les Rwandais? Aussi, comme il a été dit par les Rwandais, Kagame a volé 70 millions de dollars US pour acquérir un Jet Affaires à 70 millions de dollars US auprès d'une société aéronautique américaine. Cet avion est immatriculé non pas au Rwanda mais à l'étranger. C'est la preuve que cet avion est un patrimoine personnel de Kagame. Parce que c'est son bien, lors de chacun des ses dizaines de voyages, Kagame le loue à l'Etat Rwandais. C'est Kagame qui fixe le montant du loyer. Celui-ci est de 15000 dollars l'heure. Ce montant est viré sur un compte spécial ouvert dans les paradis fiscaux dont Kagame est un de grands clients. Quel est le nombre d'heures du voyage de Kagame en France ( aller-retour)? Combien ce voyage va-t-il rapporter à Kagame? Autrement dit combien les Rwandais vont-ils payer à Kagame pour son voyage en France? Kagame a fait les tours du monde avec ce Jet. Il serait intéressant que les Rwandais sachent combien lui ont-ils payé.