Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

https://laprosperite.online/index.php/communication/26-partenaires/2479-ruzizi-iii-un-accord-de-production-hydroelectrique-tri-national-signe-entre-le-burundi-la-rdc-et-le-rwanda

Sans électricité, il ne peut y avoir de développement. Et l’accès des populations à une énergie fiable, suffisante et propre permet d’accroître leur productivité, d’améliorer leur qualité de vie et de les amener à se détourner du déboisement pour leurs besoins en énergie.

C’est la raison d’être du projet hydroélectrique régional de Ruzizi III dont les accords ont été signés le lundi 29 juillet 2019 entre les gouvernements du Burundi, de la République Démocratique du Congo et du Rwanda. Le Ministre a.i de l’Energie de la RDC, Pierre Kangudia a laissé entendre que la réalisation des actions préparatoires dudit projet a été possible grâce notamment, aux efforts des dirigeants des trois pays, de l’Union Européenne, la Banque Africaine de Développement (BAD), et la Banque Mondiale (BM). En fait, ce projet de 147 MW prévoit une centrale hydroélectrique au fil de l’eau située sur la rivière Ruzizi, qui s’écoule du lac Kivu jusqu’au lac Tanganyika, en Afrique centrale. Elle délimite la frontière sud du Rwanda avec la RDC et forme également la frontière entre la RDC et le Burundi. Il s’agit là du premier projet à financer par des fonds privés en Afrique subsaharienne qui utilisera une ressource régionale commune pour générer une énergie qui sera partagée de manière égale entre trois pays. Avec un coût estimé entre 650 à 700 millions de dollars, Ruzizi III génèrera de l’électricité qui devrait coûter de 11 à 13 cents US par kWh. Il a donc été confié la mission d’aménagement rapide et d’exploitation de la centrale hydroélectrique de Ruzizi III au consortium IPS, la branche chargée de l’industrie et des Infrastructures du Fonds de l’Aga Khan pour le développement économique et SN POWER, une société norvégienne d’énergie renouvelable internationale détenue par Norfund. Le projet bénéficiera à une population de 30 millions de personnes, dont 70% vivent sous le seuil de pauvreté et ont un taux d’accès moyen à l’électricité de 6%.

 

République Démocratique du Congo
MINISTERE DE L’ENERGIE ET RESSOURCES HYDRAULIQUES
Le Ministre
MOT DE CIRCONSTANCE A L’OCCASION DE LA SIGNATURE DES ACCORDS DU PROJET RUZIZI III

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat
Honorables Députés et Sénateurs ;
Madame et Messieurs les membres du Gouvernement de la RD Congo ici présents ;
Madame le Ministre de la Justice et Monsieur le Ministre de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines de la République du Burundi ;
Monsieur le Ministre des Infrastructures de la République du Rwanda ;
Monsieur le Secrétaire Exécutif de la CEPGL ;
Monsieur l’Ambassadeur Chef de la délégation de l’Union Européenne en RD Congo ;
Madame et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs des missions diplomatiques du Burundi, du Rwanda et du Royaume de Norvège en RD Congo ;
Messieurs les Gouverneurs des Provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et de CHIBIKOTE ;
Messieurs les Directeurs Généraux de l’EGL et de la SINELAC ;
Messieurs les Directeurs Généraux des Sociétés d’Electricité des pays de la CEPGL ;
Mesdames et Messieurs les Dirigeants de IPS et de SN POWER ;
Messieurs les Représentants de la BEI, de la KfW, de la BAD et de l’AFD ;
Distingués invités, Mesdames et Messieurs à vos titres et qualités respectifs ;
Aujourd’hui est un jour mémorable pour nos trois Etats de la CEPGL. Il consacre, en effet, l’aboutissement d’un long processus de négociations des accords qui vont régir les relations entre nos pays et le Consortium IPS – SN POWER à qui la mission d’aménagement rapide et d’exploitation de la centrale hydroélectrique de Ruzizi III va être confiée à partir de ce jour.
L’acte que nous allons poser en signant les accords du projet Ruzizi III revêt un caractère particulier du fait de l’importance du projet qui était censé voir le jour depuis 1992 et qui intervient après une période trouble dans notre sous-région caractérisé par la résurgence des conflits armés et la succession des périodes électorales pour les animateurs des institutions républicaines de nos Etats respectifs.
Il s’agit tout simplement d’un pont de plus pour la consolidation des relations entre nos trois Etats et un acte très significatif pour la consolidation de la paix et de la quête de développement, et de la recherche du bien-être social dans cette région.

Je saisis cette agréable occasion pour exprimer, au nom du Gouvernement de la République Démocratique du Congo et du Peuple Congolais tout entier ainsi qu’en mon nom propre, nos meilleurs souhaits de bienvenue parmi vos frères et sœurs Congolais.
Excellence Monsieur le Président de la République,
Honorables Députés et Sénateurs,
Mesdames et Messieurs,
La cérémonie de signature de ce jour dénote de la détermination et de l’engagement de nos dirigeants à trouver ensemble des solutions adéquates aux problèmes de déficit énergétique et de développement qui frappent de la même manière nos populations de la région des Grands Lacs. Et comme nous le savons, sans l’électricité, il ne peut y avoir de développement. En effet, tous les acquis d’une société moderne en termes de communication, de transport, de santé, de recherche scientifique, de production agricole et industrielle seraient inopérants sans électricité. En plus, l’accès des populations à une énergie fiable, suffisante et propre permet d’accroître leur productivité, d’améliorer leur qualité de vie et de les amener à se détourner du déboisement pour leurs besoins en énergie.
Avec ses 147 MW de capacité installée, la centrale hydroélectrique de Ruzizi III va, à coup sûr, marquer les conditions de vie des populations par l’accroissement de la production de l’électricité, et par conséquent, de la productivité des masses laborieuses et de la préservation de l’environnement. Il est à noter que cette puissance atteindra plus ou moins 200 MW lorsque les études complémentaires vont être finalisées dans les mois qui suivent.

C’est justement ce genre d’infrastructures de base dont la réalisation nous aidera à renforcer et à consolider durablement la paix du fait qu’elles génèrent de nombreux emplois directs et indirects, détournant ainsi les jeunes des manipulations des groupes armées et d’autres forces négatives qui sèment mort et désolation dans les familles, détruisent le tissu économique et les espoirs des populations de notre région. C’est donc ici pour moi l’occasion de saluer et manifester toute ma gratitude à l’Union Européenne, à la Banque Européenne d’Investissement (BEI), à la Banque Allemande de Développement (KfW), à la Banque Africaine de Développement (BAD), à la Banque Mondiale (BM) et à l’Agence Française de Développement (Afd), à travers leurs Représentants en ce lieu, d’abord, pour leur intervention qui a permis la réalisation des actions préparatoires du projet sans lesquels nous ne parlerions pas de projet Ruzizi III, et ensuite pour leur engagement formellement pris pour le financement des travaux de construction de cette centrale.
Notre reconnaissance s’adresse aussi aux autres partenaires au développement que je n’ai pas cités et qui se trouvent représentés, d’une manière ou d’une autre, par vous qui avez été daigné venir vivre l’événement qui nous réunit dans cette salle du KEMPINSKY Fleuve Congo Hôtel de Kinshasa. Je ne puis oublier le rôle important que jouent dans l’accompagnement et la matérialisation des efforts des dirigeants de nos trois pays pour le bien-être de nos populations.
Excellence Monsieur le Président de la République
La cérémonie que vous présidez consiste à la signature solennelle des accords qui vont régir les relations entre les parties au projet Ruzizi III. Au total 20 textes ont été préparés et négociés par nos experts, avec le concours des Cabinets spécialisés qui nous ont accompagnés durant tout ce processus et les Bailleurs des fonds engagés dans le projet. Ces accords sont regroupés en trois catégories, à savoir :
1. L’accord entre nos trois Etats promoteurs du projet ;

2. Les accords entre le Consortium IPS – SN POWER de partenaires privés qui seront en charge du développement du projet ;
3. Les accords entre les acheteurs de l’électricité qui sera produite par la centrale et la Société de Projet constituée par ce Consortium, la République du Burundi, la République Démocratique du Congo et la République du Rwanda.
Il s’agit exactement :
1) de l’accord tripartite des Etats et son annexe sur la sécurité de la zone de projet ;
2) du pacte d’actionnaire ;
3) de l’accord de mise en œuvre du projet et ses annexes portant sur les garanties et les autres autorisations requises ;
4) de la convention de mandat ;
5) de la convention commune pour l’achat de l’électricité ;
6) des conventions particulières d’achat d’électricité, communément appelées PPA ;
7) des annexes techniques à la convention commune d’achat de l’électricité.

Vos directives et votre implication personnelle pour l’harmonisation des calendriers des uns et des autres nous ont été d’une grande utilité et nous ont servi de motivation complémentaire. Mais aussi, le fait d’avoir décidé de parrainer la présente cérémonie confirme à la fois l’importance que Vous accordez à la coopération entre nos trois Etats. Permettez-moi de témoigner que vous accordez une place de choix au secteur énergétique dans votre programme d’action et que vous comptez lui faire pleinement jouer son rôle pour l’accélération du développement socio-économique
Vous avez juste car ce projet a des atouts nobles : le caractère régional du projet, son grand impact socioéconomique, sa contribution indéniable à la consolidation de la paix, au renforcement de la coopération dans la région et la lutte contre le déboisement, l’engagement sans faille des Etats, son rôle dans la résorption du déficit énergétique dans la région, etc.
Que vive la coopération énergétique dans la sous-région des Grands Lacs !
Que vive la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs !
Je vous remercie.
Fait à Kinshasa, le 29 juillet 2019
Pierre KANGUDIA MBAYI
Ministre d’Etat, Ministre du Budget
Ministre de l’Energie et Ressources Hydrauliques a. i

COMMUNIQUE DE PRESSE
Embargo jusqu’au 29 juillet 2019 à 11h00 (heure locale)
Un benchmark mondial pour la production d’électricité régionale : le Groupe Aga Khan et SN Power signent un accord de production hydroélectrique tri-national avec le Burundi, la République Démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda.

[Kinshasa, RDC ; 29 juillet 2019] IPS, la branche chargée de l’industrie et des Infrastructures du Fonds de l’Aga Khan pour le développement économique (AKFED) et SN Power, une société norvégienne d’énergie renouvelable internationale détenue par Norfund, ont signé aujourd’hui des accords sur le projet hydroélectrique régional de Ruzizi III avec les gouvernements du Burundi, de la République Démocratique du Congo (RDC) et du Rwanda.
Le projet Ruzizi III de 147 MW prévoit une centrale hydroélectrique au fil de l’eau située sur la rivière Ruzizi, qui s’écoule du lac Kivu jusqu’au lac Tanganyika en Afrique centrale. Elle délimite la frontière sud du Rwanda avec la RDC et forme également la frontière entre la RDC et le Burundi.
S’exprimant lors de la cérémonie, M. Galeb Gulam, directeur général d’IPS(K) Ltd., a déclare : Ruzizi III est un projet réellement révolutionnaire. Il s’agit du premier projet à financé par des fonds privés en Afrique subsaharienne qui utilisera une ressource régionales commune pour générer une énergie qui sera partagée de manière égale entre trois pays. Malgré les complexités et les défis auxquels cette région a été confrontée, ce projet crée un précédent unique pour les projets de partenariat public-privé à l’échelle mondiale. Ruzizi III contribuera de manière significative au développement socio-économique, en renforçant la confiance en ces économies, en améliorant l’accès à une énergie fiable et abordable pour des millions de personnes dans la région.
Le projet bénéficiera à une population de 30 millions de personnes, dont 70% vivent sous le seuil de pauvreté et ont un taux d’accès moyen à l’électricité de 6%. Une fois en exploitation, Ruzizi III doublera la production actuelle du Burundi, augmentera de 33% la puissance nominale du Rwanda et fournira l’énergie de base nécessaire dans l’Est de la RDC, une région isolée du réseau interconnecté de la RDC.
« Ce projet phare génèrera de l’énergie propre et renouvelable, réduisant la dépendance de la région à une production thermique couteuse qui revient actuellement à plus de 35 cents US par kWh. Cela réduira également la dépendance des communautés locales vis-à-vis du bois de chauffage et du charbon, qui constitue une menace majeure pour les forets et le biodiversité des pays », ajoute M. Erik Knive., président et directeur général de SN Power, chef de file des projets hydroélectriques dans les marchés émergents et qui apporte une solide expérience technique au consortium.
Le projet est structuré comme un projet de production indépendante d’électricité (IPP) basé sur une structure de type Build, Own, Operate, Transfer (« BOOT »). Il est soutenu par un accord de concession de 25 ans et des accords d’achat d’électricité (PPAs). Les services publics des 3 pays signataires seront chargés de développer les lignes de transport qui évacuent l’énergie de la sous-station principale de Kamanyola vers les principaux centres de distribution.

Avec un cout estimé du projet de 650 à 700 millions de dollars, Ruzizi III génèrera de l’électricité qui devrait couter de 11 à 13 cents US par kWh. ‘’Compte tenu de l’éloignement et des défis inhérents à la centrale énergétique, le maintien d’un tarif abordable est crucial. Le financement du projet devrait engendrer la plus grande levée de fonds mixte de la région, composée d’une combinaison unique de fonds concessionnels, de dettes commerciales, de subventions des Etats contractants et de fonds privés ; une première de ce genre en Afrique ‘’ ; a expliqué M.Gulam.

Le financement concessionnel devrait être assuré entre autres par la BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT(BAD), la Banque européenne d’investissement (BEI), l’Union européenne (UE), la KfW , l’AFD et la Banque mondiale. Pour IPS, Ruzizi III fera partie de la plateforme Africa Power récemment créée par IPS, CDC et AKFED.

« Même si le parcours a été long et fastidieux depuis que nous avons remporté l’appel d’offres international, notre vision commune du développement nous a menés jusqu’ici. Le jalon important que nous célébrons aujourd‘hui est donc un témoignage de l’appui et de la coopération de tous les partenaires, aussi bien au niveau des gouvernements du Burundi, de la RDC et du Rwanda, d’Energie des Grands Lacs (EGL) et les Institutions de Financement du Développement (IFD). Nous tenons à saluer cette collaboration, que nous apprécions grandement » a déclare Kevin Kariuki, Directeur des infrastructures chez IPS.
Le financement du projet devrait être finalisé en 2021 et la centrale opérationnelle à horizon 2025/2026.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article