Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

#StopApartheidInRwanda : Kagame ngo abana b'abahutu barimo n'abavutse nyuma ya 1994 bagomba gusaba imbabazi.

Dr Innocent Biruka

Nimuhorane Imana !

Kuli 30/06/2013 mu cyiswe Youth Connect Dialogue cyahuje imbaga ngari y'urubyiruko, Kagame mu buryo buziguye yavuze ko abana b'abahutu bagomba gusaba imbabazi kubera jenoside yakozwe n'ababyeyi babo mu izina ryabo. (https://www.youtube.com/watch?v=pI2GhnIHbKs uhereye ku umunota wa 50, iri jambo kandi yarisubiyemo muli Rwanda day Amsterdam 03/10/2015.) Muli aya magambo Kagame yahemukiye igihugu : yemeje ko hari abana b'u Rwanda bafite icyasha kuko bavukanye icyaha kubera amateka y'ababyeyi babo n'abasekuru. Ni ukuvuga ko yashinze ihame ry'icyaha cy'inkomoko. Mu myumvire ye, abanyarwanda barimo impande ebyiri : uruhande rw'ababi bazasaba imbabazi ingoma ibihumbi n'uruhande rw'abeza bazasabwa imbabazi ingoma ibihumbi. Iri jambo rya Perezida Kagame ririmo umuzi w'amakuba akomeye, ahubwo atavuyeho vuba n'akataraza kari inyuma.

Dr Biruka, 06/06/2019

Reba kandi wumve guhera ku munota wa 50. #StopApartheidInRwanda

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 08/06/2019 19:20

Les Rwandais qui ont suivi Kagame du début à la fin ont pu entendre de sa boucher un mensonge flagrant: La famille de Kagame pris le chemin de l'exil mais une de ses sœurs est resteé au Rwanda. Elle était à l'école des filles car à cette époque il n'y avait pas de mixité dans les écoles du Rwandais, sauf l'école primaire. Je subodore qu'elle était à l'école secondaire des filles. Kagame n'a pas précisé son école. Devant des millions de Rwandais, celui-ci a dit que la directrice de l'école a exhibé sa sœur en disant " voici umutsi" , venez toucher le nez d'umutusi" et les élèves se sont précipitées pour venir toucher au nez et tirer celui-ci".
Il convient de préciser que sa tante Gicanda Rosalie est restée au Rwanda, qu’elle était logée, payée et nourrie par la République Rwandaise, qu’elle était connue des Rwandais de Butare, que plus de 20 de la population de Butare étaient Tutsi, que les Hutu, les Tutsi et les Twa constituent un et un seul Peuple, le Peuple Rwandais, qu’il n’y a jamais eu et il n’y pas de localisation spatiale ou de territoire des Tutsi aussi bien dans le Rwanda ancien et moderne que des liens étroits et complexes entre Hutu et Tutsi sont séculaires et que par conséquent et que par conséquent, que par conséquent aucun rwandais ne peut avaler les dires de Kagame
Mensonges de Kagame:
1/ Sa sœur était ou est umututsikazi et non pas umututsi
2/ A cette époque, les quelques écoles des filles du Rwanda étaient dirigées par les religieuses.
3/ Kagame n'a pas précisé l'école de sœur et l'auteur du fait évoqué par lui.
Au vu de ces contradictions et affirmations parcellaires d'une part et de sa litanie d'affirmations absconses de plusieurs heures d'autre part et ce, devant ceux qu'il a appelés la Jeunesse Rwanda, Kagame a entendu dire aux jeunes Hutu présents que leurs parents, grands-parents et arrière-grands-parant étaient des monstres et haïssaient les Batutsi et que par conséquent leurs progénitures successives sont également des monstres et corrélativement ces jeunes gens doivent reconnaître les crimes qui ont été commis par leurs anciens et s'en excuser publiquement devant les Tutsi. Les Rwandais ont vu et entendu quelques jeunes Hutu exécuter l'ordre du commandant suprême.
Un menteur finit par se démasquer lui-même. Kagame a dit que le génocide a été commis par tous les Hutu: 1/ les paysans sur ordre des dirigeant rwandais d'alors car selon lui, ils ne pouvaient sûrement pas commettre de tels crimes sans ordre de leurs dirigeants.2/ Les dirigeants Hutu de tout niveau de formation voire même les médecins et les docteurs en mathématiques, donneurs d'ordre et auteurs principaux du génocide. Il a évoqué les médecins et les professeurs d'universités qui sont allés aux barrières et ont coupé les Tutsi en morceaux.
Si les paysans Hutu ne pouvaient commettre de tels crimes sans ordre de leurs dirigeants, cela signifie que les soldats de l’armée de Kagame ne pouvaient pas commettre les crimes de masse contre les Hutu sans ordre de leur commandant en chef à savoir Kagame en personne. Par affirmations, Kagame est l’auteur principal des crimes de masses qualifiés juridiquement de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre contre des millions de Hutu.
Le même Kagame a dit que les massacres de masse qu’il a appelés génocide contre les Tutsi ont commencé après la mort du président Habyarimana. Il affirmer donc l’inexistence de responsabilité du président Habyarimana dans les massacres des Tutsi. Kigama a dit que le génocide des Tutsi a été planifié par les dirigeants rwandais d’alors sans préciser leurs noms, où, quand et comment. Les planificateurs de ce génocide sont dès lors nécessairement ceux qui dirigeaient le Rwanda à l’époque des faits soit avant le 6 avril 1994 à savoir Nsengiyaremye et Uwilingiyimana qui, au surplus, avaient les services secrets en leurs mains. En application du pacte d’alliance relativement à la collaboration entre l’opposition et le FPR contre le président Habyarimana signé début juin 1992 à Bruxelles-Belgique, d’avril 1992 au 6 avril 1994, le Rwanda était dirigé par l’opposition et le FPR dirigé alors par Kagame, commandant en chef. Si cette planification a existé comme il l’affirme, il en était en tout état de cause au courant et corrélativement il en est coauteur. Parmi les jeunes gens qu’il sermonnait il y avait des orphelins et rescapés de ces crimes de masse contre les Hutu et diplômés d’universités. Ils étaient en état de se faire une opinion sur la leçon de Kagame. Il a indirectement avoué ses crimes de masse contre les Hutu et Tutsi de second rang ( appelés les Tutsi exclusivement de nom).
Par les intimidations et humiliations publiques contre les jeunes Hutu présents dans la salle, Kagame a peut-être cru les avoirs convaincus. Il dirigeait le Rwanda mais il ne connaît manifestement pas les Rwandais. Ce qui est intéressant chez Kagame, ce sont ces affirmations contradictoires et aveux indirectes voire directs quant à ses méfaits. Il n’a de bwaki dans le cerveau.
Ensuite, dans ses discours kilométriques, il a toujours appelé les Rwandais qui prétendent avoir les faits des études d’être intellectuellement honnête et donc prouver ceux qu’ils sont effectivement et corrélativement d’enterrer pour de bon la culture du mensonge et de mauvaise foi. Ila donc appelé les intello rwandais dont ses collaborateurs de s’interdire de fabriquer des faux témoignages contre les Hutu , de lister injustement ceux-ci et de ne pas ordonner aux paysans de témoigner faussement contre les accusés Hutu. Lorsqu’un intello rwandais se livre sciemment aux mensonges contre un Rwandais, c’est qu’il souffre de bwaki dans son cerveau. Il ne peut donc plus être qualifié d’intellectuel, a dit Kagame. Un paysan rwandais ne peut faussement témoigner contre un accusé rwandais que s’il a reçu l’ordre de le faire de la part des obligés ou les subalternes de Kagame. Kagame a donc demandé membres de sa police politique et aux juges rwandais d’être honnête dans leurs missions et d’accomplir dignement les tâches qui leur sont confiées. La question est de savoir s’il s’agit d’une mise en scène ou d’ordre donné aux intéressés et aux Rwandais. Enfin, Kagame a demandé
Enfin, le problème est que ce n’était pas la première fois que Kagame demandait aux experts en détournement de fonds publics, experts en faux témoignages sur demandes des membres de sa police politique et des juges d’une part à ses courtisans d’autre part d’ouvrer pour le Rwanda c’est-à-dire pour l’intérêt général et nullement pour les intérêts personnels. Lui-même, ne s’est-il pas livré aux accusations grotesques contre Ingabire et Rwigara Diane devant les caméras des télévisions du monde entier et qu’il a ensuite été désavoué par la Cour Africaine des droits de l’homme et des Peuple d’une part et de la Haute Cour Rwandaise d’autre part ?
Au regard de l’ensemble des faits ci-dessus évoqués et autres connus des Rwandais, l’objectif visé par Kagame était d’humilier les jeunes Hutu présents dans la salle dont certains sont nés sous son régime. Il ne s’agissait donc pas d’une mise fortuite. Les Rwandais se rappellent les tours faits par Kagame dans les écoles primaires du Rwanda pour humilier les écoliers Hutu et enfants dont les pères ou mères étaient Tutsi ou vice-versa. Le monde entier a vu son spectacle : enfants terrorisés qui ne comprenaient même pas ce qu’il et moutonnement exécuté son injonction. Kagame a demandé à certains intervenants Hutu (car il s’agissait d’un spectacle dédié uniquement aux jeunes Hutu) de se taire lorsqu’ils commençaient à lui exposer les injustices dont ils ont été ou sont victimes : les jeunes Hutu diplômés d’universités avec mention, devenus marcheurs dans leurs villages et dont les candidatures à divers postes dans les services publics dont l’armée et la police ont été rejetées sans motif. Il en est de même du jeune homme qui a terminé l’école secondaire au groupe scolaire de Butare avec un moyenne de 78% dont la candidature aux études d’ingénieurs à l’U.N.R avait été retenue et qui erre dans son village en raison d’incapacité financière de ses parents, frappés de paupérisation, pour financer les études leur progéniture. Par contre, ses camarades Tutsi, nés sous le régime de Kagame comme lui, ont bénéficié des bourses d’études du FARG et font leurs études universitaires. D’autres ont obtenus des bourses d’études étrangères. L’apartheid irréfutable qui frappe les Hutu sous Kagame et ce, dans tous les secteurs au Rwanda, leur propre pays, est sans comparaison avec l’apartheid imaginaire contre les Tutsi sous Kayibanda et Habyarimana évoqué par Kagame lors de son spectacle. Kagame a sommé de taire sous ceux qui tentaient de lui exposer les injustice flagrants dont ils sont victimes. Le nombre de jeunes Hutu qui terminent les études secondaire est logiquement supérieur à celui de jeunes Tutsi mais l'ordre s'inverse s'agissant l'accès à l'enseignement supérieur: 25% pour les Hutu et 75% pour les Tutsi. Quant au corps enseignant et la haute fonction publique civile et militaire, moins de 15% pour les Hutu et plus de 84 % pour les Tutsi( plus de 95% dans l'armée et la police).
Dans le secteur privé telle que la Banque Kagame dit Banque de Kigali ( BK), plus 98% de postes d'encadrement sont tenus pas les Tutsi dont la moyenne d'âge est de moins de 35 ans. Il en est de même de la BNR. A cela il faut y ajouter les écoles d'enfants de chefs dont la mission est de former ceux qui prendront la relève après les pères et mères. Parmi ces écoles, il y a la fameuse École Francophone Antoine de Saint-Exupéry qui a été créée par Kouchner alors ministre des affaires étrangères du gouvernement Sarkozy. Cette jadis accessible à tous les enfants du Peuple Rwandais est actuellement réservée aux enfants des chefs rwandais ou oligarques du régime Kagame. Elle est inaccessible aux enfants du Peuple. Elle est pourtant financée par la France et les enseignement sont dispensés majoritairement en anglais puis en français. Toutes ces écoles d'excellence ont pour mission de former les futures élites civiles et militaires Tutsi qui dirigeront le Rwanda de demain. Il y a des écoles primaires et secondaires partout dans les provinces du Rwanda. Les Hutu étant majoritaires aux Rwanda, il s'ensuit que les enfants Hutu y sont largement majoritaires. Il s'agit en réalité des écoles poubelles car la qualité d'une école découle de la qualité des enseignants et des moyens humains et matériels dont disposent ces écoles. Or, les écoles sont publiques et au Rwanda, le règle est la suivante: le secteur privé d'éducation d'abord et le secteur public d'éducation ensuite. Il s'ensuit que les bons enseignants sont affectés dans les écoles d'enfants de chefs et les enseignants médiocres et mercenaires sous contrat mal payés sont affectés dans les écoles majoritairement Hutu. Par ces écoles même s'elles sont elles sont des écoles poubelles sont payantes. La constat est que des milliers de jeunes Hutu rwandais, abandonnent l'école faute de mayen financier pour les payer les frais de scolarité. Les enfants Tutsi,, eux, n'ont aucun problème car ceux qui sont reconnus rescapés du génocide des Tutsi bénéficient de plein droit des bourses FARG. In fine, à diplôme d'école secondaire égal, le niveau n'est pas le même et conséquemment les chances de réussir le concours dans la fonction publique pour des jeunes Hutu ne sont pas les mêmes que celles des enfants de chefs. Pour le secteur , il faut avoir une recommandation d'un notable pour les postes d'encadrement. Le cas de notre pays sous Kagame est sui generis en Afrique Moderne. Kagame s'est auto-proclamé président du Rwanda mais il ne connaît manifestement pas le Rwanda et les Rwandais.