Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Paul Kagame: “le régime Kabila avait refusé à Rwandair de desservir Kinshasa”

Dans une interview avec le magazine Allemand Taz International, le président du Rwanda et président en exercice de la communauté des États d’Afrique de l’est a abordé les relations entre la République Démocratique du Congo et le pays de milles collines.

Dans cette interview qui a été réalisée à Bruxelles, à l’occasion de journées européennes de développement, Paul Kagame a indiqué que le régime de Joseph Kabila a refusé à la compagnie nationale du Rwanda d’ouvrir sa ligne sur Kinshasa.

“Nous avons demandé au gouvernement précédent du président Kabila de permettre à notre compagnie aérienne Rwandair à relier Kigali à Kinshasa. Et ils ont refusé. Je ne comprenais pas pourquoi. C’était juste de la politique. Sous Tshisekedi, ils ont autorisé les vols” s’est exclamé Kagame.

Paul Kagame indique dans cette interview qu’il s’observe un engouement important pour les vols Kigali-Kinshasa depuis que le régime de Félix Tshisekedi a autorisé l’ouverture de l’escale de Kinshasa.“ Et le trafic est énorme. L’avion est toujours plein. Nous ne pouvons même pas en avoir assez !” soutient le président rwandais.

Paul Kagame: “le régime Kabila avait refusé à Rwandair de desservir Kinshasa”

Commentaire de Patrick Mbeko :

"L’expérience africaine, et particulièrement RDcongolaise, montre qu’il faut davantage se méfier des opposants que de ceux qui sont au pouvoir. Ça se dit démocrates, ça vocifère contre le pouvoir en place, ça promet monts et merveilles à la population... Mais une fois aux affaires, les opposants devenus maîtres du pays se révèlent foncièrement plus nocifs que ceux là-mêmes qu’ils prétendaient combattre. Le cas Félix Tshisekedi, le nouveau nègre de Paul Kagame, est le plus emblématique. Balaise, ce chirurgien de la bêtise toujours souriant est prêt à toutes les compromissions pour plaire à son nouveau maître. Le bistouti à la main, il appuie avec une imprécision diabolique là où ça fait mal. En six mois de pouvoir, il s’est montré plus nocif que ne l’a été son prédécesseur en 17 ans de règne. Là où Joseph Kabila pouvait dire  NON à Paul Kagame, le «docteur Félix» dit OUI OUI OUI.  À voir comment le «docteur Félix» multiplie les actes de haute trahison envers le Congo, le raïs de Kingakati pourrait passer pour un nationaliste. Qui l'aurait cru ? Ko Kamwa penza ! "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article