Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

LA POLICE DU TEXAS A MIS EN GARDE DES RWANDAIS DIT «INTORE», SYMPATHISANTS DU RÉGIME DE KIGALI, QUI AVAIENT ESSAYÉ DE PERTURBER LA CONFÉRENCE DE JUDI REVER SUR LES MASSACRES COMMIS PAR L'ARMÉE DU FPR INKOTANYI.

Joyce H. KANYANGE

Ijisho ry’Abaryankuna, Texas USA.

"Vous devez respecter la voix des autres, comme vous conservez vos réservations pour les deux semaines à venir", tel a été le message transmis aux sympathisants de Kigali, appelés "intore", qui ont tenté de saboter la conférence, quelle que soit l'heure fixée au 24 avril 2019.

Il est maintenant connu que quiconque tente de signaler les actes horribles perpétrés par le FPR (Front patriotique rwandais) et son aile armée (Armée patriotique rwandaise) est immédiatement réfuté, combattu et qualifié de tout type de mal par le régime rwandais. Ce fut le cas quand on était sur le point d'entendre le discours de Judi Rever sur le thème « Souvenons-nous de tous, comme survivants du génocide», qui devait se dérouler au Tarrant County Junior College », le 1er avril 2019. Un groupe de « Intore ” a fait irruption et tenté de manifester contre elle.

Après que l'ambassade du Rwanda aux États-Unis eut appris la conférence de Judi Rever, elle essaya vainement de l'arrêter. Elle tenta ensuite de passer par la diaspora rwandaise en manifestant contre elle, mais obtint également des dates différentes et ne voulut toujours pas obéir. Que ce soit la loi ou l'ordre, la police a été obligée d'ordonner aux «Intore» envoyés par l'ambassade du Rwanda aux États-Unis de ne pas perturber le discours de Judi Rever et d'attendre leur manifestation dans deux semaines.

Ce groupe d’Intore était dirigé par le chef de la diaspora rwandaise, Sam MBANDA, et le secrétaire, Alice KAYIRANGWA, Manu et Patrick KAREGE, connus pour être les voix les plus violentes sur les médias sociaux. et qui sont toujours utilisés pour nuire ou intimider quiconque pense ne pas être à leurs côtés. Il y avait aussi des dames dont Marie José MULINDAHABI, Solange et Hope, la soeur de Busingye (le ministre de la Justice du Rwanda). Après l'échec de leur mission, le groupe est entré dans la salle et n'a pas eu d'autre choix que d'écouter le discours sous l'œil vigilant de la police, qui avait resserré la sécurité dans la salle de conférence et dans ses environs.

L’auteure et journaliste canadienne, s’appuyant sur ses recherches et ses témoignages menés pendant plus de 20 ans dans son livre «In Praise of Blood». a déclaré qu'elle ne niait pas ni ne minimisait le génocide contre les Tutsis mais qu'elle ne pouvait pas garder le silence sur les atrocités commises par l'Armée patriotique rwandaise (APR) contre des Hutu par des personnes qui sont félicitées pour avoir mis fin au génocide alors qu’ils ont commis des massacres qui sont restés invisibles et que les victimes n’ont pas le droit de pleurer les leurs et de faire le deuil des leurs! « Je parle pour les personnes sans voix!» A-t-elle répété. Elle a insisté sur le fait qu'elle n'avait jamais été « négationniste» du génocide de 1994 contre les Tutsis, mais elle est déterminée à s'en tenir à la vérité.

Plus le gouvernement du Rwanda, ses ambassades et ses comités de la diaspora à travers le monde continuent d'investir pour menacer, faire taire et même tuer tous les témoins des massacres commis par l'APR, plus le monde découvre lentement la vérité et prend conscience de la réalité qu'ils essaient de cacher quelque chose.

Outre les Rwandais qui ont essayé de déranger en vain, les survivants desdits massacres, tels que Khadidja NYIRANSEKUYE (Dr.Professor of Sociology at UNT Denton) figuraient parmi les participants.

Nul doute que cette 25ème commémoration laissera à tout le monde suffisamment de connaissances sur les mauvaises actions des milices Interarahamwe sans ignorer celles orchestrées par le FPR-Inkotanyi. Il était évident pour tous ceux qui se trouvaient dans la salle de conférence que ces «Intore» sont rentrés chez eux dégoûtés, après avoir écouté ce que les gens qu'ils soutenaient et pour lesquels ils se battaient aveuglément avaient fait, et continuent de les conduire vers une ligne de défense destructrice jusqu'à ce jour.

Sur sa page Twitter, Judi Rever a ironiquement posté une photo de 3 INTORE portant des t-shirts blancs avec les slogans "Arrêtez de confondre, il n'y a qu'un seul génocide au Rwanda" contre les Tutsi en 1994 ",

«Dénier le génocide de Tutsi, c'est nier ma douleur aux blessures ouvertes».

Plus le gouvernement du Rwanda, ses ambassades et ses comités de la diaspora à travers le monde continuent d'investir pour menacer, faire taire et même tuer tous les témoins des massacres commis par l'APR, plus le monde découvre lentement la vérité et prend conscience de la réalité qu'ils essaient de cacher quelque chose.

Outre les Rwandais qui ont essayé de déranger en vain, les survivants desdits massacres, tels que Khadidja NYIRANSEKUYE (Dr.Professor of Sociology at UNT Denton) figuraient parmi les participants.

Nul doute que cette 25ème commémoration laissera à tout le monde suffisamment de connaissances sur les mauvaises actions des milices Interarahamwe sans ignorer celles orchestrées par le FPR-Inkotanyi. Il était évident pour tous ceux qui se trouvaient dans la salle de conférence que ces «Intore» sont rentrés chez eux en disgrâce après avoir écouté ce que les gens qu'ils soutenaient et pour lesquels ils se battaient aveuglément avaient continué et les ont menés jusqu'à la ligne de défense destructrice jusqu'à aujourd'hui.

Sur sa page Twitter, Judi Rever a ironiquement posté une photo de 3 INTORE portant des t-shirts blancs avec les slogans "Arrêtez de confondre, il n'y a qu'un seul génocide au Rwanda" contre les Tutsi en 1994 ",

« Dénier le génocide de Tutsi, c'est nier ma douleur aux blessures ouvertes ».

Les gens se demandent pourquoi le régime de Kigali et ses partisans continuent de harceler et de diffamer quiconque dénonce ses crimes, même quand il / elle a les preuves de ce qu’il/elle dit, et l’annonce ouvertement au grand jour, en public !

 

Joyce H. KANYANGE

Ijisho ry’Abaryankuna

Texas USA.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article