Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

La grande supercherie du Rwanda lors du génocide de 1994

Shannon Ebrahim* is the Group Foreign Editor,

Source : https://www.findallnews.co.za/rwandas-masterful-deception-during-the-1994-genocide/

Google traduction

Le général canadien Roméo Dallaire a affirmé que le commandant tutsi du FPR, Paul Kagame, avait laissé le génocide se poursuivre plus longtemps que nécessaire. Photo: AP Photo / Markus Schreiber

Il y a exactement vingt ans, j'étais assis dans un café à Ottawa avec le général canadien Romeo Dallaire, ancien commandant de l'opération de maintien de la paix des Nations Unies au Rwanda au moment du génocide. Six ans après sa mission complètement ratée, Dallaire souffrait de stress post-traumatique, mais on m'a dit qu'il avait quelque chose de très important à me raconter. Rien n'aurait pu me préparer à ce que je devais entendre, d'autant plus que je venais de visiter le Rwanda, ses monuments commémoratifs du génocide, et que je prenais des notes autour d'un dîner avec le Cabinet rwandais.

Dallaire a dit qu'il ne s'attendait pas à ce que je croie ce qu'il disait dans les circonstances, mais que c'était la vérité et qu'un jour, je réaliserais la véracité de ce qu'il me disait. Il m'a fallu vingt ans pour traiter cette conversation et avoir le courage d'écrire à ce sujet.

Dallaire a commencé par raconter les horribles journées du génocide et son impuissance face au refus des grandes puissances siégeant aux Nations Unies d'autoriser et de permettre à sa mission sur le terrain d'intervenir pour faire cesser les saignements. Un génocide s'est déroulé devant ses yeux qui a coûté la vie à 800 000 Tutsis en 100 jours. Le traumatisme de ce type de culpabilité est trop grave pour être surmonté par un être humain.

Une grande partie de l'histoire de Dallaire est racontée dans ses mémoires, Shaking Hands with the Devil. Ce à quoi je ne m'attendais jamais, c'est ce qui a suivi. Dallaire a affirmé que le commandant tutsi du Front patriotique rwandais, Paul Kagame, avait laissé le génocide se poursuivre plus longtemps que nécessaire. L’interprétation de Dallaire était que, selon les calculs de Kagame, l’ampleur du génocide était susceptible de garantir que le FPR serait capable de diriger le pays pendant des décennies, en raison de la culpabilité collective de la communauté internationale. À l'époque, c'était trop pour moi d'absorber ou d'accepter.

Dallaire m'a également parlé des courriels qu'il recevait depuis la fin du génocide de la part de religieuses canadiennes-françaises qu'il avait connues sur le terrain au Rwanda. Leurs messages répétés disaient que les Hutus disparaissaient chaque semaine au Rwanda, emmenés de chez eux en pleine nuit, pour ne plus jamais être revus. L'idée que les libérateurs auraient pu nettoyer lentement leur société des membres de la majorité hutu, les enlevant tranquillement sans laisser de traces, était horrible. Dallaire a affirmé avoir entendu des informations similaires émanant d'autres personnes qu'il considérait comme des sources fiables.

Au fil du temps, de plus en plus de choses ont été révélées, cette fois par des organisations de défense des droits de l'homme qui racontent que des camps de réfugiés hutus dans l'est de la RDC ont été «liquidés» par l'armée rwandaise dans les années qui ont suivi le génocide. C'étaient des camps avec des dizaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants, qui ont simplement été éliminés de la surface de la terre. C'est quelque chose que le gouvernement rwandais, avec Paul Kagame en tant que président, a nié, mais de nombreuses fosses communes ont finalement été découvertes par l'ONU et des organisations de défense des droits de l'homme.

Si on enlève tout le lustre qui prédomine sur le Rwanda - le taux de croissance économique de 8%, la réduction des taux de pauvreté et de mortalité maternelle, les progrès de l’éducation, les technologies de l’information et les faibles niveaux de criminalité et de corruption - l'image se dégage. Le miracle et l’image des succès du Rwanda cèdent la place à un pays en proie à la peur, à dire ce qu’ils pensent vraiment, à voter comme ils le souhaitent, à contester les politiques du gouvernement ou à demander des comptes à leurs dirigeants. Les 25 années de règne de Kagame ont assuré cette culture de la peur et de l’intimidation. Kagame affirme avoir remporté à chaque élection plus de 90% des suffrages exprimés, affirmant que le scrutin n’était qu’une simple formalité pour confirmer son droit à gouverner.

Cette dépendance au pouvoir enivrante a conduit Kagame à présider un référendum en 2015 afin d'amender la constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat en 2017, lui permettant ainsi de prolonger son mandat de sept ans. L'amendement lui permet également de se représenter pour deux mandats supplémentaires au-delà de 2024, lui permettant éventuellement de rester au pouvoir jusqu'en 2034. Le résultat du référendum aurait été favorable à 98%.

L'UE et les États-Unis ont peut-être critiqué les amendements en affirmant qu'ils portaient atteinte aux principes démocratiques, mais les États-Unis continuent de fournir 20% du budget national rwandais, le Royaume-Uni est le deuxième donateur en importance et le budget de l'aide extérieure du Rwanda s'élève à un milliard de dollars par an. . Peu importe comment Kagame a pu manipuler les résultats électoraux, il est resté le chouchou de l’Ouest. Culpabilité collective pour ne pas intervenir pour arrêter le génocide? Un besoin urgent d'une histoire à succès de l'aide étrangère? Ou bien l'extraction fiable des minéraux stratégiques de l'est de la RDC et le couloir sécurisé du Rwanda assurent leur transport hors de la région?

Quel que soit le moteur de l'Occident, ce qui est particulièrement troublant, ce sont les niveaux de répression intérieure que vivent les Rwandais. Toute tentative de critique du gouvernement est considérée comme une menace pour la sécurité nationale et pour attiser le sectarisme. Les critiques, les opposants et les journalistes sont emprisonnés ou ont disparu, et leur nombre augmente. Ce ne sont plus seulement les chefs de l'opposition ou les critiques qui sont emprisonnés, mais aussi les membres de leur famille. Pour ajouter à la nature draconienne de l'État, Human Rights Watch a documenté le fait que des petits criminels sont en train d'être exécutés de manière extrajudiciaire par les forces de sécurité.

Certains villageois sont abattus pour avoir volé une vache ou un vélo. Tout cela fait partie d'une stratégie visant à répandre la peur dans la société pour imposer l'ordre, le contrôle absolu et la maîtrise de l'électorat.

M. Kagame a présidé l’Union africaine au cours de l’année écoulée, mais sa façade de bonne gouvernance et de démocratie n’a jamais été remise en question. Peut-être est-il temps de dire la vérité sur la situation actuelle au Rwanda et de commencer à remettre en question certains des mythes entourant la notion de miracle rwandais. Je me demande si, si Madiba était toujours en vie, il n’aurait pas appelé à un système électoral plus transparent et soutenu la notion de gouvernement majoritaire au Rwanda.

* Shannon Ebrahim is the Group Foreign Editor.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article