Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 24/02/2019 20:47

La question n'est pas savoir qui a assassiné Gatabazi Félicien.
Ses assassins sont notoirement connus ici au Rwanda. Par ailleurs, Professeur André Guichaoua de l'Université de Paris 1 a fait des recherches crédibles sur l'assassinat non seulement de Gatabazi Félicien mais également sur celui de Gapyisi Emmanuel. Il a expressément indiqué nommément les assassins. Leurs noms sur la toile. L'assassin en chef est Kagame. Celui-ci n'a jamais contesté les révélations de Guichaoua. Il en est de même des assassins nommément désignés et encore mois des excroissances du régime Kagame opérant en France.
Gatabazi et Gapyisi n’étaient pas n’importe qui. Le premier était ingénieur civil, Ministre, apprécié par ses collaborateurs et le Président Habyarimana même s’ils n’étaient pas du même parti. Il était Secrétaire Exécutif du PSD. Il était présidentiable. Il était patriote et avait une haute idée de la Nation et de l’intérêt général. Il a été assassiné parce qu’il était Hutu et opposé à la prise du pouvoir par la force au Rwanda par Kagame, le tout après les déclarations de celui-ci lors de l’interview accordé au Monitor Ougandais du 26 février au 03 mars 1993 publié dans le journal Monitor Ougandais. Dans cette interview, Kagame précise clairement sa détermination de prendre le pouvoir par la force et changer le régime et conséquemment les institutions et mettre en place un nouveau régime purement FPR.
Son assassinat a eu des conséquence graves relativement aux relations entre les Bahutu et les Batutsi sur l’ensemble du Rwanda, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest.
La question posée est, à mon sens, la suivante :
Les assassins Gatabazi Félicien sont notoirement connus, au surplus, ils sont nommément et notoirement connus des Rwandais et les prédicateurs du respect des droits de l’homme.
Pourquoi les membres des familles des victimes ne les actionnent-ils pas devant les tribunaux des Etats dits démocratiques dans lesquels ils vivent ?
S’ils ont agi judiciairement agi et que les tribunaux de ces Etats sont restés passifs, au regard des conséquences d’une extrême gravité de l’assassinat du Ministre Gatabazi dont les massacres des Batutsi sur l’ensemble du Rwanda, pourquoi les membres de sa famille ne se sont-ils pas adressés aux ONG de défense des droits de l’homme telles que l’Amnesty International, la Commission des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies, la FIDH, HRW américaine pour les épauler dans leurs démarches ?
Parle c’est bon, agir c’est encore mieux. Ce qui compte c’est le résultat de l’action.
Quant à Gapyisi, il était ingénieur civil, patriote. Il était Vice-Président du parti MDR et présidentiable. Il était apprécié par des Rwandais d’une part et par le Président de la République. Il a été tué parce qu’il était Hutu et opposé à la prise du pouvoir par la force par Kagame. Comme des millions de Rwandais, à l’instar de Gatabazi, après l’interview sus-citée, il a bien compris que l’objectif de celui-ci est de prendre le pouvoir par la force au Rwanda et mettre conséquemment en place un nouveau régime avec de nouvelles institutions purement FPR. Son assassinat a eu des conséquences d’une extrême gravité dont les massacres des Batutsi sur l’ensemble du pays d’une part et l’émiettement de son parti MDR en plusieurs factions d’autre part. Ses assassins sont connus des Rwandais. L’assassin en chef est Kagame.
Question : les membres de sa famille résidant à l’étranger, ont-ils porté plainte contre les assassins nommément désignés dans l’article du Professeur Guichaoua ? Dans l’affirmative, si les tribunaux de ces Etats sont restés passifs ont-ils demandé aux ONG ci-dessus citées par les épauler dans les démarches judiciaires ?
Il me semble que l’action est plus opérante que le discours. Plus on agit, plus on est ou on sera écouté et soutenu, plus on parle, moins on est ou on sera écouté et soutenu.