Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Par Prossy Boonabana

Je vous écris pour répondre au ministre des Affaires étrangères du Rwanda, l’hon. Olivier Nduhungirehe et la prétendue victime de la Cheffe des renseignements militaires (CMI) en Ouganda, M. Fidel Gatsinzi, au sujet de leurs accusations portées contre le gouvernement ougandais et ses agences de sécurité pour harceler les Rwandais en Ouganda.

Permettez-moi de dire que j'ai choisi l'intérêt des parents pour l'histoire de Gatsinzi, en partie parce qu'il se prétend victime des agences de sécurité en Ouganda, tout comme mon mari, Rwema Gendarme, est victime des agences de sécurité au Rwanda.

Mais contrairement à Gatsinzi qui a été brièvement arrêté en Ouganda puis renvoyé au Rwanda, mon propre mari a été enlevé d'Ouganda en 2015 par des agents rwandais. Depuis, il est détenu au secret et soumis à des tortures, à la fois physiques et morales. et toute sa famille, en particulier ses enfants qui ont dû vivre sans lui pendant si longtemps.

Tout comme vous, Monsieur Gatsinzi, Rwema n’est pas un jeune homme car il a dans la cinquantaine et je crois fermement qu’il ressent la même douleur et la même trahison à l’encontre de votre gouvernement, tout comme vos affirmations à l’égard du gouvernement ougandais.

Monsieur Gatsinzi, contrairement à Rwama qui n'a jamais participé à des activités subversives contre le Rwanda et est de nationalité congolaise (Munyamulenge), les SMS, les messages WhatsApp et les enregistrements sonores attestent que vous êtes un participant et un agent du gouvernement rwandais contre le Rwanda. des réfugiés et des Ougandais d’origine rwandaise en Ouganda.

Votre implication subversive et votre conspiration dans l'enlèvement, le meurtre et le rapatriement illégal de réfugiés rwandais rwandais en Ouganda est une manifestation de l'érosion totale de votre cadre tant réclamé par le gouvernement d'un pays que vous appelez votre deuxième maison.

Par conséquent, je voudrais informer M. Gatsinzi que le sentiment de trahison est réciproque et qu'en tant que victimes, nous sommes chargés de l'obligation de poser la question à nos gouvernements respectifs.

Comment sommes-nous arrivés ici?

Tout comme moi, des dizaines de femmes victimes et enfants ont directement ou indirectement souffert et enduré les activités répressives des assassins du gouvernement rwandais en Ouganda avec le soutien des plus hauts responsables de la police ougandaise (actuellement en détention) et nous sommes heureux que le gouvernement ougandais Le gouvernement a pris nos préoccupations au sérieux et s'attaque maintenant au problème en réduisant les activités subversives de vos agents contre les Rwandais en Ouganda.

Ensemble avec ces victimes, nous exprimons également nos graves préoccupations en tant que témoins et victimes qui ont été directement harcelés ou ont vu nos maris, parents et amis être assassinés, torturés / battus, kidnappés ou illégalement déportés par des agents rwandais.

Certaines de ces victimes sont des Ougandais qui ont refusé d'être utilisés par la sécurité rwandaise dans le cadre d'activités répressives contre les cibles en Ouganda ou sont des réfugiés rwandais sous le régime répressif de Kigali et qui ont demandé l'asile en Ouganda et / ou sont en transit L’Ouganda attend l’opportunité de chercher refuge dans d’autres pays.

Je note également que l'obligation des États de garantir les droits fondamentaux de l'homme et la sécurité physique à ses citoyens et à tous ses résidents, mais également aux réfugiés et demandeurs d'asile sur leur territoire.

Le Comité des droits de l'homme des Nations Unies a expressément affirmé que tous les droits civils et politiques devaient être garantis par les États sans discrimination entre citoyens et étrangers.

Les droits internationalement reconnus dont jouissent les réfugiés et les demandeurs d’asile incluent le droit fondamental à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne, le droit de ne pas être soumis à la torture et à d’autres traitements cruels ou dégradants, le droit de ne pas être victime de discrimination, et le droit de ne pas subir de discrimination. accès aux tribunaux.

Les réfugiés comme les citoyens ou les autres résidents ont également droit à une protection contre le refoulement et l'expulsion.

Les demandeurs d'asile ne peuvent être renvoyés sommairement sans leur donner accès à des procédures d'asile complètes et équitables.

La doctrine du non-refoulement est maintenant reconnue comme une norme du droit international coutumier d'application universelle, et elle s'applique à tous les agents des pouvoirs publics agissant à titre officiel, sur leur territoire national ou à l'extérieur.

En vertu du droit international des droits de l'homme, toutes les personnes sont également protégées du retour dans tout pays où elles risqueraient d'être soumises à la torture.

C’est moi qui affirme que les arrestations de ces réfugiés ou demandeurs d’asile pour tout crime soupçonné par leurs bourreaux dans le pays d’origine doivent être soumises à un processus juridique transparent et responsable pour une justice équitable.

J’ai également la conviction que tout enlèvement et meurtre signalé devrait faire l’objet d’une enquête approfondie et que ces informations devraient être rendues publiques afin d’instaurer la confiance et de garantir la sécurité des victimes ou des cibles des agents du régime rwandais.

Monsieur Gatsinzi, les gens abandonnent leur famille, leurs moyens de subsistance et leurs biens pour s'exiler en raison des craintes légitimes de persécution par le régime rwandais.

Il existe des raisons impérieuses pour lesquelles les citoyens rwandais, y compris ceux qui ne sont rentrés qu'au Rwanda en 1994, affluent de nouveau en Ouganda et dans d'autres pays à la recherche d'un refuge et rejoignent un grand nombre de réfugiés rwandais déjà dispersés dans le monde.

Le gouvernement rwandais, d'où ces réfugiés fuient de plus en plus nombreux, est une dictature et un régime brutal.

Il est maintenant universellement reconnu que le régime soumet l'opposition politique, les défenseurs des droits de l'homme, les journalistes et les détracteurs du gouvernement en général à des persécutions, notamment des menaces, des actes d'intimidation, des arrestations et des détentions arbitraires, des procès à caractère politique, des disparitions forcées et des exécutions extrajudiciaires.

En conséquence, le régime de Kigali a étendu ou exporté ses activités répressives dans d'autres pays, dont l'Ouganda, afin de faire taire ses détracteurs, soit sous la coordination directe des services rwandais de renseignement et de sécurité à Kigali, soit par l'intermédiaire de ses hauts commissariats / ambassades transformés en cellules terroristes.

La notification du service de police métropolitain se lit en partie comme suit:

«Des informations fiables indiquent que le gouvernement rwandais représente une menace imminente pour certains dirigeants politiques ou militaires ougandais de haut niveau. La menace peut prendre n'importe quelle forme. … .Vous devriez être au courant d'autres cas très médiatisés dans lesquels de telles actions ont déjà été menées. Des moyens conventionnels et non conventionnels ont été utilisés ».

Les réfugiés rwandais ont été victimes d'assassinats, d'enlèvements et de disparitions réussis et avortés dans de nombreux pays, notamment en République démocratique du Congo, en Ouganda, au Kenya, en Zambie, en Afrique du Sud, au Mozambique, en Belgique et au Royaume-Uni.

- Seth Sendashonga, qui a démissionné de son poste de ministre de l'Intérieur en août 1995 pour protester contre les massacres de civils innocents, a été assassiné à Nairobi (Kenya) en 1998.

- Theoneste Lizinde, un officier de l'armée, a été assassiné à Nairobi (Kenya) en 1997.

- Le général Kayumba Nyamwasa, un ancien chef d’armée, a survécu à plusieurs tentatives d’assassinat en Afrique du Sud en 2010.

- Le 26 décembre 2010, Jerome Ndagijimana, membre des FDU-Inkingi, a été tué à Kampala.

- Charles Ingabire, journaliste, a été assassiné à Kampala (Ouganda) en décembre 2011.

- En mai 2013, Aime Ntabana, qui s'était réfugié en Ouganda, a été enlevé à Kampala par des agents des services de renseignements rwandais et n'a jamais été retrouvé depuis ce temps.

- En août 2013, Innocent Kalisa, un ancien membre des forces de sécurité rwandais exilé aurait été porté disparu en Ouganda. On ignore où il se trouve et dans quelles circonstances il a disparu.

- Le 25 octobre 2013, le lieutenant Joel Mutabazi, un ancien membre de la force de protection du président Kagame, a été enlevé par des agents du gouvernement ougandais et remis au gouvernement rwandais.

- L'enlèvement par le lieutenant Mutabazi et sa restitution illégale au Rwanda ont été l'aboutissement d'une longue histoire d'abandon du devoir de la part d'anciens hauts fonctionnaires de la police, en collaboration avec des agents du renseignement rwandais.

- Joel Mutabazi, qui avait fui le Rwanda en 2011 après 17 mois d'isolement cellulaire et de torture, avait déjà été la cible d'une tentative d'assassinat par des agents rwandais.

- Parmi les autres réfugiés rwandais connus qui ont été ciblés en Ouganda, citons: Kimonyo Emmanuel, tué le 10 janvier 2012 à Mbarara; Ndagijimana Jerome, à Kabalagala, Kampala, le 25 décembre 2011; Gatera John, tuée en 2011 à Mbarara; Niyonzima Eric, abattu le 29 septembre 2010 à Makindye / Kampala; Joseph Karushya, enlevé au camp de Nakivale et retrouvé mort à Jinja, dans le Nil, en juillet 2010; Ndahiro Aloys, étranglé à mort par des agents rwandais le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Mukangarambe Mélanie, abattue par la police ougandaise le 14 juillet 2010; Mugenzi, abattu par la police ougandaise le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Mutuyimana Agnes, éventrée du 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Muhire, tué le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Mukeshimana: tué le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Mutoni, tué le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Nyirakamana Cecile, tuée le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Mukamana (avec ses deux enfants) décédée après avoir été battue par la police ougandaise alors qu'elle (Mukamana) essayait de sauver ses enfants d'une ruée le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Mugisha Silas, tué par la police ougandaise le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Kanamugire Jean Paul, décédé des suites de coups de fouet infligés par la police ougandaise le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Dusingizimana Pacifique, tué le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; Kimonyo, décédé des suites de la mutilation de ses parties génitales par un fil de rasoir, constituant la clôture autour des bureaux du HCR, le 14 juillet 2010 au centre de règlement de Nakivale; et Hategekimana Jean Marie, tué le 18 février 2010 au centre de règlement de Kyangwali.

L’Ouganda, pour des raisons à la fois historiques et pratiques, est le pays par lequel la plupart des réfugiés fuyant le Rwanda passent ou même choisissent de vivre, car bon nombre de ces Rwandais qui fuient ont toujours une famille ou des parents ici et, par conséquent, l’Ouganda est le deuxième foyer de nombreux Rwandais. .

L’Ouganda a donc le devoir, en tant qu’État, de protéger et d’aider ces réfugiés rwandais contre leurs prédateurs rwandais.

Doubles standards

Vous Gatsinzi et de nombreux responsables gouvernementaux, y compris votre président, se plaignant des arrestations de Rwandais, pourquoi ne vous plaignez-vous pas lorsque des réfugiés rwandais sont assassinés et kidnappés par vos agents?

La majorité des Rwandais se sentent plus en sécurité après le déracinement par CMI de ces cellules terroristes rwandaises en Ouganda et vous ne vous plaignez pas contre l'Ouganda parce que le gouvernement harcèle les Rwandais ou a une politique contre les Rwandais terroriser les réfugiés rwandais ou les Ougandais à partir de leur pays, perçus par votre gouvernement comme des ennemis.

Il reste encore beaucoup à faire. Les cellules doivent se répandre dans toutes les couches de la société ougandaise afin de mettre un terme au déracinement par des agents rwandais de la poursuite de leurs activités terroristes en Ouganda.

Par conséquent, avant de blâmer l'Ouganda pour mauvaise qualité de voisinage, demandez-vous quel a été votre rôle en tant qu'ancien cadre des deux gouvernements et en tant que résident de l'Ouganda qui a toujours un domicile en Ouganda et que vos enfants sont éduqués dans des institutions ougandaises?

Demandez d’abord à votre gouvernement d’être un bon voisin et de mettre en pratique ce qu’il prêche avant d’offrir des conférences au gouvernement ougandais et de propager la peur parmi les peuples des deux nations historiques.

-----------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article