Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

De nouvelles informations soutiennent que les forces de Kagame auraient été impliquées dans un assassinat qui a provoqué le génocide rwandaisDe nouvelles informations soutiennent que les forces de Kagame auraient été impliquées dans un assassinat qui a provoqué le génocide rwandais

GOOGLE TRADUCTION

Publié il y a 13 heures Mis à jour le 9 octobre 2018
 

Version originale en anglais https://www.theglobeandmail.com/world/article-new-documents-point-to-ugandan-involvement-in-assassination-that/

Une nouvelle information est apparue pour renforcer les allégations selon lesquelles les forces rebelles dirigées par Paul Kagame, maintenant président du Rwanda, seraient impliquées dans l'assassinat qui a déclenché le génocide de 1994.
Des numéros de série de missiles sol-air appartenant à la même série que ceux impliqués dans l'assassinat ont été retrouvés sur les listes de missiles de l'armée ougandaise, qui avait fourni des armes à M. Kagame lorsque ses forces rebelles avaient balayé le Rwanda en 1994.
Les listes ont été obtenues par Filip Reyntjens, un universitaire belge qui effectue des recherches sur l'assassinat depuis plus de deux décennies. Il a trouvé des similitudes étroites entre les numéros de série ougandais et les numéros de série des deux missiles qui ont frappé un avion à réaction présidentiel dans la nuit du 6 avril 1994, tuant les présidents du Rwanda et du Burundi. Immédiatement après l'assassinat, des extrémistes ont commencé à massacrer les Tutsis et les Hutus modérés dans le cadre de la violence connue sous le nom de génocide rwandais.
Environ 800 000 personnes, principalement des Tutsis, ont été tuées. Les rebelles dirigés par les Tutsi et commandés par M. Kagame ont finalement renversé le gouvernement dirigé par les Hutu et ont pris le pouvoir à la fin du mois de juillet 1994.
Le gouvernement rwandais, dirigé par M. Kagame pendant plus de deux décennies, a imputé l'assassinat à l'armée dirigée par les Hutu qui contrôlait la majeure partie du Rwanda à l'époque. Elle a fermement nié l’implication des forces de M. Kagame.
M. Reyntjens, professeur à l’Université d’Anvers et auteur de plusieurs ouvrages sur le Rwanda et la période du génocide, est à la recherche des numéros de série ougandais depuis près de 20 ans. Il y voit une preuve solide que les missiles de l'assassinat étaient sous le contrôle de l'armée rebelle de M. Kagame.
Il a noté que les missiles impliqués dans l'assassinat de 1994 ne figurent pas parmi les numéros de série ougandais, même si d'autres de la même série le sont. Cela suggère qu'ils ont été transférés aux forces de Kagame au début des années 1990, a-t-il déclaré.
Les procureurs français, qui ont examiné les informations sur l'assassinat de 1994 après des enquêtes de juges français au cours de la dernière décennie, vont probablement demander les documents portant le numéro de série ougandais dans le cadre de leur examen, a déclaré M. Reyntjens.
Il a déclaré qu'un ancien officier de l'armée ougandaise avait risqué sa vie pour obtenir des photographies des numéros de série des missiles SAM-16 de l'arsenal de l'armée ougandaise. "Cela a été une opération difficile et dangereuse pour ma source, et une opération vraiment clandestine", a-t-il déclaré.
Les informations ougandaises aident à corroborer les informations provenant de plusieurs autres sources, y compris un rapport de 2016 de la mission des Nations Unies en République démocratique du Congo, qui a documenté un lanceur de missiles portant un numéro de série similaire, saisi par des rebelles soutenus par le Rwanda dans l'est du Congo. . Le rapport confidentiel des Nations Unies a été obtenu par le Globe and Mail l'an dernier.

Les documents ougandais sont "presque une arme à feu" pour établir que les forces de Kagame étaient impliquées dans l'assassinat, a déclaré M. Reyntjens au journal The Globe lors d'une interview mardi.
"Si vous accumulez toutes ces preuves, je ne pense pas qu'on puisse plus les nier", a-t-il déclaré.
Lors de l’assassinat, deux missiles sol-air ont été tirés sur le jet privé Dassault Falcon 50 du président rwandais Juvénal Habyarimana et du président burundais Cyprien Ntaryamira alors qu’il s’approchait de l’aéroport de Kigali après les pourparlers de paix en Tanzanie. Sept autres officiels et un équipage français composé de trois hommes ont également été tués.
M. Reyntjens a aidé à obtenir les numéros de série de deux lanceurs de missiles SAM-16 de fabrication soviétique, découverts dans un quartier de Kigali après la chute de l'avion présidentiel. Il les a confiés à une enquête parlementaire française dans les années 1990.
Depuis lors, il cherche les numéros de série ougandais pour vérifier que les deux missiles proviennent du même lot que l’Ouganda a obtenu de l’Union soviétique à la fin des années 1980.
Les listes montrent que les chiffres ougandais sont similaires à ceux des deux lanceurs de missiles découverts en 1994, au lanceur de missiles documenté dans l’est du Congo en 2016 et à un missile découvert en 1991 sur un site où opéraient les rebelles de M. Kagame.
Les quatre de ces missiles (ou leurs tubes de lancement) portaient des numéros de série à cinq chiffres commençant par «048» ou «049». Les autres marquages ​​des missiles ou des lanceurs de missiles étaient identiques. Selon les listes fournies par l'ancien officier militaire ougandais, les missiles de l'arsenal ougandais appartenaient à la même série et portaient des numéros de série à cinq chiffres commençant par «048» ou «049».
Une comparaison détaillée des numéros de série montre clairement que tous proviennent de la même série, dit M. Reyntjens.
Le rapport confidentiel des Nations unies de 2016 sur le lanceur de missiles saisi par les forces congolaises à un groupe rebelle rwandais a révélé de nombreuses similitudes entre ce lanceur et ceux découverts à Kigali après l'assassinat de 1994, notamment des numéros de série et des dates de fabrication. Il a recommandé que l'information soit transmise au Conseil de sécurité des Nations unies ou aux enquêteurs judiciaires français.
Le Globe a également fait état d’une déclaration sous serment de 12 pages de l’ancien chef de l’armée de M. Kagame, le général Faustin Kayumba Nyamwasa, selon laquelle il aurait entendu M. Kagame et deux de ses collaborateurs expliquer comment ils avaient orchestré l’assassinat. Le général était à la tête du renseignement militaire de l'armée rebelle.

 

A new piece of information has emerged to bolster allegations that rebel forces led by Paul Kagame, now President of Rwanda, were involved in the assassination that ignited the genocide of 1994.

Serial numbers of surface-to-air missiles from the same series as those involved in the assassination have been found in missile lists of the Ugandan military, which had supplied weapons to Mr. Kagame as his rebel forces swept across Rwanda in 1994.

The lists were obtained by Filip Reyntjens, a Belgian scholar who has been researching the assassination for more than two decades. He found close similarities between the Ugandan serial numbers and the serial numbers of the two missiles that struck a presidential jet on the night of April 6, 1994, killing the presidents of Rwanda and Burundi. Immediately after the assassination, extremists began slaughtering Tutsis and Hutu moderates in the violence that became known as the Rwandan genocide.

An estimated 800,000 people, mostly Tutsis, were killed. The Tutsi-led rebels commanded by Mr. Kagame eventually defeated the Hutu-led government and took over by late July, 1994.

The Rwandan government, led by Mr. Kagame for more than two decades, has blamed the Hutu-led army that controlled most of Rwanda at the time for the assassination. It has strongly denied that Mr. Kagame’s forces were involved.

Mr. Reyntjens, a University of Antwerp professor who has published several books on Rwanda and the genocide period, has been searching for the Ugandan serial numbers for nearly 20 years. He sees them as strong evidence that the missiles in the assassination had been under the control of Mr. Kagame’s rebel army.

He noted that the missiles involved in the 1994 assassination are not listed among the Ugandan serial numbers, even though others from the same series are. This suggests they were transferred to the Kagame forces in the early 1990s, he said.

French prosecutors, who have been reviewing information on the 1994 assassination after inquiries by French judges over the past decade, are likely to request the Ugandan serial-number documents as part of their review, Mr. Reyntjens said.

He said a former Ugandan military officer risked his life to obtain photographs of the serial numbers of SAM-16 missiles in the arsenal of the Ugandan military. “This has been a difficult and dangerous operation for my source, and really a clandestine operation,” he said.

The Ugandan information helps corroborate information from several other sources, including a 2016 report by the United Nations mission in the Democratic Republic of the Congo, which documented a missile launcher with a similar serial number that had been seized from Rwandan-backed rebels in eastern Congo. The confidential UN report was obtained by The Globe and Mail last year.

The Ugandan documents are “almost the smoking gun” to establish that the Kagame forces were involved in the assassination, Mr. Reyntjens told The Globe in an interview on Tuesday.

“If you accumulate all of this evidence, I don’t think it can be denied any longer,” he said.

In the assassination, two surface-to-air missiles were fired at the Dassault Falcon 50 private jet of Rwandan president Juvénal Habyarimana and Burundian president Cyprien Ntaryamira as the jet approached Kigali’s airport after peace talks in Tanzania. Seven other officials and a three-man French crew were also killed.

Mr. Reyntjens helped obtain the serial numbers of two Soviet-made SAM-16 missile launchers that were discovered in a neighbourhood of Kigali after the presidential airplane was shot down. He gave them to a French parliamentary inquiry in the 1990s.

Since then, he has been seeking the Ugandan serial numbers to verify that the two missiles were from the same batch that Uganda obtained from the Soviet Union in the late 1980s.

The lists show that the Ugandan numbers are similar to those of the two missile launchers found in 1994, along with the missile launcher documented in eastern Congo in 2016 and a missile found in 1991 at a site where Mr. Kagame’s rebels had been operating.

All four of these missiles (or their launch tubes) had five-digit serial numbers beginning with “048” or “049.” Other markings on the missiles or missile launchers were identical. The missiles in the Ugandan arsenal, according to the lists provided by the former Ugandan military officer, were from the same series, featuring five-digit serial numbers that begin with “048” or “049.”

A detailed comparison of the serial numbers makes it clear that all come from the same series, Mr. Reyntjens says.

The confidential UN report in 2016, focusing on the missile launcher that Congolese forces seized from a Rwandan rebel group, found many strong similarities between that launcher and those discovered in Kigali after the 1994 assassination, including serial numbers and manufacturing dates. It recommended that the information be turned over to the UN Security Council or the French judicial investigators.

The Globe has also reported on a 12-page sworn statement by Mr. Kagame’s former army chief, General Faustin Kayumba Nyamwasa, which alleged he heard Mr. Kagame and two aides describing how they had orchestrated the assassination. The general was head of military intelligence for the rebel army at the time.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article