Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 25/08/2018 00:10

Dans la nuit du 27 au 28 avril 1994, la directrice de l'école secondaire des filles de Muramba, GRIET BOSMANS, de nationalité et 17 de ses élèves furent effroyablement massacrées par les soldats du FPR sur ordre de Kagame.
Réaction de la Belgique: silence de tombeau mais par contre, chantage à l'endroit des membres de famille de la victime pour qu'ils ne saisissent pas la justice de leur pays.
Dans le rapport du Sénat Belge sur le drame rwandais, les auteurs précisent sans équivoque que la nuit du 8 avril 1994, derrière l'avion du Président Habyarimana, il y avait deux avions belges, un avion espion équipé de système antimissile et un autre plein de para commando belges. Après l'assassinat du Président Habyarimana ces deux avions ont rebroussé chemin. Dès lors que l'avion espion était équipé de système antimissile et qu'il était derrière l'avion du Président Habyarimana qui a été abattu par deux missiles, le pilote a nécessairement vu le lieu du tir des missiles.
Or, devant les sénateurs belges, en réponse à une question passe partout posée par un sénateur, le commandant de bord s'est lui-même posé la question de savoir pourquoi le Ministre de la défense l’a envoyé au Rwanda avec un tel avion alors que rien ne l'exigeait. Aucune question ne lui a été posée sur les missiles qu'il a nécessairement vus. Les sénateurs belges ont sciemment éludé les questions susceptibles d'accoucher la VERITE. Ils n'ont même pas interrogé le ministre de la défense ou le premier ministre d'alors, donneur d'ordre.
Sur la mort des Belges aux Rwanda dont Griet Bosmans, c'est l'omerta caractérisé. Colette Braeckman et autres qui se sont illustrés dans la campagne à grande échelle contre les anciens dirigeants Hutu rwandais et les autorités françaises ont observé le silence de cathédral. Pour eux comme des millions de victimes Hutu et Tutsi de second rang de 1994 et après sont des dommages collatéraux, inévitables dans une guerre qui, selon eux, a été déclenchée par les Hutu contre les Tutsi. Il en est de même de l'existence prouvée de ces deux avions sur le territoire rwandais dans la nuit du 6 avril 1994. Même les juges belges, lors des procès contre certains pauvres exilés Hutu résidant en Belgique, ont fait fi de ces faits alors qu'ils ont été invoqués par les avocats de la défense. Pour eux, il s'agit des faits inutiles et qui, conséquemment ne peuvent nullement être retenus pas eux.
Alain Lallemand et Kristof Clerix (Knack), un gendarme belge a évoqué publiquement l'existence des escadrons de la mort du régime Kagame, opérant sur le territoire belge et ailleurs en Europe ( voir TFR info de Ndagijimana). Les escadrons de la mort sont les tueurs à gage des Hutu et Tutsi Rwandais listés exilés en Belgique et ailleurs, soit par balle soit par empoisonnement. Ils combinent ces deux modes opératoires. Ils sont pris en charge par les ambassadeurs de l'Etat Rwandais sur ordre de Mushikiwabo, leur supérieure hiérarchique et candidate au poste de Secrétaire Général de l'OIF. Un fonds de plusieurs millions de dollars dédié aux opérations de ces escadrons de la mort est géré par Mushikiwabo Louise, Ministre des Affaires Etrangères de Kagame. Les affirmations de ce gendarme n'ont pas été contestées par Mushikiwabo, alors qu'elle dispose notoirement d'une haute expertise dans la négation de l'évidence et dans le cynisme ou Colette Braeckman et autres excroissances du régime Kagame opérant en Belgique. En sa qualité de gestionnaire de fonds dédiés aux méfaits des escadrons de la mort du régime dont elle est un des piliers, Mushikiwabo est directement impliquée dans les assassinats de ces Belges en Afrique du Sud.
En menant une enquête sur une victime de Kagame, Pieter-Jan Staelens savait que le fait d'être Belge ne constituait nullement une protection contre les agissements des escadrons de la mort de Kagame et que par conséquent il sera liquidé comme Thomas Ngeze, le tout sans conséquence aucune de la part des assassins. Il est de notoriété publique que l'Afrique du Sud et la Mozambique sont le siège des escadrons de la mort du régime Kagame. Il convient de l'appeler le triste sort qui a été réservé par Kagame à Maître Callixte Gakwaya et ce, par le seul fait d'avoir accepté d'assurer la défense de Yusufu Munyakazi, accusé du TPIR. Les escadrons de la mort opèrent à la MOSSAD qui les a formés: l'empoisonnement suivi soit d'une mort inopinée (cas Gakwaya Callixte, Rwirangira Emmanuël, colonel Habimana Pierre Claver alors qu'il allait sortir de prison le lendemain et autres) soit d'une mort lente, tel est le cas de milliers de prisonniers, soit des balles dans le cœur et la tête). Certains avocats du TPIR ont été impunément liquidés par les mêmes escadrons de la mort. Les services de renseignement belge, la Mossad, la CIA et les services secrets français, allemands et autres connaissent les assassins.
Au regard des faits évidents, Kagame a reçu le passeport du tuer qui il veut et quand il l'entend qu'il soit Hutu, Tutsi, belge, britannique et autre. Il bénéficie de l'impunité manifeste.
Il s'ensuit que le père de cette victime belge n'aura pas l'occasion de regarder tout droit dans les yeux les assassins de son enfant. Sachant qu'au cas où il persisterait dans sa demande de justice pour son enfant, il subira le même sort que celui-ci. Les membres de la famille de Griet Bosmans ne sont-ils pas tétanisés lorsqu'on leur pose la question: pourquoi n'avez-vous pas saisi la justice de votre pays dit de droit pour que les assassins de votre sœur, cousine, tante etc. payent pour ce qu'ils ont fait? Ils sont tétanisés parce qu'ils savent que passer outre signifie la mort certaine.
Question: pourquoi la Belgique a-t-elle accordé à Kagame et à ses escadrons de la mort le passeport de tuer en toute impunité à tel point qu'elle bafoue en flagrance les droits fondamentaux de ces citoyens dont le droit d'accès à la justice, le tout alors qu'il est crié sur tous les toits qu'elle est un Etat de droit? Peut-elle alors donner une quelconque leçon de moral à Kagame relativement aux violations massives des droits fondamentaux des Rwandais?