Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Traduction Google

Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a déclaré qu'il avait «d'autres choses à faire»

Un cardinal de la République démocratique du Congo a déclaré qu'il ne se présenterait pas à la présidence malgré le fort soutien de certains catholiques congolais.

Selon un rapport de Crux Now, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa, est décrit comme un choix "sûr et crédible" par un groupe nouvellement formé, le Christian Dynamic for Unity et Democracy (DCUD).

Serge Gontcho, porte-parole de DCUD, a déclaré: "Pour construire un Congo pour nos enfants, tous ceux qui n’ont pas réussi devraient être tenus à l’écart et remplacés par une nouvelle force. C'est pourquoi nous avons pensé au cardinal Monsengwa, qui est très bien accepté par le peuple. "

Le président sortant, Joseph Kabila, est au pouvoir depuis 2001. Son mandat a pris fin à la fin de 2016; les prochaines élections, prévues pour le 23 décembre, ont deux ans de retard.

Les catholiques du pays ont manifesté leur opposition à Kabila. Selon The Economist, les manifestations de rue hebdomadaires organisées par les églises catholiques s'ajoutent à celles organisées par des groupes d'activistes catholiques. L'un d'entre eux, connu sous le nom de CLC, aurait rencontré des policiers lors de manifestations organisées au début de l'année.

La communauté catholique de la République est importante; 35 millions, soit plus de 40%, selon un rapport du Département d'État américain en 2017. Quatre-vingt-dix pour cent de la population de la République du Congo est chrétienne.

Cependant, le cardinal Monsengwo aurait nié toute ambition présidentielle, déclarant qu'il "avait autre chose à faire".

Les engagements existants ne sont pas le seul obstacle pour le cardinal Monsengwo, s’il souhaite poursuivre sa politique. Les interdictions imposées aux prêtres de se présenter à une charge publique ont été codifiées par Jean-Paul II en 1983. Le Code de droit canonique stipule que «les clercs ne peuvent assumer des fonctions publiques impliquant une participation à l'exercice du pouvoir civil».

Le Code stipule également: "Ils ne doivent pas participer activement aux partis politiques et aux syndicats ouvriers, à moins que, de l'avis de l'autorité ecclésiastique compétente, la protection des droits de l'Église ou la promotion du bien commun ne l'exigent. "

Il y a eu des contraventions notables. Miguel d'Escoto Brockmann, un politicien nicaraguayen et prêtre catholique, a été interdit de célébrer la messe par le pape Jean-Paul II pour avoir défié une interdiction de l'église imposée aux prêtres occupant des fonctions politiques. D'Escoto a été ministre des Affaires étrangères du gouvernement sandiniste de gauche du Nicaragua, de 1979 à 1990.

En 2014, le Vatican a réintégré D'Escoto comme prêtre après une suspension de trente ans; D'Escoto avait écrit au pape François pour lui demander de pouvoir célébrer la messe avant sa mort. Il est décédé le 8 juin 2017.

Quels que soient les candidats qui se présentent, les élections en République démocratique du Congo ne seront pas simples. Le cardinal Monsengwo Pasinya a déclaré à propos des élections de 2011: "Il faut en conclure que les résultats ne sont pas conformes à la vérité ni à la justice". Selon l'indice de perception de la corruption, un classement mondial établi par Transparency International, la République démocratique du Congo est très corrompue et se classe au 161e rang sur 180 pays.

Source : http://www.france-rwanda.info/2018/08/congolese-catholics-urge-cardinal-to-run-for-president.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article