Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

A Paris, Louise Mushikiwabo fait campagne pour le poste de S.G de la Francophonie
Tuesday, 17 July 2018 15:32 by RNA Reporter  

Kigali: Louise Mushikiwabo qui dirige la diplomatie rwandaise a rencontré ce mardi 17 juillet à Paris, autour d'un déjeuner, les ambassadeurs qui représentent leurs pays auprès de l'OIF (Organisation Internationale de la Francophone).

Une rencontre riche en échanges et l'occasion pour Louise Mushikiwabo qui est  candidate au poste de Secrétaire Général(SG) de l’OIF de se présenter, de donner un aperçu de ses priorités et des thèmes qui lui sont chers.

En attendant les 11 et 12 octobre prochains, dates de l’élection à la tête de l’OIF, la Ministre rwandaise des affaires étrangères Louise Mushikiwabo est en pleine campagne pour succéder à la Canadienne Michaëlle Jean. (Fin)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 22/07/2018 01:27

L'auteur de cet article affirme

1/ Si on ne doit compter que le nombre de soutiens dont dispose chacune des deux impétrantes, la partie semble gagnée pour la candidate rwandaise.

2/ Lors de son récent sommet à Nouakchott, l’Union africaine - dirigée par le Rwanda cette année - a appelé solennellement les 29 pays du continent qui font aussi partie de l’organisation francophone à voter pour la candidate africaine.

3/ On se souvient de la mobilisation réussie des pays africians pour faire élire en mai 2017 l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus au poste de directeur général de l'Organisation mondiale de la santé.

4/ La candidate du Rwanda pour diriger la Francophonie compte sur le soutien de ses pairs africains pour emporter la mise. Le président du Rwanda Paul Kagame a écrit aux chefs d'Etat concernés pour les appeler à soutenir la candidature de sa ministre.

En face, la Canadienne Michaëlle Jean ne bénéficie pour l'instant que des soutiens du Canada, du Québec et de Haïti, son pays d’origine.

Cet article est truffé de contradictions, d'erreurs et de subjectivités.
1- Contradictions
Le Rwanda est, certes, étonnamment membre de l'OIF mais il en fait et en droit anglophone.
Et pour preuve, dans la constitution de notre pays actuellement en vigueur, l'anglais est placé avant le français. Dans la constitution de 2003, le français était en deuxième position, avant l'anglais et après le kinyarwanda. Ce déclassement légale du français a une signification: le Rwanda n'est pas francophone. Par ailleurs, l'usage du français par les accusés pour assurer leur défense est interdit est conséquemment n'est pas légalement autorisé. Par contre, les accusés peuvent assurer leur défense en anglais. La parfaite illustration est l'Affaire Professeur Léon Mugesera. accusé de génocide contre les Tutsi par un discours qu'il a prononcé à Kabaya,, nord du Rwanda en 1992, il a été expédié à Kagame par le Canada comme un colis avarié. L'article 5 de la constitution rwandaise du 4 juin 2003 dit: " La langue nationale est le kinyarwanda. Les langues officielles sont le kinyarwanda, le français et l'anglais."
Conformément à cette disposition de la loi fondamentale de notre pays, membre de la francophonie, il a demandé d'assurer sa défense en français par un avocat francophone. Sa demande a été rejetée par les juges rwandais. Par contre, les autres accusés qui ont demandé s'assurer leur défense en anglais, leurs demandés ont été acceptées. L'accusé a décidé de saisir le Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples pour violation de ses droits fondamentaux entre autre le droit de se défendre dans n'importe dans l'une ou l'autre des trois officielles rwandaises par le Rwanda. La réaction de Kagame a été rapide. Il a ordonné la liquidation de son avocat. Ce crime a indigné les Rwandais. Il s'ensuit que la candidate du Rwanda ne remplit pas les conditions élémentaires pour diriger l'OIF et porter ses valeurs. Même un idiot mongolien le comprend parfaitement.
Kagame s'est adressé à ses pairs en anglais et nullement en français alors qu'il leur demandait de soutenir la candidature de sa ministre au poste de Secrétaire Général de l'OIF. Kagame ne perle aucun mot en français. Son agissement constitue, à mon sens , un mépris à l'égard des dirigeants africains à qui il s'est expressément adressé. Le comble est que son agissement n'a pas fait l'objet d'aucun commentaire alors qu'il est grave pour un président.


Erreurs

Certes Kagame a demandé aux présidents africains francophones présents ou représentés au sommet de Nouakchott leur soutien à la candidature de sa ministre au poste de Secrétaire Général de l'OIF mais aucun président ne lui a donné expressément sa parole.
Il est erroné de comparer le poste de Directeur Général de l'OMS avec celui de Secrétaire Général de l'OIF. Le premier poste est de rang mondial alors que le second concerné exclusivement les Etats francophones, qui ne représentent même pas un tiers des Etats au niveau mondial.
Le poste de Secrétaire Général de l'OIF requiert l'attachement en fait et en droit de chaque Etat membre à la langue française. Par ailleurs et le respect des valeurs de l'OIF par chaque Etat membre de l'Organisation.

Subjectivités

L'auteur de cet article n'excipe aucun élément prouvant que Madame Jean n'est soutenue uniquement que par le Québec et l'Haïti. Elle n'est pas soutenue par le Québec mais pas le Canada, son pays.

CESAR 19/07/2018 01:09

Louise Mushikiwabo en campagne en France!

1/ Les Rwandais voudraient savoir s'elle fait le tour du monde avec l'avion de Kigame mis spécialement à sa disposition par celui-ci?

2/ Qui paye les frais de transport et à qui ?

3/ Combien coûtent ses voyages ?

Les internautes rwandais et africains francophones ont pu constater que la ministre de Kagame n'a toujours pas mis son CV sur la Toile. Celui ce Madame Jean y est déjà depuis plusieurs années.