Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Au Burundi, le président Pierre Nkurunziza a promulgué ce jeudi matin la nouvelle Constitution, un texte très controversé. Mais dans le même temps, grosse surprise, le chef de l'Etat a annoncé qu'il ne se représenterait pas en 2020.

Le président Pierre Nkurunziza vient de surprendre tout son monde en annonçant qu'il ne sera pas candidat à la présidentielle de 2020, dans un discours à la nation prononcé à Bugendana, dans le centre du pays. Une allocution qu’il a effectuée juste après avoir promulgué la nouvelle Constitution du Burundi, controversée, dans son palais de Gitega.

Pourtant, la nouvelle Constitution, qui a été adoptée par référendum le 17 mai dernier, lui offrait la possibilité de briguer deux nouveaux mandats de sept ans chacun. C'est-à-dire de rester au pouvoir jusqu'en 2034. Aujourd’hui, Pierre Nkurunziza dit qu'il n'en sera rien.

Et pour se justifier, il a expliqué qu'il avait juré lors de sa prestation de serment en 2015, lorsqu'il a entamé son troisième mandat selon l'opposition, le deuxième selon son camp, que c’était son dernier mandat. Pierre Nkurunziza parle également de ses valeurs d'homme et de militant du parti CNDD-FDD : « Au Burundi, un homme se retourne dans son lit, et pas dans sa parole ». Il assure donc que la nouvelle Constitution « n'a pas été taillée à sa mesure comme le disent ses ennemis à longueur de journée » et il jure qu'il soutiendra « de toutes ses forces, de toute son intelligence » celui qui sera élu en 2020.

Il n'y a pas encore eu de réaction officielle. Au Burundi, tout le monde est encore sous le choc. Sur Twitter, un opposant a salué « un bon coup politique », et il lui a donné rendez-vous en 2020, en rappelant que plusieurs chefs d'Etat africains n'ont pas hésité à revenir sur leur parole.

Nos chaleureuses félicitations à SEM le Président Pierre Nkurunziza et au peuple frère du Burundi. Cette décision sage et courageuse confirme la maturité politique de la jeune démocratie consensuelle et paritaire choisie par les Barundi. Un exemple pour les voisins Rwandais?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 10/06/2018 01:05

Le Président Nkurunziza vient de déclarer qu'il respectera sa parole lorsqu'il prêté serment devant des millions de ses compatriotes quant à ses mandats à la tête de son pays.
Les opposants et auteurs du coup d'Etat manqué contre lui et qui sont majoritairement vautrés ici au Rwanda sous la protection de Kagame présument sa mauvaise foi.
Ceux qui le connaissent bien ne sont pas surpris. Nkurunziza Pierre est homme qui a le sens de l'honneur et de dignité. Il l’a prouvé lorsque sa jeune armée a mis en déroute les auteurs de tentative de coup d’Etat qui ont ensuite fuit comme des rats d’une part et en assurant la sécurités des Burundais nonobstant les crimes commis sur l’ensemble du pays par les escadrons de la mort nourris, logés et formés par Kagame avec les deniers publics rwandais d’autre part.
Une des valeurs cardinales d'un Homme est le respect de la parole donnée. Diriger c’est décider, c’est respecter la parole donnée en son nom ou en celui de l’Etat, c’est assurer la sécurité et le bien-être de ses concitoyens et promouvoir l’intérêt générale. Ne pas respecter sa parole pourtant librement donnée est un déshonneur. Un homme sans honneur et sa dignité même un chien ne peut le respecter. Le Président Nkurunziza n’a jamais failli à son devoir. Il est déjà entré dans l’histoire de son pays. Il appartiendra à l’histoire de le juger au regard de ses agissements passés.
En réalité, ceux qui présument sa mauvaise foi ce sont ceux qui après avoir fait les tours du monde, faire les tours des médias et des télévisions dans certains pour dénigrer le Président Burundais et le traiter de dictateur criminel sont désormais dépourvu d'arguments contre le Président Burundais.
A la différence avec Kagame, le mentor et hébergeur des anti-Nkurunziza ou les sans échec, qui a fabriqué un faux document qu'il a ensuite appelé pétition des Rwandais sur lequel il s'est fondé pour révisé l'article 101 de la constitution et s'autoproclamer président à vie, Nkurunziza a soumis la révision de la constitution au Peuple Burundais. Celui-ci a approuvé la révision proposée par le président. La nouvelle constitution ne s'applique au Président actuel mais à son successeur.
Des millions de Rwandais ont vu des sans échec dans mises en scènes organisées par un hors-la-loi qu'est Kagame sous le nom de campagnes électorales alors qu’ils crient sur les toits que le Président Burundais a violé la constitution de leur pays aux seules fins de d’être président à vie à l’instar de kAGAME. Pour eux, un hors-la-loi notoire a respecté la constitution et mérite respect mais et celui qui respecte la constitution de son pays et sa parole donnée est un hors-la-loi. Les millionnaires burundais qui vivent comme des rois ici au Rwanda et associés des oligarques du régime Kagame dans plusieurs affaires en tous genres ont contribué au financement des soi-disant campagnes électorales de Kagame qui n’étaient des mises en scènes organisées par les sociétés du FPR et payées par celui-ci.
La déclaration du Président Burundais a sûrement surpris les sponsors des anti-Nkuruniza étrangers dont Louis Michel et son club spécialement créé par lui. Il faut espérer qu'il va bien dormir.
Il faut espérer que sous peu, Kabila fera la même déclaration.
Les conséquences logiques éventuelles du respect des lois de leurs par les deux président sera la mise en quarantaine de Kagame dans notre région.
Le masque commence à tomber morceau par morceau quant à sa prétendue bonne gouvernance. Les auteurs de faux rapports sur l’état économique du Rwanda ont commencé à parler. Ce n’est qu’un début. Par ailleurs les chasseurs de biens mal acquis des kleptocrates africains vont s’intéresser au cas Kagame et son clan, en l’occurrence à ses deux avions achetés en Afrique du Sud, 50 millions de dollars USA la pièce. Il est étonnant que ses opposants n’aient pas dénoncé haut et fort le vol en flagrance de 100 millions de dollars de deniers publics par Kagame et immatriculés à l’étranger. La corruption et la surfacturation des marchés publics par les oligarques du régime ne sont pas constitutives d’infraction au Rwanda de Kagame. C’est la preuve de la bonne gouvernance.
Questions : Kagame est allé en France, à Bruxelles et au Canada en sa qualité de Président en exercice de l’Union Africaine.
1/ A-t-il voyagé avec son avion personnel ou avec un avion de l’Union Africaine ou affrété par celle-ci ?
2/ Qui a payé ses voyages, notre pays ou l’Union Africaine dont il est parti représenter ?
Le document falsifié est sur la Toile TFR INFO de Ndagijimana Jean-Marie et The Rwandan. Kagame s’est autoproclamé Président à vie. C’est un hors-la-loi notoire et doit être traité comme tel.