Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Quand les pauvres sponsorisent les riches: Rwanda et Arsenal FC
(Traduction google de https://theconversation.com/when-the-poor-sponsor-the-rich-rwanda-and-arsenal-fc-97330?utm_source=twitter&utm_medium=twitterbutton

Le Rwanda reste surprenant. Récemment, le Conseil Rwandais de Développement a signé un accord de sponsoring avec le club de Londres Premier League, Arsenal. Sur une période de trois ans, l'annonce de 200 cm2 "Visit Rwanda" coûtera 39 millions de dollars au pays.
 
Le président Paul Kagame est connu pour être un fan convaincu d'Arsenal. Récemment, il a même tweeté que le club avait besoin d'un nouvel entraîneur après la ligue invincible d'Arsenal et le manager du vainqueur de la coupe, Arsène Wenger, au cours des dernières saisons. On peut supposer que c'est une coïncidence que l'affaire ait été conclue juste après la retraite de Wenger à la fin de la saison 2017/18.

 

Kagame "My take on my beloved Club Arsenal- a very good one at the game and a very good coach like a.Wenger ,this should not have been the kind of ending of an era. The coach is leaving and club trophy-less it was long coming! I am still a committed fan going forward :). Blame the owners"

11:17 PM - May 3, 2018

Le Rwanda est le 19ème pays le plus pauvre du monde avec un revenu par habitant d'environ 700 USD. Arsenal est l'un des clubs de football les plus riches du monde. Il n'est donc pas surprenant que près de 40 millions de dollars aient dérangé pas mal de gens.
 
Les législateurs néerlandais, y compris certains membres de la coalition gouvernementale, ont immédiatement réagi avec colère à la nouvelle qu'un pays pauvre recevant une aide importante des Pays-Bas sponsoriserait l'un des clubs de football les plus riches du monde. Des réactions similaires pourraient être entendues au Royaume-Uni, deuxième donateur bilatéral du Rwanda. Un député a qualifié cet accord de «propre objectif pour l'aide étrangère».
 
En outre, ceux qui sont concernés par la démocratie et les droits de l'homme pensent que l'accord envoie un mauvais message à propos d'un pays qui a une forte tendance autoritaire à travers elle.
 
Lire la suite: Pourquoi le modèle de développement du Rwanda ne fonctionnerait pas ailleurs en Afrique
 
La question est: est-ce que Kagame conclut un marché avec son club favori pour promouvoir le tourisme ou l'a-t-il fait pour améliorer son image et le protéger des critiques? Il semble avoir pris la décision de son propre chef: le contrat ne semble pas avoir été discuté au cabinet et l'argent ne figure pas dans le budget approuvé par le parlement.
La raison du Rwanda
 
Pour le gouvernement rwandais, l'accord fait partie d'une stratégie plus large de développement du tourisme, qui représentait en 2017 environ 12,7% du PIB et 1 milliard de dollars de recettes. Le pays considère le tourisme haut de gamme comme un important secteur de croissance. Les paysages verdoyants, les gorilles de montagne des volcans de Virunga, le parc animalier d'Akagera, la forêt tropicale de Nyungwe, le lac Kivu idyllique et même les mémoriaux du génocide se sont multipliés dans un espace de seulement 26 000 km2.
 
Cette stratégie est intégrée et a du sens sur papier. L'Etat a investi massivement dans sa compagnie aérienne nationale RwandAir et a construit le Kigali Convention Center et des hôtels haut de gamme. Et le développement du nouvel aéroport international de Bugesera, conçu pour devenir un important hub régional, est en cours.
 
Mais il y a des doutes sur la rentabilité de ces entreprises. Par exemple, RwandAir n'a pas encore atteint son seuil de rentabilité, 14 ans après son lancement. Le gouvernement le maintient à flot grâce à une subvention annuelle de 50 millions de dollars américains uniquement pour les opérations.
 
Les investissements dans une flotte en expansion constante pour répondre à un réseau toujours croissant de destinations continentales et intercontinentales nécessitent des emprunts considérables à un coût élevé. Le risque budgétaire lié à la stratégie du gouvernement est élevé et les économistes se demandent à quel point ces dépenses seront durables à moyen terme.
 
Des calculs comme ceux-ci sont à considérer par le gouvernement rwandais. Mais Arsenal a-t-il considéré le signal qu'il donnait à la lumière des dossiers des droits de l'homme et de la démocratie de Kagame?
 
Risques pour Arsenal
 
La journaliste d'investigation canadienne Judi Rever a récemment écrit dans un livre, "Louange au sang: les crimes du Front patriotique rwandais", que le régime rwandais a massacré des dizaines sinon des centaines de milliers de civils innocents, en particulier dans les années 1990.
 
Et l'année dernière, Human Rights Watch a publié des rapports inquiétants sur les violations des droits de l'homme. Ceux-ci comprenaient l'arrestation et la détention arbitraire des pauvres dans les «centres de transit» à travers le pays, la répression généralisée dans les affaires foncières, les exécutions extrajudiciaires et la détention illégale et la torture dans les installations militaires.
 
En octobre 2017, le sous-comité des Nations Unies pour la prévention de la torture a suspendu sa visite au Rwanda en raison «d'une série d'obstacles imposés par les autorités». Ce n'est que la troisième fois en 10 ans que le sous-comité le fait.
 
En plus de cela, il y a eu une analyse et des commentaires très répandus sur l'état de la démocratie au Rwanda. Le pays est un État à parti unique de facto sans opposition politique significative, sans liberté de la presse et sans société civile indépendante.
 
L'emprise de Kagame sur le pouvoir est absolue et, en août dernier, il a été réélu avec plus de 98% des voix. Un référendum sur un amendement constitutionnel en 2015 lui a donné le droit de rester en poste jusqu'en 2034.
 
Réalisant que les batailles sont menées dans les médias autant, sinon plus, sur le terrain, le Front patriotique rwandais (FPR) a développé une formidable stratégie d'information et de communication qui remonte à la guerre civile lancée en octobre 1990.
 
Kagame a dit:
 
    Nous avons utilisé la communication et la guerre de l'information mieux que quiconque. Nous avons trouvé une nouvelle façon de faire les choses.
 
Cela a impliqué de payer ceux qui peuvent aider à promouvoir la bonne image, y compris les entreprises de relations publiques.
Éthique politique et sport
 
Certes, l'éthique politique et les sports ne correspondent pas bien. Jusqu'à récemment, le FC Barcelone a accepté un sponsoring du Qatar qui a vu le pays figurer sur les maillots de l'équipe. Le Qatar a un bilan politique très en dents de scie. En raison de l'organisation de la Coupe du monde 2022, il est connu pour ses violations notoires des droits de l'homme, en particulier en ce qui concerne les droits des travailleurs migrants et des femmes.
 
Un autre exemple est l'Atlético Madrid qui a été controversé par l'Azerbaïdjan, où le tournoi de football Euro 2020 aura lieu. Amnesty International a dénoncé ce pays d'Europe de l'Est pour sa «répression du droit à la liberté d'expression, notamment à la suite de révélations de corruption politique à grande échelle».
 
Ce n'est pas que cela fasse une différence, mais ces deux pays sont très riches, alors que le Rwanda est très pauvre.
 
Et j'ai presque oublié: Beaucoup de fans d'Arsenal étaient opposés à l'accord, pas à cause des droits de l'homme et de la démocratie du Rwanda, mais parce qu'ils n'aimaient pas la conception de la pochette.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article