Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Paul Kagame du Rwanda a-t-il déclenché le génocide de son propre peuple?
Paul Kagame du Rwanda a-t-il déclenché le génocide de son propre peuple?

Version française (traduction Google) de l'article Did Rwanda’s Paul Kagame trigger the genocide of his own people?

https://www.thestar.com/news/insight/2018/04/08/did-rwandas-paul-kagame-trigger-the-genocide-of-his-own-people.html

Par Judi Rever

Des millions de vies ont été perdues dans la violence ethnique et politique qui a embrouillé le Rwanda dans les années 1990. Le président actuel du Rwanda, Paul Kagame, a d'abord été salué comme un héros pour avoir stoppé le génocide, mais, comme le révèle la journaliste canadienne Judi Rever dans son nouveau livre, la vérité est beaucoup plus sombre.

Par Judi Rever : Extrait de "La louange du sang: les crimes du Front patriotique rwandais" ()
Dimanche 8 avril 2018

En avril 1994, le Front patriotique rwandais (FPR) a décidé d'attaquer le pays en assassinant le président rwandais, Juvénal Habyarimana. Son assassinat a ouvert la voie à un niveau de massacres dont le Rwanda ne s'est pas encore remis. Ce fut le catalyseur qui a effectivement détruit l'ancien ordre et changé le cours de l'histoire de l'Afrique centrale. C'est ce que [le dirigeant du FPR, Paul] Kagame et le FPR visaient depuis le début, tout en faisant du bout des lèvres à l'ONU, à la Mission d'assistance des Nations Unies au Rwanda (MINUAR) et au processus de paix.
 
Le compte rendu suivant de l'attentat contre l'avion de Habyarimana est basé sur des témoignages séparés de l'ancien FPR à l'enquête française de 2006 sous le juge Jean-Louis Bruguière et le Tribunal pénal international pour le Rwanda.
 
Kagame et son entourage militaire ont tenu une série de trois réunions à la fin de 1993 et ​​au début de 1994 pour planifier d'abattre l'avion. Les commandants présents aux réunions étaient le colonel Kayumba Nyamwasa, le colonel Steven Ndugute, le colonel Sam Kaka, lieutenant-colonel. James Kabarebe et Maj. Jack Nziza. Le FPR a accepté de former une équipe pour gérer deux missiles sol-air que le FPR avait obtenus de son allié Ouganda. Cette équipe a apporté les armes du nord du Rwanda dans la capitale à une ferme à Masaka. Dans la nuit du 6 avril, après avoir assisté à un sommet à Dar es Salaam en Tanzanie, les présidents du Rwanda et du Burundi, accompagnés de membres clés de l'armée rwandaise, sont montés à bord d'un Falcon 50 piloté par des Français. À 7 heures du matin, le colonel Charles Kayonga du FPR a dit à son bataillon au Centre national de développement (CND) d'être «en attente d'un» - en tenue de combat et prêt pour une attaque. À 20 heures, l'équipe de missiles à Masaka était en place, attendant l'arrivée de l'avion. Le premier missile a été lancé mais a raté l'avion à l'approche de l'aéroport. Un deuxième missile, tiré par Sgt. Frank Nziza, a frappé la marque, endommageant l'aile et le fuselage de l'avion.
 
Le jet a explosé, tuant les 12 personnes à bord, y compris les deux chefs d'Etat et les trois membres d'équipage français. La plupart des débris de l'avion ont atterri dans la cour arrière de la maison présidentielle de Habyarimana.

Luc Marchal, le commandant du contingent belge et le commandant de la section de Kigali à la MINUAR, a été étonné de la rapidité avec laquelle les forces du FPR - entre 25 000 et 30 000 hommes - ont pris position après l'attaque de l'avion. "Le FPR a lancé une offensive majeure, qui aurait nécessité des semaines de préparation", m'a-t-il dit. Pour entreprendre une offensive aussi immédiate et à grande échelle, le FPR aurait dû formuler des ordres, donner ces ordres et s'assurer que les commandants militaires transmettent les ordres aux troupes afin que les soldats se mettent rapidement en position. Il souligne: «Ils ont lancé une attaque systématique et ont eu assez de munitions et d'autres fournitures - y compris l'équipement et la nourriture - pour se battre immédiatement. Ils l'avaient [déjà] apporté de l'Ouganda. La chute de l'avion présidentiel était directement liée à l'offensive militaire du FPR. Vous ne pouvez pas improviser de telles choses. C'est impossible."
 
Un jour après que le président a été tué, tout l'enfer s'est déchaîné. Des soldats hutus ont assassiné le Premier ministre Agathe Uwilingiyimana et son mari, puis ont kidnappé les Casques bleus belges qui avaient été envoyés pour la protéger, les ramenant à la caserne militaire principale, où ils les ont lynchés. Les Tutsis vivant dans les zones contrôlées par les Hutus ont été ciblés et tués, mais aussi, pendant ce temps, les Hutus vivant dans les zones contrôlées par le FPR ont été traqués et abattus.
Les crânes et les os des victimes du génocide rwandais, présentés comme un mémorial en 2014 à l'occasion du 20e anniversaire du massacre. Plus de 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés pendant une période de 100 jours.
Les crânes et les os des victimes du génocide rwandais, présentés comme un mémorial en 2014 à l'occasion du 20e anniversaire du massacre. Plus de 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés pendant une période de 100 jours.
Au 12 avril, à peine six jours après le massacre à grande échelle, Marchal vit au moins quatre bataillons du FPR à Kigali. Il pense qu'avec une telle capacité militaire, le FPR aurait pu facilement organiser des zones de sécurité à l'intérieur de la capitale où les Tutsis auraient pu se réfugier. Mais ils n'ont jamais créé de refuge pour les Tutsis. Au lieu de cela, ils ont dit aux troupes belges, italiennes et françaises de quitter le pays. Les troupes italiennes et françaises faisaient partie d'une coalition de parachutistes d'élite et de forces spéciales envoyées pour évacuer les ressortissants étrangers. Le même jour, le 12 avril, une douzaine d'officiers supérieurs hutus des forces armées rwandaises ont formellement demandé au FPR de se joindre à eux pour tenter d'arrêter le carnage. Les officiers hutus ont appelé à un cessez-le-feu immédiat. Mais le FPR ne l'accepterait pas. Trois jours plus tôt, le 9 avril, le FPR avait lancé un ultimatum au contingent ghanéen de l'ONU: sortez de la zone démilitarisée dans le nord ou vos soldats feront face à un tir d'artillerie. "Non seulement le FPR n'a pas montré le moindre intérêt à protéger les Tutsis, mais il a alimenté le chaos", a déclaré Marchal. Et il est sans équivoque sur les intentions de Kagame: "Le FPR avait un objectif. C'était pour prendre le pouvoir et utiliser les massacres comme stock dans le commerce pour justifier ses opérations militaires. C'est ce que j'ai vu."
 
Le carnage et les souffrances humaines du génocide ont provoqué une nouvelle ère politique. Le Rwanda n'était plus une nation hutu; le pays serait dirigé, comme il l'était avant l'indépendance, par une minorité tutsie.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article