Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

MUTUMIWE MURI BENSHI I REIMS MU BUFRANSA TALIKI YA 09/06/2018 MU MISA YO KWIBUKA NO GUSABIRA ABIHAYIMANA N'UMWANA RICHARD SHEJA BICIWE I GAKURAZO. UKURI KUZATSINDA

05/06/1994 – 05/06/2018

Imyaka ibaye 24 Abihayimana biciwe

I Gakurazo, Paroisse Kabgayi

 

Imiryango nyarwanda irengera ikiremwamuntu, yifatanyije n’umuryango wa Mme Espérance Mukashema maman wa Richard Sheja, ibatumiye mu Misa yo kwibuka no gusabira abasenyeri, abapadiri, abafurere, umwana Richard Sheja, n’abandi bantu biciwe i Gakurazo kw’italiki ya 05/06/1994.

 

Misa izabera mu mujyi wa REIMS mu Bufransa, ku wa gatandatu taliki ya 09/06/2018 guhera saa tanu (11h00).

 

Nkuko bisanzwe tuzaboneraho kwibuka abihayimana, abakristu, n’abanyarwanda bo mu madini yose, bo mu moko yose, abihayimana b’abanyamahanga biciwe mu Rwanda no mu bihugu duhuje imbibi, bazize itsembabwoko, itsembabantu n’intambara.

 

Nyuma ya Misa, abashyitsi bazahurira mu cyumba mberabyombi cyabiteganyirijwe, bakomeze imihango n’ibiganiro ntangabuhamya byo kwibukiranya ubuzima bw’izo nzirakaregane z’Imana.

 

Tuzaze tuli benshi kwifatanya na Kiliziya gatolika, imiryango y’izo nzirakarengane, n’umuryango w’abakristu uduhuje.

 

Bikorewe i Bruseli kw’italiki ya 23/4/2018

Komite ishinzwe gutegura imihango

 

 

Urutonde rw’abiciwe I Gakurazo taliki ya 5 Mata 1994

  1. Vincent NSENGIYUMVA, archevêque de Kigali
  2. Joseph RUZINDANA, évêque de Byumba
  3. Thaddée NSENGIYUMVA, évêque de Kabgayi et président de la conférence épiscopale
  4. Supérieur Général des Frères Joséphites, Jean Baptiste NSINGA
  5. l'Abbé Denis MUTABAZI
  6. Monseigneur Jean Marie Vianney RWABILINDA, vicaire général
  7. Monseigneur Innocent GASABWOYA, ancien vicaire général
  8. Emmanuel UWIMANA, recteur du petit séminaire
  9. Sylvestre NDABERETSE, économe général
  10. Bernard NTAMUGABUMWE, représentant préfectoral de l'enseignement catholique
  11. François Xavier MULIGO, curé de la Cathédrale
  12. Abbé Alfred KAYIBANDA
  13. Abbé Fidèle GAHONZIRE
  14. Richard Sheja, enfant de 8 ans

 

Contacts : +32 476701569 / +33 651 15 85 04/ +31.623178768

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 27/04/2018 00:11

Kagame est profondément hanté par les assassinats de ces religieux et surtout le petit garçon de huit ans qui a été impitoyablement abattu à bout portant par les assassins envoyés par Kagame.

Le sang des millions de Rwandais, femmes, enfants et hommes de tous âges dont il est imbibé jusqu'aux os est irrémédiablement ineffaçable.

Ils convient de rappeler que les crimes que Kagame a commis et commet depuis octobre 1990 sont imprescriptibles car il s'agit d'infractions continues.

Il s'ensuit que les membres des familles des victimes peuvent porter plainte directement contre Kagame pour crime de guerre et crime contre l'humanité contre les leurs.
Pour que nos enfants qui sont nés après 94 ou qui, en 1994, en raison de leur jeune âge n’étaient pas en état de comprendre le fond et la forme du drame rwandais, il faut préciser pourquoi pour Kagame tuer, assassiner, humilier les Rwandais sont ses sports préférés.
Selon ses propres dires lors de l’interview accordé au Journal Monitor Ougandais du 26 février au 2 mers 1993, Kagame a pris les armes afin de s’emparer du pouvoir par la force au Rwanda et mettre en place un nouveau régime et une nouvelle armée.
Or, même un idiot mongolien comprend parfaitement que pour prendre le pouvoir et l’exercer effectivement au Rwanda qu’il ne connait pas au surplus, il faut que certaines conditions cumulatives soient impérativement réunies. Ces conditions sont, à mes yeux les suivantes.
1/ dépiter littéralement le leadership politique rwandais c’est-à-dire assassiner les dirigeants politiques rwandais, peu importe leur parti politique;
2/ Tuer les hauts fonctionnaires aussi bien civils que militaires y compris les membres de leurs familles;
3/ liquider les Tutsi qui n’ont pas encore envoyé leurs enfants dans son armée et/ou contribuer financièrement à l’effort de sa guerre contre le Rwanda;
4/ décapiter l’Eglise chrétienne du Rwanda : les dirigeants des Eglises catholiques et protestantes du Rwanda;
5/ massacrer impitoyablement les Hutu et Tutsi qui ont font les études supérieures, un des piliers de l’Etat Rwandais y compris le religieux ;
6/ réduire les paysans Hutu à une proportion acceptable par lui, indifféremment de l’âge et de sexe,
7/ réduire à la mendicité absolue ceux qu’ils n’ont pas massacrés : les envoyer en prison pour des crimes imaginaires et vendre tous leurs biens aux enchères;
8/ nettoyer des Hutu et Tutsi de second rang de toutes les structures publiques et para-publiques ;
9/ mettre en place des organisations telle qu’Ibuka maison mère, syndicat de délateurs et de criminels notoires, branche du FPR et sa filiale Ibuka-France opérant en France contre les Rwandais listés par la Maison Mère et une police politique occulte chargé d’identifier les Hutu et Tutsi de second rang à broyer aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Rwanda;
10/ mettre en veilleuse tout Rwandais susceptible de gêner le déroulement normal de ses méfaits et/ou qui désapprouver sa gestion du Rwanda, qu’il soit Hutu ou Tutsi;
11/ les médias sont la lumière du Peuple dans tout Etat, peu importe son niveau de développement ; pour Kagame, leur mission n’est pas d’informer et d’éduquer ou éclairer les Rwandais mais d’être au service de son régime et son FPR (les journalistes doivent être ses obligés) ; pour que le monde entier ne soit pas informé des méfaits de Kagame, celui-ci a exigé les journalistes d’être ses obligés ; les journalistes rwandais dignes de ce nom ont opposé une fin de non- recevoir à ses exigences ; ils les a impitoyablement liquidés tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Rwanda ;
12/ affamer la masse populaire rwandaise car une personne affamée ne peut réfléchir et/ou agir contre un tyran sanguinaire; A cette réduction des millions de paysans rwandais, il faut y ajouter les impôts qu’ils doivent impérativement payer au FPR et à son régime sous peine d’être envoyés en prison et les cotisations des mutuelles qui ne sont en réalité que des officines mafieuses qui ont été spécialement crées pour affamer davantage les Rwandais ;
13/ Mettre en place un système éducatif au rabais, le tout dans une anglophonie dont rares sont les Rwandais qui savent ce que signifie le mot « Commonwealth », une école la plus cher en Afrique, supprimer les bourses d’études publiques qui permettaient aux enfants du Peuple d’accéder à l’enseignement supérieur avec conséquence logique, exclusion des milliers d’enfants rwandais des études supérieures, abandon massif d’études des milliers de jeunes rwandais, existence des mendiants diplômés dans notre pays ; mettre un système éducatif qui exclut des millions de jeunes rwandais issus du Peuple du savoir et qui les abrutit.
14/ Montrer au Tutsi qu’il est à leur service alors qu’en réalité il n’en est rien : légalisation de la division des Rwandais en deux strates à savoir par ordre le strate des Rwandais qui ont droit à tout y compris l’école et la couverture sociale : les rescapés Tutsie et le strate des Hutu et Tutsi de second rang frappés d’interdiction d’honorer la mémoire des leurs qui sont tombés sous les balles et la baïonnette des soldats du FPR sur ordre de Kagame ou même de prier collectivement pour les défunts
« (Article 50: Le bien-être des nécessiteux rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi
L’Etat, dans les limites de ses moyens et conformément à la loi, a le devoir d’entreprendre des actions spéciales visant le bien-être des nécessiteux rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi. »
Dans le Rwanda de Kagame, seuls les Tutsi reconnus rescapés (exclusion des Tutsi de second rang et qui ne sont donc Tutsi que de nom) ont droit à tout sachant que la qualité de rescapé est transmissible à ses postérités. Cette exclusion légale de la catégorie de Rwandais ci-dessus indiqués s’inscrit dans le droit fil de la politique de Kagame : s’agripper au pouvoir par la terreur, éliminer par tout moyen tout facteur négatif réel ou éventuel.
Les assassinats de ces religieux était une de ces conditions ci-dessus mentionnés .