Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Gen Kale Kayihura

Gen Kale Kayihura

Traduit (google traduction) de l'anglais par TFR 

Résumé
D'autres policiers impliqués comprennent; Le général Dan Munyuza, le colonel James Burabyo (attaché militaire de l'ambassade du Rwanda en Ouganda), ACP Baroza Jonathan, CP Baguma Ismail (commissaire rwandais de la police et attaché de police, ambassade rwandaise), ASP Fred Tumuhirwe, Faizal Katende, Wilson Atekateka, Julius Kasinguzi, Abel Kitagenda, Abel Twijukye, Alex Katungi, René Rutagungira et Mohamood Matovu.
Le dépôt de cette plainte devant la CPI intervient à peine deux mois après que neuf personnes, parmi lesquelles cinq officiers de police, ont été inculpées devant le tribunal militaire de Makindye pour avoir enlevé l'ancien garde du corps du président rwandais, Pau
l Kagame.

Par ANTHONY WESAKA

KAMPALA. Kale Kayihura, inspecteur général de la police limogé, a été traîné devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité qu'il aurait commis avec ses hommes lors de l'expulsion forcée d'un groupe de Rwandais vers le Rwanda.

Sous la direction de M. Rugema Kayumba, le groupe déclare avoir décidé de déposer une plainte pénale devant le tribunal de la CPI basé à La Haye au motif qu'il n'avait pas pu obtenir justice en Ouganda depuis longtemps.

Ils déclarent en outre que les crimes prétendument commis par Kayihura et ses complices, relèvent de la compétence de la CPI qui juge quatre grandes catégories de crimes qui comprennent; crimes d'agression, crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide.

Le général Kayihura, qui était à la tête de la police depuis 12 ans avant d'être expulsé dimanche dernier par le président Museveni et remplacé par Okoth Ochola, est emmené conjointement avec 16 autres hauts responsables de la police, dont les accusés déjà inculpés. SSP Nixon Agasiirwe, SCP Aguma Joel.
La plainte pénale a depuis été déposée au bureau du procureur en chef de la CPI, Mme Fatou Bensouda, à l'Unité d'information et de preuve du tribunal de La Haye aux Pays-Bas.

"Cette pétition est présentée à la CPI sur la base de crimes tels que le meurtre, la déportation ou le transfert forcé de population. La torture et la disparition forcée de personnes sont dans la définition des crimes contre l'humanité qui sont triables par la CPI », ont déclaré les pétitionnaires dans la plainte pénale déposée devant la CPI.
"Des officiers de police ougandais sélectionnés ont reçu 5000 USD pour chaque individu rapatrié, un témoin nous a témoigné que certaines de ces victimes ont résisté lorsqu'elles ont été exécutées en Ouganda", ajoute la plainte.

Le groupe affirme qu'entre 2010 et 2017, les autorités rwandaises ont fait appel aux services de membres de la police ougandaise pour rapatrier de force les réfugiés rwandais, les Ougandais d'origine rwandaise et les Congolais d'origine rwandaise.
Racontant comment les crimes contre l'humanité présumés ont été commis par Kayihura et ses hommes, le pétitionnaire a déclaré que des policiers choisis du côté ougandais avaient été sélectionnés pour participer à des missions d'enlèvement, de torture, de meurtre et de rapatriement de réfugiés rwandais et de demandeurs d'asile.

Ils soulignent comment l'officier Aguma aurait kidnappé et  livré
Joel Mutabazi à ses bourreaux, des agents rwandais, et est maintenant condamné à perpétuité, comment un ressortissant espagnol d'origine rwandaise, Olivier Rukundo, a été kidnappé en provenance de sa famille dans le district de Kisoro et qu'il purge une peine d'emprisonnement à perpétuité.

À la toute fin de leur plainte criminelle, les pétitionnaires présentent des demandes à la cour.
Ils comprennent; se prévaloir de la sécurité et garantir que leur vie sera toujours en sécurité en Ouganda et dans tout autre pays, poursuivre Kayihura et ses hommes pour des crimes présumés commis, être indemnisés pour les atrocités commises contre eux par des agents des deux pays, une injonction permanente être publiée pour retenir les auteurs et les pays impliqués de toutes sortes d'abus contre ce groupe.

Le dépôt de cette plainte devant la CPI intervient à peine deux mois après que neuf personnes, parmi lesquelles cinq officiers de police, ont été inculpées devant le tribunal militaire de Makindye pour avoir enlevé l'ancien garde du corps du président rwandais, Paul Kagame.
Les suspects qui incluent des ressortissants rwandais et congolais sont accusés de complot d'enlèvement, un officier rwandais, le lieutenant Joel Mutabazi en Ouganda en 2013.
Joel Mutabazi, ancien lieutenant de la Garde républicaine de Kagame, aurait été enlevé à Kampala en 2013 et remis à son gouvernement, qui l'a condamné à la réclusion à perpétuité.


awesaka@ug.nationmedia.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article