Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

"NE VENEZ PAS ICI" : LES DEMANDEURS D'ASILE EXPULSÉS D'ISRAËL VERS LE RWANDA METTENT EN GARDE CEUX QUI RESTENT

Article d'Ilan Lior, Correspondant de Haaretz

Traduction française : TFR

«Je pensais que ce serait peut-être mieux pour moi au Rwanda qu'en prison, mais c'est devenu comme une prison pour moi ici», dit un demandeur d'asile qui a quitté Israël.
Cela fait quatre ans que la vie de Goitom, 28 ans, originaire d'Erythrée, a radicalement changé. Quand il est venu renouveler son visa de résidence en Israël, un fonctionnaire de l'immigration lui a dit qu'il devait se présenter au centre de détention de Holot. À ce moment-là, les gens étaient détenus indéfiniment. Goitom n'a pas accepté d'abandonner sa liberté et a préféré accepter l'offre de l'Autorité de la Population, de l'Immigration et des Frontières de devenir l'un des premiers demandeurs d'asile africains à partir pour le Rwanda.
"Je ne voulais pas aller à la prison. Je pensais que ce serait peut-être mieux pour moi au Rwanda qu'en prison, mais c'est devenu comme une prison pour moi ici », a-t-il déclaré cette semaine dans une interview vidéo de Haaretz de Kigali, capitale du Rwanda. Le désespoir est évident sur son visage.
Il vit depuis plus de deux mois dans la rue.

"Les choses sont si mauvaises. Je vis très mal. Je n'ai pas de maison, il n'y a pas de travail », dit-il. "

Avant, il y avait quelques personnes qui m'ont aidé. Les Nations Unies ont également aidé - ils m'ont donné de l'argent pour le logement et la nourriture. Mais ils ont arrêté. "
Il décrit un combat quotidien pour survivre. »« Parfois je mange avec des amis, parfois je demande de l'aide à des gens qui ont un restaurant, parfois je vais dormir sans manger. »Au cours des quatre années qu'il a passées au Rwanda, il n'a pas employé pour un seul jour, bien qu'il ait investi beaucoup d'efforts dans la recherche d'un emploi. Il a ouvert un petit magasin pour vendre des articles de base, mais il a échoué et a dû fermer ses portes dans quelques mois. «Quand j'ai ouvert l'entreprise, je ne connaissais pas la langue et j'ai donc perdu de l'argent», explique-t-il.
Il avait franchi la frontière égyptienne en Israël en 2008. Il dit avoir quitté l'Érythrée à cause de «problèmes politiques». Après six ans passés en Israël, il a pris l'avion pour le Rwanda avec deux autres demandeurs d'asile. Au début, il a reçu un visa qui lui a permis de rester pendant trois mois mais ensuite il lui a été refusé.
"Pendant plus d'un an, j'ai vécu sans aucune documentation", dit Goitom. Ensuite, les autorités du Rwanda lui ont donné un visa qu'il devait renouveler tous les trois mois. Après un an, ils ont refusé de le renouveler et l'ont envoyé au bureau local du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Là, il a reçu un document du HCR indiquant qu'il était un demandeur d'asile. L'année dernière, il a laissé le document à l'endroit où il vivait, a été arrêté et arrêté et envoyé en prison pour deux jours.
Comme les autres demandeurs d'asile qui ont quitté Israël, il a reçu une bourse de 3 500 $. Il dit que l'argent a duré deux ans. Au début, il dit qu'il a été trompé et accusé un loyer exorbitant, mais plus tard, il a appris les taux du marché. Quand l'argent s'est épuisé, il s'est retrouvé dans la rue. Il veut quitter le Rwanda mais ne voit aucune possibilité pratique de le faire.
«Il est très difficile de traverser la frontière sans documents», dit-il. Retourner en Érythrée est hors de question. "Comment puis-je y retourner?" Dit-il. "Si je retourne là-bas maintenant, ils vont me mettre en prison pour 10 à 20 ans. C'est impossible."

Seuls neuf anciens voyageurs israéliens sont partis au Rwanda
Son histoire reflète la situation des quelques demandeurs d'asile qui ont quitté Israël pour le Rwanda et y sont restés. Le bureau du HCR à Kigali n'en connaît que neuf. Tout le reste est parti; la plupart ont été introduites clandestinement en Ouganda. Six de ceux qui restent au Rwanda ont accepté de partager leurs histoires avec Haaretz. Les entretiens avec quatre d'entre eux ont été menés en anglais et les deux autres en arabe, avec l'aide d'un interprète. Tous les six vivent une existence maigre à Kigali, luttant pour survivre. Certains ont perdu tout espoir. Les plus chanceux ont un toit et de l'argent pour la nourriture. D'autres dépendent de la générosité et de la gentillesse des amis et des populations locales et de l'aide limitée de l'ONU.
Les autorités rwandaises ne reconnaissent pas leur droit d'être là et refusent de leur accorder des permis de résidence. Faute de documents officiels, ils ont souvent été arrêtés et emprisonnés. Ils ne parlent pas couramment la langue locale, la culture leur est étrangère et trouver du travail est presque impossible. Bien qu'ils soient arrivés au Rwanda à des moments différents, ils racontent tous une histoire similaire qui soulève des inquiétudes quant au sort de ceux qui seront déportés d'Israël dans un proche avenir. Toutes les personnes interrogées regrettent leur décision de partir pour le Rwanda et exhortent les demandeurs d'asile en Israël à ne pas suivre leur exemple.

"La prison en Israël est préférable", déclarent-ils.
"J'espère qu'Israël n'enverra pas mes enfants au Rwanda"

La confiscation de leurs documents se retrouve dans tous les témoignages. "Quand je suis arrivé ici, ils ont pris mes documents. Ils m'ont dit que si vous voulez, vous pouvez aller en Ouganda, si vous voulez, vous pouvez rester au Rwanda. Je leur ai dit que mon pays est en guerre et que je veux rester au Rwanda », raconte Jacob,« (pas son vrai nom), 42 ans, du Soudan du Sud, qui a laissé une femme et quatre enfants en Israël. Sa femme, une citoyenne du Soudan, a été autorisée à rester en Israël avec les enfants alors qu'il était obligé de partir après que son pays eut déclaré son indépendance.
Au début, il a refusé de quitter Israël et a été détenu à la prison de Saharonim, dans le Néguev. L'autorité de la population lui a offert la possibilité de partir pour le Rwanda ou l'Ouganda. Après un an à Saharonim, il a abandonné et a choisi le Rwanda. "La situation ici est très mauvaise. Je souffre. Je n'ai pas de travail et je n'ai pas de maison. Je n'ai rien. L'ONU nous donne des soins [à l'hôpital], des vêtements et des chaussures, pas de la nourriture », dit-il.
Peu de temps après son arrivée au Rwanda, Jacob a ouvert une petite entreprise mais ne pouvait pas l'entretenir. "Je n'avais pas de nourriture, je n'ai reçu aucun soutien. L'ONU ... ne nous a pas donné de nourriture ou de logement. »Actuellement, il vit avec des amis. "Je ne les paie pas", précise-t-il. "Parfois je vis avec des amis, parfois je dors dehors."
Jacob, lui aussi, n'a qu'un document de l'ONU, après que les autorités du Rwanda lui ont accordé un visa pour une durée limitée et ont refusé de le renouveler. "Ils ne m'ont pas expliqué pourquoi ils se sont arrêtés. Ils ont dit qu'ils ne veulent pas que les gens qui viennent d'Israël viennent pour l'immigration ", dit-il, notant qu'il a été référé à l'ONU.
Il dit que la police l'a arrêté trois fois et qu'il a déposé une demande d'asile mais n'a pas reçu de réponse. "Ils ne m'ont pas rejeté mais ils m'ont dit que vous deviez attendre. Nous attendons encore. Il a demandé au bureau de l'ONU pour l'absorption dans un camp de réfugiés mais a été refusé. "Un camp de réfugiés est meilleur pour moi. S'ils me prenaient, j'aurais de la nourriture et un logement, mais ils ont refusé.
"Je suis désolé d'être venu au Rwanda", conclut Jacob. "Je n'ai rien reçu. Il n'y a pas de travail. La vie est très dure ici. J'espère qu'Israël n'enverra pas mes enfants au Rwanda ", répète-t-il. Son message aux demandeurs d'asile en Israël est clair et sans ambiguïté:
"Je vous dis qu'il n'y a pas de travail ici, pas d'aide. Nous souffrons. Comment pouvez-vous amener les gens ici? Nous n'avons pas de nourriture, nous n'avons pas de maison. Si les gens viennent, ils souffriront comme je suis. Il vaut mieux dire en prison que de venir ici.

Pourquoi ai-je besoin d'aller en prison?

Teklesambat, 38 ans, originaire d'Erythrée, a passé cinq ans en Israël. Quand en 2014 il a reçu l'ordre de se présenter à Holot, il a décidé de quitter le pays. "Si vous avez un problème avec votre propre pays, allez au Rwanda", lui ont dit les autorités de la population. "J'ai été soldat pendant huit ans en Érythrée. Je ne peux pas y retourner ", dit-il, ajoutant qu'il ne savait rien au sujet du Rwanda mais a décidé d'y aller afin d'éviter l'emprisonnement en Israël. "Je n'ai fait aucune erreur en Israël alors pourquoi ai-je besoin d'aller en prison? J'ai quitté Israël et je suis venu au Rwanda. "
À l'aéroport de Kigali, il a reçu un visa touristique d'un mois. Il dit que les fonctionnaires de l'immigration ont confisqué tous ses documents. Avec deux autres demandeurs d'asile qui venaient d'Israël avec lui, il a loué un appartement pour 200 dollars par mois, beaucoup plus que le prix du marché. Un des hommes qui a fait le voyage avec lui est toujours au Rwanda. L'autre est parti pour l'Ouganda et le contact avec lui a été coupé.
"Quand nous sommes arrivés, nous n'avions rien, pas un seul document. Je suis resté ici au Rwanda pendant un an sans aucun document », explique Teklesambat. "Le bureau du HCR nous a envoyés à l'immigration. Nous n'avons rien reçu. »Lui aussi dit qu'il n'a jamais réussi à trouver du travail. "Même les locaux n'ont pas de travail, alors comment vais-je trouver du travail en tant qu'étranger?"
Les 3 500 $ qu'il a reçus d'Israël, dit-il, ne l'ont pas duré un an. Ensuite, le bureau du HCR a financé un appartement et de la nourriture pour lui et ses colocataires. "Après cela peut-être qu'ils se sont fatigués et ils nous ont dit:" Vous devez trouver du travail. "Où allons-nous trouver du travail? Nous avons dormi à l'extérieur du bureau du HCR pendant deux mois. C'était en 2016. Après quoi, que pouvons-nous faire? Nous n'avons rien, nous n'avons pas de travail, nous souffrons. Nous avons demandé à aller dans un camp de réfugiés et ils ne nous l'ont pas laissé ", dit-il, notant qu'il a écrit plusieurs fois au bureau du gouvernement rwandais chargé de s'occuper des réfugiés, et n'a jamais reçu de réponse.
"Je vis dans la rue. Les gens m'aident. Les gens ici sont généreux, mais ils n'ont même pas assez pour eux-mêmes », dit-il. "
Il vaut mieux rester en Israël, même en prison - vous avez de la nourriture, vous avez un endroit pour rester. Vous savez quelle est notre situation ici. Il vaut mieux rester là et lutter. "

Il travaille dans une ferme sans rémunération

John, 28 ans, originaire du Soudan du Sud, a été arrêté trois fois pour absence de visa depuis son arrivée au Rwanda. Il dit la première fois qu'il a été détenu pendant cinq jours, la deuxième fois pendant une semaine et la troisième fois pendant près de deux semaines. Les deux premières fois, il a été libéré par les autorités de l'immigration et la troisième fois a été aidé par le bureau du HCR. John, comme les autres, a passé de nombreux mois sans documents officiels. Pendant un an, il a reçu un visa du gouvernement du Rwanda et maintenant il a un document du bureau des réfugiés de l'ONU.
Il est venu en Israël en 2007 et est parti pour le Rwanda après sept ans. "Quand je suis arrivé à l'aéroport au Rwanda, ils n'ont pas emporté mes documents. Ils m'ont emmené à l'hôtel. À l'hôtel, ils ont emporté mes documents. Parce que je ne pouvais pas me permettre d'y rester, ils m'ont conseillé de louer un appartement à Kigali. J'ai loué avec trois autres personnes et ensemble nous avons payé 200 $ par mois. »Un agent d'immigration est venu le voir et lui a proposé de partir pour l'Ouganda. "Il m'a conseillé d'être en contact avec une personne qui pourrait me faire passer en Ouganda. J'ai refusé parce que je ne voulais pas aller en Ouganda de cette façon.
"J'ai demandé à l'autorité d'immigration un document pour que je puisse ouvrir une affaire", poursuit-il. "J'ai également demandé un document de voyage afin que je puisse aller en Ouganda de façon officielle, pas par le biais de la contrebande. J'ai attendu un an et ils m'ont ensuite envoyé au bureau du HCR, où ils m'ont fait savoir qu'ils ne pouvaient pas me délivrer un tel document. J'attends toujours. »Depuis cinq mois, il vit dans la ferme d'un ami dans une zone rurale à l'extérieur de Kigali. "Je tends les animaux à la ferme. Il ne me paie pas mais en échange je peux y vivre et manger. "

Pas de travail, pas de nourriture

Pendant sept ans, Mussie, 32 ans, originaire d'Erythrée, a vécu en Israël. En 2015, il a été envoyé à Holot et a décidé de partir pour le Rwanda. Quinze personnes d'Israël sont venues avec lui. L'un, dont il a vu les posts sur Facebook, s'est rendu en Libye pour tenter d'atteindre l'Europe. Puis Mussie a entendu des amis que l'homme avait été assassiné par des combattants de l'Etat islamique. Mussie n'a plus aucun lien avec le reste du groupe et ne sait pas ce qu'ils sont devenus.
À l'aéroport au Rwanda, des fonctionnaires ont confisqué ses documents. Il dit qu'à partir de là, les gens de l'immigration l'ont emmené directement à l'hôtel, où il est resté trois nuits gratuitement. Après cela, il a été invité à payer et est parti pour un appartement, pour lequel il a payé un loyer exorbitant.
La bourse qu'il a reçue en Israël l'a duré deux ans. Sa situation est meilleure que celle des autres. Il vit maintenant seul dans un petit appartement à Kigali et paie environ 20 dollars par mois pour cela. Il possède une petite boutique pour les articles de base, mais dit qu'il fermera bientôt. "Je ne fais aucun profit, je perds de l'argent. Je n'ai pas de clients. C'est ma propre affaire, mais très petite. Je vends du savon, du sucre. Je veux fermer ", dit-il.

"Nous n'avons pas de travail au Rwanda, nous n'avons pas de nourriture, nous n'avons rien. C'est juste une vie de survie. Du gouvernement du Rwanda, vous ne pouvez obtenir aucun document ou aucune aide. "

"Je conseille aux gens de ne pas venir au Rwanda"

Aman, 39 ans, originaire d'Erythrée a servi dans l'armée pendant neuf ans jusqu'à ce qu'il déserte l'Ethiopie en 2008. Il est resté dans un camp de réfugiés pendant un certain temps et de là il a continué vers Israël via le Soudan et l'Egypte. Après six ans en Israël, au cours de l'été 2015, on lui a dit qu'il devait se présenter à Holot ou retourner dans son pays. "Je leur ai dit que j'avais un problème politique dans mon pays et que je ne pouvais pas y retourner, alors ils m'ont suggéré d'aller au Rwanda", dit-il.
Aman dit également que les fonctionnaires de l'immigration au Rwanda ont confisqué ses documents dès qu'il a atterri à l'aéroport. "J'ai voyagé avec 11 autres personnes - neuf hommes et deux femmes. Ils ont pris nos documents et ont envoyé tout le monde dormir pendant trois nuits dans un hôtel. »Après une nuit à l'hôtel, le groupe a décidé de continuer en Ouganda. Chacun d'eux a été invité à payer 250 $ pour être passé en contrebande à travers la frontière dans ce pays.
"Je ne suis pas sûr si l'homme venait de l'immigration ou de l'hôtel. Il s'appelait John ", dit-il d'un homme qui est mentionné à plusieurs reprises par les demandeurs d'asile interrogés.
"Tout le groupe est parti pour l'Ouganda sauf pour moi. Je suis venu rester au Rwanda. John m'a dit: "Pourquoi restez-vous ici? Ce n'est pas un bon pays où vivre. Tu serais mieux en Ouganda. »J'ai insisté pour rester au Rwanda. Pendant trois jours, j'ai séjourné à l'hôtel qui a été payé par le gouvernement. Après trois jours, cette même personne m'a emmenée à Kigali dans sa voiture. Il m'a laissé seul pour chercher un logement. "
Il a loué un appartement et a essayé à plusieurs reprises de s'adresser à l'autorité rwandaise de l'immigration mais a été refusé. "Au bureau de l'immigration, on m'a dit:" Vous pouvez ouvrir une entreprise. Tu peux travailler. Il n'y a pas de problème. »« À la fin de 2015, dit-il, il a reçu un visa comme les autres. Puis il a ouvert un restaurant mais a perdu de l'argent et l'a fermé après deux mois et a vendu l'équipement. De l'argent restant il a acheté une moto et a conduit des passagers pour le salaire. Après trois mois de cela, il a ouvert une petite boutique où il vendait des articles ménagers de base, mais après un mois, il a dû fermer à cause d'un enchevêtrement criminel.
Aman dit qu'une femme avec qui il avait une relation amoureuse l'accusait de harcèlement. "La police m'a arrêté et je suis resté en prison pendant 45 jours." Pendant ce temps, dit-il, la femme a volé toutes ses économies et a disparu. «Quand j'étais en prison, un ami m'a conseillé de vendre le magasin et la moto pour payer un avocat. Après 45 jours, un juge a jugé que j'étais innocent et je n'avais pas besoin de rester en prison après avoir déjà tout perdu. Je me suis plaint à tous les bureaux du gouvernement, au bureau de l'immigration et au bureau du HCR. Pour le moment je n'ai rien, je suis sans espoir, je n'ai pas de travail et parfois je dors la nuit chez des gens et parfois je dors dans la rue.
Il regrette sa décision de venir au Rwanda et dit que le gouvernement d'Israël l'a forcé à le faire, contre son gré. "J'exhorte les gens à ne pas venir au Rwanda parce qu'ils ne recevront aucune aide. Ce n'est pas la vie que j'avais espérée quand je suis arrivé ici. "

Ilan Lior, correspondant Haaretz

https://www.haaretz.com/misc/writers/1.4968792

https://www.haaretz.com/israel-news/asylum-seekers-who-left-israel-for-rwanda-warn-those-remaining-don-t-1.5785996

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article