Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE

Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

ISRAEL : LE PLAN D'EXPULSION DE 40 000 MIGRANTS AFRICAINS VERS LE RWANDA DIVISE LE PAYS

TFR : Article traduit de l'anglais via Google traduction

Un conflit entre les valeurs juives et le nationalisme juif

1er février 2018 | JÉRUSALEM
Les comparaisons avec les chapitres sombres de l'histoire juive ont tendance à susciter la réponse israélienne de Asur le'hashvot, l'hébreu pour "vous ne pouvez pas comparer". Mais un plan gouvernemental visant à expulser plus de 34 000 migrants africains au Rwanda provoque plus d'inquiétudes que d'habitude, notamment parce qu'Israël lui-même a été créé par des réfugiés et des survivants de l'Holocauste.
Le gouvernement a proposé un plan visant à offrir des incitations financières, notamment le versement de 3 500 dollars aux migrants africains qui acceptent de quitter Israël «volontairement» et de se rendre au Rwanda ou en Ouganda. Il a déclaré que ceux qui n'acceptent pas de partir peuvent être expulsés de force ou emprisonnés.
En réponse, les activistes israéliens promettent de cacher les Africains menacés d'expulsion dans leurs foyers. Ils ont nommé leur campagne pour abriter le «Sanctuaire d'Anne Frank Home», après la fille hollandaise-juive qui s'est cachée avec sa famille des nazis à Amsterdam. L'opposition au plan a également fait sur les ondes. Un programme de télévision populaire a coupé les noms des acteurs de ses crédits, les désignant simplement comme «petit-fils d'un réfugié de Russie» et «petite-fille d'un réfugié d'Irak».
Ajoutant à la pression, un groupe de survivants de l'Holocauste a écrit une lettre ouverte à Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, disant: "Nous qui savons ce que c'est d'être un réfugié, ce que c'est d'être sans foyer et un Etat qui protègera Nous ne pouvons pas comprendre comment un gouvernement juif est capable d'expulser des réfugiés et des demandeurs d'asile vers un voyage de souffrance, de souffrance et de mort.
Le gouvernement s'oppose énergiquement. Il insiste sur le fait que sa politique d'expulsion est conforme au droit international, ajoutant que les réfugiés ne seront pas renvoyés dans des pays déchirés par la guerre ou répressifs comme le Soudan et l'Erythrée. En tout état de cause, soutient-il, aucun des déportés ne peut prétendre à l'asile politique. Mais les groupes de défense des droits de l'homme affirment que le gouvernement de M. Netanyahu a entravé les formalités administratives. Sur les 15 000 demandes traitées, seulement 12 ont été approuvées.
Le gouvernement a cédé un peu. Il réduit le rythme et la portée des expulsions. Seuls les hommes non mariés seront expulsés. Espérant minimiser l'embarras, le Rwanda, un ami proche d'Israël, a également déclaré qu'il n'accepterait pas les migrants enlevés contre leur gré. (Les ministres d'Israël, cependant, insistent sur le fait que l'arrangement avec le Rwanda est toujours valable).
Pourtant, M. Netanyahu n'arrêtera probablement pas sa politique beaucoup plus. Ses électeurs l'apprécient et il craint que les partis rivaux ne le débordent à droite. L'année dernière, Gallup, un sondeur, a nommé Israël près du bas d'un indice dans lequel il mesurait l'acceptation des immigrants par les gens. Certains s'inquiètent du fait que les réfugiés causent des crimes; d'autres qu'ils dilueront l'état juif. Ayelet Shaked, ministre de la Justice et membre du Jewish Home Party nationaliste et religieux, a déclaré que "Israël n'est pas l'agence pour l'emploi en Afrique".
De telles préoccupations sont exagérées. L'économie florissante d'Israël a entraîné un chômage si bas que le pays manque de main-d'œuvre. Et l'addition de 34 000 Africains ne va guère transformer le caractère d'une population de près de 9 millions d'habitants. En tout cas, le flux de migrants africains vers Israël à travers l'Egypte a pris fin en 2013, après que M. Netanyahu ait érigé une nouvelle barrière frontalière.
Pourtant, le débat élargit les clivages entre ceux qui défendent le nationalisme juif et ce que d'autres considèrent comme les valeurs juives de charité et d'humanisme qui sous-tendent l'État. Yehuda Bauer, ancien directeur du musée israélien de l'Holocauste, Yad Vashem, a dénoncé la politique d'Israël consistant à faire passer les migrants africains dans des «camps de concentration modernes» dans le désert.
Les critiques contrastent également avec la loi du retour d'Israël, l'un des fondements de l'existence d'Israël qui accorde la citoyenneté aux Juifs, peu importe où ils sont nés. En vertu de cela, quelque 27 000 Juifs ont immigré en Israël l'année dernière. Pourtant, ce système à deux niveaux ne prévoit aucun processus standard de naturalisation pour les non-Juifs. Cela pouvait avoir du sens quand Israël offrait un refuge vital aux Juifs persécutés et ne pouvait pas se permettre d'ouvrir ses portes plus largement. Mais 70 ans plus tard, c'est un pays prospère qui a besoin de travailleurs. Pendant ce temps, la plupart des Juifs du monde vivent en paix et ne veulent pas exercer leur droit de se déplacer en Israël.

 

Cet article est paru dans la section Moyen-Orient et Afrique de l'édition imprimée sous le titre "Laissez mes gens rester"

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article