Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

L'Autorité de l'immigration a commencé à dire aux demandeurs d'asile érythréens qu'ils doivent partir pour le Rwanda ou être emprisonnés indéfiniment.

Ilan Lior

Jan 22, 2018 1:58 PM  (Traduit par TFR via Google traduction)

L'Autorité de l'immigration a commencé à dire aux demandeurs d'asile érythréens qu'ils doivent partir pour le Rwanda ou être emprisonnés indéfiniment
Des milliers de demandeurs d'asile se sont rassemblés lundi devant l'ambassade rwandaise en Israël pour protester contre les efforts du gouvernement pour les expulser. Ces derniers jours, l'Autorité de la Population et de l'Immigration a commencé à dire aux demandeurs d'asile érythréens au centre de détention de Holot qu'ils doivent partir pour le Rwanda ou être emprisonnés indéfiniment à la prison de Saharonim.

Jeudi dernier, un fonctionnaire de l'autorité s'est entretenu avec 20 des 886 personnes détenues, les informant qu'ils devaient indiquer dans un mois s'ils avaient l'intention de quitter le pays. Elle a proposé qu'ils se rendent au Rwanda, mais les documents qu'ils ont reçus ne mentionnent pas ce pays comme destination. Selon les directives publiées par l'autorité de l'immigration la semaine dernière, il sera possible d'expulser vers un pays tiers toute personne n'ayant pas déposé de demande d'asile avant la fin de l'année 2017, ou toute personne dont la demande a été refusée.

"Nous sommes ici pour protester contre notre expulsion", a déclaré Johnny, un demandeur d'asile érythréen et l'un des organisateurs de la manifestation. "Cet accord [entre Israël et le Rwanda] est illégal. C'est honteux, c'est terrible. Il n'y a jamais rien eu comme ça. Nous sommes prêts à rester en prison plutôt que d'y aller. La minute où vous arrivez là, vous ne pouvez pas rester. Vous êtes illégal, vous n'avez aucun document, vous ne pouvez pas travailler et la langue est difficile. Ils prennent tout votre argent et vous ne savez pas ce qui va se passer. Au lieu de faire face à une telle mort, nous préférons être en prison. Je viens d'Erythrée; Je ne suis pas allé en Ouganda ou au Rwanda. Je suis venu en Israël. Pourquoi ne nous donne-t-il pas les choses auxquelles elle est obligée, même si elle est signataire de la Convention des Nations Unies sur les réfugiés? "

Lors des entretiens, les demandeurs d'asile ont reçu deux pages écrites en hébreu, intitulées «Fiche d'information pour les infiltrés partant vers un pays tiers sûr». Il dit: "Nous souhaitons vous informer qu'Israël a signé des accords qui vous permettent de partir vers un pays tiers sûr qui vous recevra et vous donnera un permis de séjour qui vous permettra de travailler et de vous assurer que vous n'êtes pas rapatrié dans votre pays d'origine. Il ajoute que "le pays dans lequel vous allez est celui qui a fait de grands progrès au cours de la dernière décennie, absorbant des milliers de résidents de retour et de migrants de divers pays africains. La stabilité dans ce pays a permis le développement dans de nombreuses régions, y compris l'éducation, la médecine et l'infrastructure. "

L'Autorité de la population a précisé qu'elle délivrerait aux demandeurs d'asile qui se sont expulsés des documents de voyage israéliens et payeraient leurs vols. "Nos représentants vous accompagneront tout au long du processus jusqu'à votre vol. Vous pouvez leur adresser toutes vos questions. »L'Administration dit que chaque personne recevra 3 500 $ avant d'embarquer dans l'avion, avec un visa d'entrée au pays de destination.

"A votre arrivée, vous serez accueillis par une équipe locale qui vous accompagnera durant les premiers jours et vous emmènera dans un hôtel préarrangé, où vous rencontrerez des représentants locaux qui vous expliqueront les choix que vous avez et vous aideront à commencer votre ajustement. "Dit le document qui a été distribué.
Les témoignages de demandeurs d'asile qui ont quitté Israël ces dernières années pour le Rwanda et l'Ouganda montrent que ces pays n'offrent ni protection ni droits fondamentaux. De nombreux demandeurs d'asile poursuivent ainsi leur voyage à la recherche d'un asile. Il y a deux mois, Haaretz a rapporté des témoignages d'Érythréens et de Soudanais qui avaient vécu en Israël, sont partis pour le Rwanda et se sont ensuite rendus en Allemagne et en Hollande.

Ils ont dit qu'ils n'avaient pas le droit de rester au Rwanda et que leur statut restait indéterminé là-bas. Beaucoup ont été emprisonnés alors qu'ils cherchaient d'autres refuges, soumis à la violence et à l'extorsion, souvent confrontés à la mort. En l'absence de statut juridique ou de documents, ils ont été exposés à des menaces répétées d'expulsion vers leur pays d'origine d'où ils s'étaient échappés. Certains ont été détenus dans des conditions difficiles dans des installations en Libye, avant de faire une traversée maritime dangereuse vers l'Europe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article