Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LA TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE

Actualités, opinions, études, analyses, diplomatie et géopolitique de la Région des Grands lacs.

Le comite de l'ONU contre la torture examine le cas du Rwanda, les 23 et 24 Novembre 2017

Le comite de l'ONU contre la torture examine le cas du Rwanda, les 23 et 24 Novembre 2017

Article envoyé par un lecteur de TFR que nous remercions au passage, 

Le Monde publie ce jour une tribune de /la directrice de HRW France (voir PJ) :/

« Le Rwanda doit être tenu pour responsable de son usage de la torture »

Extraits :

".../... Jeudi 23 et vendredi 24 novembre, le Rwanda est à l’ordre du jour d’une séance ordinaire du Comité contre la torture des Nations unies, un organe chargé de surveiller la manière dont les pays appliquent la Convention internationale contre la torture. Ce sera l’occasion pour les experts indépendants du comité d’interpeller le gouvernement rwandais sur sa propre mise en œuvre du traité, ratifié par Kigali en 2008, et d’examiner des allégations selon lesquelles ce dernier viole la convention. Le comité va avoir du pain sur la planche.

.../...

".../...Malgré le recours persistant et systématique du gouvernement à la torture, le Rwanda a ratifié le Protocole facultatif de la Convention contre la torture en juin 2015. Ce protocole exige des pays signataires qu’ils mettent en place un système destiné à empêcher l’usage de la torture à l’échelon national et autorisent le Sous-Comité pour la prévention de la torture, un organe onusien, à visiter les lieux de détention.

Lire aussi :   Au Rwanda, l’armée est accusée de recourir à la torture sur des suspects

Le gouvernement rwandais n’a toujours pas créé ce mécanisme, alors qu’il était tenu de le faire dans les douze mois suivant sa ratification du protocole. Récemment, une visite du sous-comité a en outre été une réelle source de préoccupation. Fin octobre, ses membres ont dû interrompre leur visite et quitter le pays plus tôt que prévu, se plaignant des obstructions du gouvernement rwandais et craignant que les personnes qu’ils avaient interrogées ne subissent des représailles. C’était seulement la troisième fois en dix ans que le sous-comité était ainsi amené à suspendre l’une de ses missions.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/23/le-rwanda-doit-etre-tenu-pour-responsable-de-son-usage-de-la-torture_5219034_3212.html#QMtoXeF4pkZWAB8v.99

D'autre part, RFI met l'accent sur l'inquiétude d'activistes des droits de l'homme  du fait de la cessation prochaine du statut de réfugié rwandais :

http://www.rfi.fr/afrique/20171122-inquietude-approche-clause-cessation-statut-refugies-rwandais-congo-brazzaville

On peut donc se poser quelques questions :

· Qu'en pensent les dirigeants de certaines ONG  des Droits de l'homme qui sont depuis 1990, et ce avec une constance remarquable,   les "compagnons de route" de Kagame et les "amis démocrates des dictateurs" ?

https://theconversation.com/ecrire-sur-le-rwanda-les-compagnons-de-route-du-president-kagame-85546

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/genocide-au-rwanda-dans-le-monde-les-amis-democrates-des-dictateurs

· Qu'en pensent les diplomates et les dirigeants occidentaux qui semblent vouloir, à tout prix, sauver le soldat Kagamé ?

Un fidèle lecteur de TFR

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article