Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

La Tribune Franco-Rwandaise

Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

VIDEO : L’ACCÈS À L’EAU POTABLE, UN CASSE-TÊTE POUR LA POPULATION RWANDAISE

com

 

La voix d'un habitant de Mageragere.

Actuellement ici chez nous, on est obligé d'aller puiser l'eau potable dans la Rivière Nyabarongo.

A quoi ressemble l'eau de cette rivière.. ? Vous pouvez le constater vous-mêmes. Où iras-tu trouver la propreté si tu ne commences pas par prendre soin de ta vie propre ?

 

La voix du journaliste.

Là, c'est un habitatnt  qui est en train de poser une question aux membres du Conseil Communal de  Nyarugenge lors de leur visite  chez la population de Mageragere. Il continue en disant qu'il partage avec les habitants de Kavumu ce problème d'absence d'eau potable.

 

La voix du même habitant.

Maintenant, il s'y est ajouté une complication supplémentaire. Comme l'eau qui nous arrive vient de la prison et elle charrie à la fois celle que les prisonniers ont utilisée pour se laver et leurs urines. Dans ces conditions, il est contradictoire que vous exigiez de nous la propreté. Bien plus, vous décidez même la création d'une commission chargée de la propreté et annoncez que vous ferez une descente pour contrôler notre propreté, sans d'abord se pencher sur cette question de l'eau potable. Dites-moi d'où viendra cette propreté ?

Comme vous êtes des rwandais aussi, les ordures et les impuretés dégringolant des collines, ça doit donc vous dire quelque chose...Nous introduisons en fait tout ça dans nos ventres.

Honorable Président du Conseil communal, nous avons une question... Si les résidents de Kavumu sont censés oui ou non compter parmi la population respective du District de Nyarugenge et de la Ville de Kigali, franchement je l'ignore. Ou peut-être avez-vous trouvé une forêt vers laquelle vous voulez nous reléguer ? Voilà ma question. (Applaudissements des participants). Ceci veut dire que nous portons une charge tellement lourde que même nos obligations sont laissées de côté, car il n'y a pas de sérénité dans nos esprits. Merci.

 

La voix du journaliste

Par ailleurs, d'autres participants confirment qu'ils tombent très souvent malades et affirment que la cause c'est certainement l'eau polluée de la Rivière Nyabarongo

 

La voix d'une habitante de Mageragere

La conséquence directe de l'utilisation de cette eau polluée pour nous c'est que nous nous infectons nous-mêmes  les maladies de vers intestinaux. En outre quand nous allons puiser cette eau, si on a de la chance on la ramène sinon on est dévoré par de crocodiles.

 

La voix du journaliste

La relation entre les maladies et l'absence d'eau potable est également confirmée par la Direction du Centre de Santé de Butamwa situé dans le Secteur de Mageragere qui déclare qu'environ la moitié de fréquentations journalières viennent se faire soigner pour de maladies liées au manque d'hygiène.

 

La voix de Shumbusho Samuel du Centre de Santé de Mageragere

Je peux recevoir chaque jour entre 30 et 50 malades qui souffrent d'infections en rapport avec une hygiène insuffisante. Mais nous avons à notre disposition plusieurs moyens utilisés pour la protection de la santé de notre population. Mentionnons entre autres, la sensibilisation à la propreté des mains, au bouillonnement de l'eau, même si au départ elle vit avec cette contrainte de l'eau souillée. Ensuite après cette opération de dépollution, nous recommandons l'utilisation des tablettes pour les assièttes ...

 

La voix du journaliste

Néanmoins les autorités du Secteur Mageragere demandent à la population de faire montre de patience, car il faut un délai d'au moins une année pour que les infrastructures hydrauliques voient le jour.

 

Ntirushya Christophe, Responsable du Secteur Mageragere

Il faut d'abord commencer par la construction de grandes retenues d'eau avant de mettre sur pied un système d'approvisionnement. Pour le moment ces constructions sont terminées pour ce qui concerne les Cellules successives de Mataba et Nyarurenzi, en amont. Quant à la Cellule Kavumu, nous avons déjà matérialisé là où passeront les collecteurs d'eau. Nous estimons que l'approvisionnement d'eau au bénéfice de la population est une bonne réalisation de développement.

En outre, à partir des retenues d'eau de Nasake, nous prévoyons d'ici un mois d'approvisionner Rugendabari et le Village ADP de Rugendabari actuellement en construction.

Je peux donc assurer la population d'avoir à l'esprit que «  même si elle a faim actuellement qu'elle sache qu'une réserve des nourritures est spécialement gardée pour elle en lieu sûr » . En effet, le problème a été bien identifié et puis des actions sont actuellement initiées par divers organes. En même temps on cherche les voies et les moyens pour que sans tarder les habitants de Kavumu dans l'ensemble aient l'accès à l'eau potable.

Quand je vous parle de l'adduction d'eau vers Rugendabari, en fait cette action était même déjà programmée dans le budget 2016-2017 de notre Secteur et Kavumu dans celui de l'année 2017-2018.

La voix du journaliste      

Alors que si l'on se réfère aux prévisions retenues dans l'EDPRS II (Programme de développement et de réduction de la pauvreté/ Phase II), il était envisagé qu'en 2017-2018 les  habitant ne feraient pas plus de 500 m pour arriver au prochain point d'eau ; la cruelle réalité pour  ceux du Secteur Mageragere c'est que pour le moment ils sont obligés de parcourir une marche de plus d'une heure pour s'approvisionner en eau propre, se lamentent-ils.

Ici TV10. Mon nom c'est Olivier Habimana.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

 

 

 

 

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article