Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
TFR-INFO

TFR-INFO

La Tribune Franco-Rwandaise

"THEY KILLED AN ANGEL, MY FIRST BORN SON RICHARD SHEJA" (Espérance Mukashema)

"THEY KILLED AN ANGEL, MY FIRST BORN SON RICHARD SHEJA" (Espérance Mukashema)

"THEY KILLED AN ANGEL, MY FIRST BORN SON RICHARD SHEJA"

Author : Espérance Mukashema, Editions la Pagaie, 15€

Date of publication : December 27, 2016

My name is Espérance Mukashema, I was born in Kigali in the district of Muhima.  
I am married and have four children, including my twins.
I have attended Remera-Rukoma School and also an institution ran by the Bernardine Nuns.
I used to work for Radio Rwanda (public radio station), and have also worked as a stenographer at the district court in Gitarama and Kigali.
I am a survivor of the 1994 Rwandan Genocide; I lost loved ones killed by the Interahamwe militias during the genocide targeting Tutsis.

However my ordeal didn’t end when the Interahamwe were defeated; in fact RPF soldiers would go on to kill my firstborn son during their infamous killing of clergymen including several bishops at Gakurazo.  This sacrilegious massacre was carried out by the 157th battalion led by Fred Ibingira who would late be rewarded with a promotion to the rank of General.

My son killed during this massacre was called Richard Sheja, he was born on 15 October 1985.
I remember the day he was born, his father had just returned from a trip to Italy where he was able to meet Pope John Paul II.

Richard was a very bright child with a loving nature; he was very outgoing, well-mannered and enjoyed playing with other children.
He began attending pre-school in 1990, and was in his second year of primary school just before the war in 1994.  He would amaze all those who had come to know him by his maturity beyond his years and was very attentive and loving to his younger siblings.
He once came home with a child he had seen on the streets begging, and asked me if this child could come to our home every day for some food.

During the genocide, he would often recite a prayer asking the Lord to protect all peoples from the evildoers and murders, he and his siblings had learned this prayer from a Burundian catholic friar who was providing us shelter and protection during the killings in 1994.

The Lord protected him from the Interahamwe evil killers, but unfortunately he would be taken from us by other murderers from the RPF.  His father had been killed by the Interahamwe and Richard would be mercilessly murdered by the RPF who were supposed to be ending the massacres against Tutsi.

They killed him as he was begging for his life with his hands up; they couldn’t take pity on an 8 year old child begging for his life and they shot him dead.

We will always remember you my dear Richard, your family, mum and siblings will always keep you in our hearts.  You have joined your father, grandparents, uncles and other relatives that you had loved so much.

Website www.rwandatheque.com
Or email editionslapagaie@yahoo.fr or lapagaie@rwandatheque.com

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

CESAR 12/12/2016 22:36

Il est de notoriété publique que l'auteur de l'assassinat effroyable de l'enfant d'Espérance Mukashema est Kagame.

Les assassins, impitoyables, ont exécuté l'ordre de Kagame. Impitoyables car le petit garçon qui n'avait même pas dix ans, a regardé ses assassins tout droit dans les yeux. En réaction, il l'ont froidement abattu à bout portant. Ils n'ont pas eu la moindre pitié qui distingue l'homme de l'animal à l'endroit d'un enfant innocent.

Cet enfant comme les autres victimes, ont droit à la justice.
Les assassins doivent répondre de leurs méfaits. Les laisser impunis c'est porter atteinte à la mémoire de leurs victimes,

C'est pourquoi, il y a quelques mois, j'avais suggéré à Madame Espérance Mukashema d'actionner directement Kagame, assassin notoire de son enfant, devant un tribunal du pays dans lequel elle vit si bien entendu celui-ci est un Etat de droit. Il en est de même des membres des familles des autres victimes. Les actions seront recevables. Parler sur la Toile c'est bon mais agir contre les bouchers c'est encore mieux. La parole non accompagnée d'action effective est inopérante voire même du bavardage. Certains rwandais, membres des millions de victimes de Kagame, croient que parce que l'assassin est un président, il est juridiquement et judiciairement intouchable et conséquemment il est inutile de l'actionner directement. Ce raisonnement est inexact car les crimes de Kagame sont constitutifs de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. L'immunité rattachée à la fonction de Kagame est inopérante pour ces crimes. Celui-ci le sait déjà. Cela est vrai dans les régimes despotiques mais dans les Etats démocratiques comme celui dans lequel vit Il est de notoriété publique que l'auteur de l'assassinat effroyable de l'enfant de Espérance Mukashema est Kagame.Les assassins, impitoyables, ont exécuté l'ordre de Kagame. Impitoyables car le petit garçon qu n'avait même pas dix ans, a regardé ses assassins tout droit dans les yeux. En réaction, il l'ont froidement abattu à bout portant. Ils n'ont pas eu la moindre pitié qui distingue l'homme de l'animal à l'endroit d'un enfant innocent. Cet enfant comme les autres victimes, méritent justice. Les assassins doivent répondre de leurs méfaits. C'est pourquoi, il y a quelques mois, j'avais suggéré à Madame Espérance Mukashema d'actionner directement Kagame, assassin notoire de son enfant, devant un tribunal du pays dans lequel elle vit si bien entendu celui-ci est un Etat de droit. Il en est de même des membres des autres victimes. Les actions seront recevables. Parler sur la Toile ces tbon mais agir contre les boucher c'est encore mieux. La parole non accompagnée d'action effective est inopérante voire du bavardage. Les crimes de Kagame sont constitutifs de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Pour ces ces crimes , l'immunité inhérente à la fonction de Kagame est sans effet. La résolution 955 du Conseil de Sécurité qui a crée le TPIR est limpide. Kagame le sait déjà. C'est d'ailleurs cela que le témoignage de Kayumba Nyamwasa relativement à l'assassinat des ressortissants français et autres passagers de l'avion présidentielle le 6 avril 1994 le fait déjà trembler et conduit à danses en désordre dans tous les sens comme en témoignent ses divagations contres les soldats français et leur pays. L'assassinat de cet enfant et des religieux n'est pas connu du public étranger. Celui-ci doit être informé des méfaits de Kagame même contre les gamins qui n'avaient même pas dix ans. Sachant qu'il ne les a jamais niés ou infirmés. Ceux qui condamnent à la perpétuité un handicapé ne seront pas passifs à l'endroit d'un assassin impitoyable des millions de Rwandais, femmes, enfants et homme de tous âges et conditions. Kagame est parfaitement au courant de la présence de cet enfant parmi ses prisonniers. Au regard de son âge et du contexte, il ne peut certainement pas soutenir que son assassinat est un dommage collatéral inhérent à toute guerre. Il a planifié et exécuté son assassinat.

kibondo 12/12/2016 19:46

-last or first son!
- married or widowed!
please review those two information

La Tribune Franco-Rwandaise 14/12/2016 13:16

You are right. First not last. But now "married" (2016)