Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

La Cour pénale internationale s’en prend-elle à l’Afrique ?
La Cour pénale internationale s’en prend-elle à l’Afrique ?

Commenter cet article

CESAR 05/11/2016 20:26

Les USA, la Russie et la Chine, membres originaires du Conseil de Sécurité de l'ONU n'ont pas ratifié le Statut institutif de la CPI. Ils ne sont pas parties au Staut de la Rome parce que pour eux, la Justice internationale sont eux et nullement celle rendue par une organisation comme la CPI.
Le paradoxe est que ces pays ont approuvé la résolution de leur Conseil portant création de la CPI.

Quant aux deux autres grands, à savoir la France et le Royaume Uni, certes, ils sont ratifié le statut de Rome, mais ils ont émis des réserves qui ont vidé le statut de la CPI de toute sa substance.

Il convient de rappeler que ces cinq Etats sont cyniquement appelés communauté internationale et que les résolutions prises par eux sont appelées cyniquement décisions de la communauté internationale. Parmi ces décisions, il y en a l'occurrence, celle de déférer devant la CPI des présidents africains qui, à leur yeux, ne protègent pas leurs intérêts ou refusent de les protèger ou tentent de s'émanciper. Par conséquent, ils doivent être broyés, à défaut de pourvoir les déboulonner par le jeu de création de bandes armées pour semer la mort et la terreur dans leurs qu'ils veulent broyer. C'est ainsi qu'ils ont décidé d'envoyer le Président ivoirien Laurent Gbagbo à la prison de la Haye à défaut de pouvoir l'éliminer par le coup d'Etat. Ils l'ont lui tendu un piège fatal d'organiser une élection dans pays dans lequel son gouvernement n'avait une autorité que la moitié. Ils savaient que cette élection sera entachée d'irrégularités manifestes qui ne seront pas sûrement pas acceptées par le président Gbagbo. Pour montrer sa bonne foi, comme en Haïti, celui-ci a demandé aux maîtres du monde d'accepter le recomptage des bulletins pour savoir s'il a gagné ou perdu l'élection. Il a dit qui si les résultats lui sont défavorables, il s'inclinera devant la décision du Peuple Ivoirien. Ils ont rejeté purement et simplement sa demande. Après l'échec de sa liquidation physique, ils ont décidé de l'envoyer en prison à la Haye. Il a été embarqué comme un colis avarié. Jean Ping, alors président de la Commission de l'Union Africaine a participé activement aux méfaits des maîtres du monde contre le Président Gbagbo. Curieusement, le même Ping crié sur tous les toits qu'il a gagné l'élection présidentielle dans son pays et demandé le recomptage des bulletins de vote alors qu'il a rejeté la demande de Gbagbo sur instruction de Sarkoyz, alors président de la République Française. Le même Sarkozy a approuvé la demandé de Ping. Le président Gbagbo croupit en prison de l'ONU à la Haye.
Les mêmes maîtres du monde ont décidé la destruction de la Libye et la liquidation physique du président Kadhafi, fondateur de l'Union Africaine dont le pays était le grand financier de celle-ci.
Sur ordre des maîtres du monde, Monsieur Jacob Zuma, alors président de l'Union Africaine, sur ordre de ces mêmes maîtres du monde a participé à la destruction de la Libye et approuvé l'assassinat de Kadhafi alors que celui-ci avait apporté une contribution significative à son parti contre le gouvernement sud africain, broyeurs des Noirs Sud Africains.
Sur la liste des africains qui doivent être broyés, figurent le Président Soudanais, Bemba J,P qui est déjà en cage à la Hayes crimes prétendument commis par les soldats dont il était commandant en chef, le Président Kenyan qui a été sauvé par son élection à la présidence de son pays.
Les faits :
1- Plus de 6 millions de morts congolais, femmes, enfants et hommes de tous âges et conditions.
Les auteurs de ces crimes sont Kagame, Museveni et Buyoya, présidents du Rwanda, d'Ouganda et du Burundi ( à l'époque des faits).
2- Des millions de femmes, femmes et enfants réfugiés Hutu réfugiés en ex-Zaïre ont été exterminés par les soldats du FPR, sur ordre de Kagame (voir Rapport Maping de l'ONU), le 6 avril 1994, les deux présidents du Rwanda et du Burundi ont été assassinés par Kagame. Par Kagame car il a maintes fois reconnu publiquement ses méfaits devant des millions de Rwandais et journalistes du Monde entier.
3- Invasion de l'Irak et liquidation physique du président de ce pays par les USA et ses alliés dont le Royaume Uni. Un rapport du parlement britannique précise que l'intervention du Royaume Uni était illégale c'est-à-dire qu'elle était contraire au droit internationale et que corrélativement, le Royaume Uni a bafoué la charte de l'ONU. Des millions de bombes ont été largués sur la population irakienne par ces pays et le nombre de victimes , femmes, enfants et hommes de tous âges et conditions se compte par milliers voire millions sans oublier les conséquences sur la santé des survivants des bombes à charge nucléaire enrichi.
4/ Le coup d'Etat en Egypte contre le Président Morsi , démocratiquement élu suivi de la répression féroce contre les opposants au Coup d'Etat.
5/ Les arrestations et emprisonnements arbitraire des opposants par le président turc suite au coup d'Etat qui a échoué contre celui-ci.
6/ En Birmanie les Rohingyas sont massacrés et chassés de leur terre par les dirigeants de ce pays pour avoir commis celui-ci d'être musulmans
7/Le création et l'armement des bandes armées par les maîtres du monde contre le gouvernement légal de la Syrie sans oublier les bombes de certains pays arabes qui tombent tous les jours sur la population du Yémen.
8/ Le Rwanda de Kagame est le pays qui a le plus grand nombre de prisonnier politique au monde en sus des crimes commis par lui contre les opposants qui ont fui son régime ainsi que l'armement et la formation des bandes armes qui sèment la mort et la terreur contre la population du Burundi, après l'échec du coup d'Etat contre le Président actuel du Burundi.

Le constat

1/ L'impunité totale des auteurs notoires notoires de ces crimes.
2/ L'inaction et le silence de Monsieur Ocampo et Bensouda, procureurs de la CPI ;
3/ Transformation de la CPI en une Cour politique par les maîtres du monde par le jeu de nomination des procureurs quo ont des compétences discutables en matière pénale.
Ocampo, premier procureur de la CPI est un ancien indic de la CIA et n'a jamais pratiqué le droit pénale et encore moins le droit international.
Bensouda est diplômée en droit maritime et nullement en droit pénal. Elle était au service du régime tyrannique de Yahya Jammeh, un dictateur notoire. Par le jeu de piston, elle a été recrutée comme conseillère par son compatriote, Hassan Boubacar Jallow, alors procureur du TPIR et ex-ministre du même régime à savoir celui de Jammeh alors que ses compétences effectives en matière pénale dont elle a fait valoir dans son CV étaient discutables. Il n'y a pas d'autodidacte en droit , surtout pas en droit pénal. L'incompétence de Madame Bensouda est prouvée par la reproduction intégrale des formules toutes faites contre les accuses Hutu du TPIR dans les Affaires Bemba et Gbagbo( voir les extraits sur la Toile). Le comble est qu'elle a reproduit des formules telle que planification du génocide, entente en vue de comme le génocide mais elle mangé ses crayons comme l'ex-procureur du TPIR, son compatriote , lorsqu'il fallait prouvé l'existence effective de cette planification du génocide, devenu un mot passe partout (pour plus d'information sur Bensouda , voire sa biographie sur la toile).
4/ Personne n'a lu ou entendu Bensouda et/ou un rapport de la fameuse commission des droits de l'homme de l'ONU sur les massacres des musulmans birmans, les cadres des Hutu du lac Rweru dont les images ont fait le tout du monde et sur la répression féroce du gouvernement égyptien actuel contre les opposants politique, les bombardement de la population civile au Yemen.
5/ Les maîtres du monde ont décidé d'enterrer le Rapport Mapping de l'ONU et ordonné au procureur du TPIR de pas actionner les auteurs de l'assassinat des présidents rwandais et Burundais et des millions de morts Hutu. Carla Del Ponte a refusé d'exécuter l'ordre conséquemment décidé d'actionner Kagame et autres, la suite est mondialement connue: elle a été immédiatement remercié par ses patrons.
6/ Kagame forme et armes les bandes armées qui sèment la mort et la terreur au Burundi. Le fait est établie et par conséquent insusceptible de contestation. Alors que les faits ne sont pas à prouver, qui a entendu Bensouda ou les représentants qui de la commission des droits de l'homme ci-dessus évoquée ou Bensouda qui vocifèrent contre les autorités burundaises?
7/ Les soldats de Kagame ont, sur ordre de celui-ci , exterminés des milliers de réfugiés burundais à l'Est du Rwanda. Ils étaient pourtant sous la protection du HCR. L'extermination de ces réfugiés a été portée à la connaissance du secrétaire générale de l'ONU, à savoir Boutros Boutros Ghali et au Conseil de Sécurité de l'ONU appelé cyniquement communauté internationale. Qu'ont fait les pourfendeurs du gouvernement burundais ? Qu'a fait le HCR pour que les exterminateurs des Hutu burundais qui étaient sous sa protection répondent de leurs méfaits? Qui a entendu la FIDH, Amnesty Interantional, le Haut Commissariat des Droits de l'Homme de l'ONU ou lu ses rapports sur le génocide de ces Hutu Burundais.

Le crime de génocide est imprescriptible. Il serait judicieux et temps que le gouvernement burundais porte cette affaire devant le conseil de sécurité. Le monde entier verra alors l'attitude des cinq grands dits communauté internationale.

La transformation de la CPI en une Cour Politique comme la commission ci-dessus citée devenue une commission politique et un outil de chantage des maîtres du monde contre les dirigeants africains, a fait perdre cette Cour sa qualité d'une Cour de Justice internationale. Elle a perdu sa raison d'être.

Au regard des faits pris dans leur ensemble, les décisions qui ont été prises et qui seront prises par certains Etats africains tels que le Burundi et la RSA sont celles qu'auraient prises tout gouvernement digne de ce nom dans les mêmes circonstances.

Ceux qui violent impunément le droit international, les droits de l'homme des africains dont le droit des victimes à la justice, ceux qui ont refusé de ratifier le statut de Rome, qui envahissent les pays et détruisent des millions de vies humaines, qui soutiennent les tyrans et sanguinaires comme Kagame, Museveni, Jammeh et autres sont mal placés pour faire donner les leçons dans le domaine du respect des droits de l'homme, du droit international et de la moral.

Les autorités burundaises actuels savent parfaitement comment fonctionnent le monde actuel, ce que semblent manifestement ignorer les prétendus maîtres du monde. Il s'ensuit que leur chantage à l'endroit des autorités burundaises est inopérant.

Il faut espérer que celles-ci n'enterreront pas l'honneur et la dignité du Peuple Burundais, Peuple d'Afrique Centrale qui vient du fond des âges.

Le contingent des soldats burundais d'ONUSOM a subi de lourdes pertes dans l'intérêt de la Paix en Somalie. Les soldats qui sont tombés sous les balles des Shebabs somaliens ont laissé de veuves et orphelins burundais et nullement somaliens, américains, français, allemands ou autres. Les lourdes pertes s'expliquent par le fait qu'alors que face à la détermination et courage des Shebabs, les soldats d'autres contingents fuyaient alors que les soldats burundais les ont courageusement affrontés. Les faits ne sont pas à prouver.

Au lieu de rendre hommage au soldats burundais dont le sang a été versé pour la Paix en Somalie, les maîtres du monde font cyniquement du chantage au gouvernement burundais par leur décision de baisser ou de supprimer leur participation financière afférente à son contingent ou de le faire rapatrier, le tout pour le faire tomber après l'échec cinglant du coup d'Etat contre le président Nkurunziza. Ils ont déployé toute armada de moyens liquider le président Nkuruniza.
La question est de savoir s'ils réussiront.
Le président américain Rigan a dit que les Noirs sont comme des Zébus. Il suffit de parler avec lui et l'inviter à table pour qu'ils se mettent dans la tête que le président américain est son ami. Toujours, selon lui, in fine, on peut les tourner dans le sens que l'on veut comme des Zébus.

Les anti-Nkurunziza sont vautrés ici à Kigali sous la protection de Kagame, devenu leur maître, le tout avec les aides des sponsors et du régime Kagame. Ils participent activement à la campagne internationale de chantage et d'autres méfaits contre le gouvernement de leur pays et leurs compatriotes. Ce qui est surprenant et invraisemblable est que la majorité de prétend être intellectuelle. Ils crient sur tous les toits qu'ils ont fui le régime dictatorial de Nkurunziza parce qu'ils sont intellectuels. Or, il n'est pas à prouver qu'en matière de dictature, à côté de Kagame, Nkuruniza est un nain. Pour eux, Kagame, un tyran sanguinaire qui a toujours publiquement reconnu ses méfaits est un démocrate, raison pour laquelle ils sont venus ici et bénéficient de sa protection.

Les maîtres du monde qui veulent la tête du président burundais utilisent les nègres Burundais dits intellectuels et Kagame pour réaliser leur objectif. Ils sont tournés dans tous les sens comme des zébus évoqués par Rigan pour détruire leur pays. Leurs agissements sont la preuve irréfutable du bien-fonde des propos de Rigan.

Ils sont au chaud ici au Rwanda. Leurs enfants fréquentent les écoles des oligarques du régime. Ils bénéficient des bourses de l'Etat rwandais sur décision de Kagame alors que des milliers d'enfants Hutu dont les parents sont touchés par la paupérisation caractérisée quittent l'école ou ne peuvent pas accéder à l'enseignement supérieur par maque de moyens. Je dis Hutu parce que tous les Tutsi ont la qualité de rescapés et conséquemment, ils bénéficient de plein droit de tous les droits prévus par la constitution Kagame afférents à leur qualité.

Kagame a exterminé des millions de Hutu dans l'unique dessein de les réduire à une proportion acceptable par lui. Constatant que les Hutu sont toujours nombreux et majoritaires au Rwanda, ila publiquement regretté de n'avoir pas terminé le travail c'est-à-dire de n'avoir pas exterminés tous les Hutu, femmes, enfants et homme de tous âges et conditions. Son entreprise a échoué.

Aux actifs de Micombero, Bagaza et Byoya, il y a des milliers de cadavres Hutu? Micombero et Bagaza on répondu à l'appel de leur créateur , demain ce sera le tour de Buyoya. Leur objectif était de réduire les Hutu à une proportion acceptable par eux. Les Hutu sont toujours nombreux au Burundi? Ont-ils atteint leur objectif?

Le Burundi d'aujourd'hui et celui de demain n'est pas et ne sera certainement pas le Burundi d'hier. C'est le Burundi de tous les Burundais, contrairement au Rwanda qui est le Rwanda des oligarques Tutsi. Mais qui ne le sera sûrement pas demain?

Les années ne produisent pas les âges mais la vieillesse. La vie humaine n'est qu'un passage ici bas et sur 'échelle du temps, elle est très courte. En tout état de cause, leurs entreprises sont vouées à l'échec, peu importe les moyens mis en œuvre pour mettre en place un régime au service des maîtres du monde. Ces gens pensent-ils à l'avenir de leurs progénitures?