Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Tribune Franco Rwandaise

La Tribune Franco Rwandaise

Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

Sécurité au Burundi : le gouvernement tacle la France

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

CESAR 30/07/2016 21:01

Sécurité au Burundi : le gouvernement tacle la France

Abapolisi 228 ba ONU bagiye gukora akahe kazi i Burundi ?

Le Conseil de Sécurité ou en fait le groupe des maîtres du monde a décidé d'envoyer au Burundi 228 policiers. Pour faire quoi? C'est la MINUAB. Tous ceux qui ont suivi l'Affaire de la MINUAR dans les années 90 savent qu'il s'agit en réalité d'une manœuvre ourdie par les auteurs de la résolution portant sur l'envoi au Burundi d'un groupe de 228 policiers aux seules fins de couler le gouvernement burundais après l’échec cuisant du coup d'Etat contre le président Nkurunziza. Il ne s'agit pas de policiers pour assurer la sécurité des Burundais contre les agissements des escadrons de la morts venus du Rwanda, siège du mal mais d'opérer contre le gouvernement burundais et partant renforcer l'efficacité d’actions de Kagame contre les citoyens Burundais. Le cas de la MINUAR avec le Général Dalaire est de notoriété publique quant aux méfaits de celui-ci. Que pourra faire le gouvernement burundais pour éviter de tomber dans le même piège que le gouvernement rwandais d’alors ? Il pourra avoir le mot à dire sur les Etats qui enverront les policiers. Il devra exclure les Etats qui sont contre le Gouvernement Burundais. Il convient de préciser que Kagame a refusé irrévocablement que la France envoie ses soldats dans le cadre de la MINUAR. Et sa décision a été acceptée par le Conseil de Sécurité. Ensuite, ces policiers devront opérer en étroite collaboration avec les policiers burundais. Enfin, ils devront respecter les lois burundaises. Le Burundi est en Etat souverain. Quiconque est sur le territoire burundais doit impérativement respecter les lois de l’Etat Burundais. A défaut, il devra être renvoyé à son envoyeur. Les lieux de positionnement de ces policiers devront être déterminés par le gouvernement burundais. Au cas où ces policiers auraient été envoyés au Burundi pour présenter les billets de dollars US aux filles burundaises et non pour participer à la protection des Burundais contre les méfais de Kagame ou rester passifs face aux assassinats et autres actes terroriste des criminels formés et armés par Kagame, dans ce cas, ils devront retourner dans leurs pays. Le gouvernement burundais devra être ferme. Il en va de sa crédibilité. A défaut, il sera coulé. Il convient de rappeler que c’est la France qui a présenté le projet de résolution sur le fondement du Chapitre VII de la Charte de l’ONU. Force est de constater que la France n’a pas proposé expressément au Conseil de Sécurité de sommer Kagame à se conformer strictement à la Charte de l’ONU. Par leur silence sur les crimes commis par celui-ci contre les paisibles citoyens burundais, les maître du monde lui ont délivré un passeport de tuer en toute impunité. Il s’ensuit que la présence de ces policiers n’aura aucun effet sur les agissements négatifs de Kagame comme ce fut exactement le cas au Rwanda. La présence de la MINUAR n’a eu aucun effet sur ses actions négatives. Au contraire, elle a renforcé leur l’efficacité par le biais du Général Dallaire, dont la mission était d’informer Kagame sur la force et la faiblesse de ses adversaires d’alors.