Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

La Tribune Franco-Rwandaise

Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

Rwanda : fin du statut de réfugié pour les citoyens ayant quitté le pays.

com
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 21/07/2016 15:25

"Rwanda : fin du statut de réfugié pour les citoyens ayant quitté le pays."
1/ « Article premier - A. Aux fins de la présente Convention, le terme « réfugié » s'appliquera à toute personne : (...) 2) Qui craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner. »

2/ Article 14 : 1) Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays. 2) Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations unies.

3/ Article premier C. Cette convention cessera, dans les cas ci-après, d’être applicable à toute personne visée par les dispositions
de la section A ci-dessus :
(1) Si elle s’est volontairement réclamée à nouveau de la protection du pays dont elle a la nationalité ; ou
(2) Siayant perdu sa nationalité, elle l’a volontairement recouvrée ; ou
(3) Si elle a acquis une nouvelle nationalité et jouit de la protection du pays dont elle a acquis la nationalité ; ou
(4) Si elle est retournée volontairement s’établir dans le pays qu’elle a quitté ou hors duquel elle est demeurée de crainte d’être persécutée ; ou
(5) Si, les circonstances à la suite desquelles elle a été reconnue comme réfugiée ayant cessé d’exister, elle ne eut plus continuer à refuser de se réclamer de la protection du pays dont elle a la nationalité ;
Étant entendu, toutefois, que les dispositions du présent paragraphe ne s’appliqueront pas à tout réfugié visé au paragraphe 1 de la section A du présent article qui peut invoquer, pour refuser de se réclamer de la protection du pays dont il a la nationalité, des raisons impérieuses tenant à des persécutions antérieures ;
(6) S’agissant d’une personne qui n’a pas de nationalité, si les circonstances à la suite desquelles elle a été reconnue comme réfugiée ayant cessé d’exister, elle est en mesure de retourner dans le pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle ;
Étant entendu, toutefois, que les dispositions du présent paragraphe ne s’appliqueront pas à tout réfugié visé au paragraphe 1 de la section A du présent article qui peut invoquer, pour refuser de retourner dans le pays dans lequel il avait sa résidence habituelle, des raisons impérieuses tenant à des persécutions antérieures.

La convention de Genève sur les réfugiés définit le mot réfugié et précise les conditions de cessation de statut de réfugié politique.

Les faits:
1/ Le régime Kagame un régime despotique et sanguinaire.
2/ Le Rwanda est le premier pays en Afrique qui a le plus grand nombre de prisonniers politiques.
3/ Le Rwanda est le premier pays en Afrique dont le Président s'est déclaré président à vie par le jeu de violation flagrante de la constitution de son pays, après avoir sommé les Rwandais à approuver son méfait.
4/ Le pluralisme d'opinions pourtant prévu par notre constitution est en fait interdit au Rwanda. Mais il existe en fait. Le nombre significatif de leaders politiques qui croupissent dans les geôles de Kagame en est la parfaite illustration. Ceux qui ne sont pas en prison ont pris le chemin d'exile.
5/ Le Rwanda de Kagame sème impunément la mort et la terreur au Burundi et au Kivu, le tout au vu et au du HCR.

Le droit de résister à l'oppression d'un régime comme celui de Kagame ou de fuir celui-ci est internationalement reconnu par les Etats démocratiques.

Des millions de Rwandais ont trouvé refuge dans plusieurs pays du monde.
Les raisons ci-dessus qui les ont poussés à quitter le Rwanda et à demander la reconnaissance de statut de réfugiés politiques subsistent, le tout sous peine de nier cyniquement l'évidence absolue et corrélativement de soutenir que le régime est un régime démocratique.

Il en résulte qu'il ne peut y avoir cessation de statut de réfugié politique pour les Rwandais réfugiés à l'étranger dont des milliers sont membres des partis d'opposition ou sympathisants de celle-ci au demeurant opérant à l’intérieur du Rwandais avec des antennes relais légitimes à l’étranger.

Par ailleurs Kagame est connu pour sa haute expertise dans les divagations et incohérences manifestes. Mais concernant les réfugiés, il a perdu les pédales. Le monde entier sait qui il est et ses funestes exploits en matière des droits de l'homme. La honte est pour lui un mot dépourvu de sens.
Il faut espérer que le HCR observera les stipulations ci-dessus reproduites qui sont limpides et partant insusceptibles d'interprétation. Il serait judicieux que tous les réfugiés rwandais dans le monde se dotent d'une structure unique, gérée par une personne intègre, qui a entre autres le sens du devoir et des compétences ou des connaissances en droit international humanitaire, pour défendre leurs intérêts. La centralisation des problèmes rencontrés par les réfugiés dans les pays d'accueil ou dans leurs rapports avec le HCR au surplus infiltré par Kagame permettra de les gérer utilement. Dans le passé, certains agent du HCR dont certains Rwandais connaissent les noms se sont illustrés par l’envoi des milliers de réfugiés rwandais en ex-Zaïre à la mort au Rwanda, par le jeu de rapatriement forcé au Rwanda et/ou ou les affamant par privation de subsides élémentaires. Plusieurs enfants en bas âge sont morts de soif et de faim. Les faits sont de notoriété publique.
Il faut espérer que certains agents du HCR ne répéteront pas ces méfaits qui ont jeté un discrédit sur le HCR. Le moment venu, les rescapés perleront.