Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

La Tribune Franco-Rwandaise

Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

Le régime de Kigali refuse l'accès aux soins à l'opposante Victoire Ingabire en prison depuis octobre 2010

com
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 29/07/2016 17:29

Kagame refuse que sa prisonnière soit examinée par un médecin choisi par elle-même. La question est de savoir pourquoi.

A mon humble avis, Sous réserve de me tromper et l'histoire jugera, probablement, Kagame empoisonne au compte-gouttes la présidente des FDU c'est-à-dire il a ordonné aux gardiens de prison de mettre dans sa nourriture de petites doses de poison sans conséquences immédiatement ou à court terme visibles sur la santé de la prisonnière. Les effets de l'empoisonnement se manifestent plusieurs années voire plusieurs mois après la première inoculation. Envoyant en prison pour plusieurs années la présidente des FDU, à défaut de la faire liquider physiquement par ses escadrons de la mort, Kagame a opté par la mort douce de l'intéressée, tout en veillant à ce qu'elle ne meurt pas en prison. La mort de sa prisonnière après sa sortie de prison ne sera pas suspect. Le monde entier dira qu'elle est mort naturellement ou d'une maladie sans rapport avec son incarcération ou son régime en prison. Dès lors Kagame ne pourra pas être suspecté d'avoir tue son ex-adversaire politique. Par ailleurs, comme il est s'est déjà arrogé le titre de Roi de fait ou Président à vie du Rwanda, il le sera juqu'à ce que le plus décide autrement. Il s'ensuit qu'Ingabire ne pourra pas le déséquilibrer politiquement. Etant Roi, Loi, Justice et Juge dans ce pays, Kagame a déjà décidé le sort de la Prédente des FDU.

Exemple : Plusieurs anciens haut fonctionnaires civils et militaires Hutu des gouvernements rwandais précédents qui n'ont pas fui le régime Kagame ont été emprisonnés sans dossier. Ils sont morts des maladies inconnues quelques mois voire années après leur sortie de prison alors qu'ils étaient prétendument examinés régulièrement par un médecin envoyé par les maîtres du Rwanda. Celui-ci a indiqué que leur état de santé est satisfaisant. Ils présentaient les mêmes symptômes: les organes internes et tout le corps broyés avec les résultats d'examins sanguins négatifs, selon leurs médecins rwandais. Les symptômes sont identiques à ceux présentés par certains cadavres que j'ai vus lors de mes cing ans de prison sans dossier: Les morts pourris à l'intérieur consécutivement aux morceaux de bouteilles invisibles ainsi que d'autres poisons mis dans leur nourriture par leurs géôliers. Ce fait est de notoriété publique. Il convient de préciser que l'autopsie des morts Hutu dans les geôles de Kagame est strictement interdite. Cette intedirdiction a nécessairement une signification précise.

Sur ordre de Kagame, les demandes d'autopsies formulées par certains membres des familles des victimes ont été rejetées sans explication aucune. De plus, certains de ces malades ont demandé l'autorisation d'aller se faire soigner à l'étranger mais leurs demandes ont été rejetées. Enfin, après leur sortie de prison, après plusieurs années de calvaires dans les geôles de Kagame, ils ont été frappés d'interdiction de sortir du Rwanda.

Au regard de l’ensemble des faits et des cas précis, au surplus vérifiables quant à leur véracité, si un médecin étranger examine cette prisonnière, il devra nécessairement faire un bilan sanguin complet. Or, si Kagame donne son accord, en tout état de cause, les examens sanguins démontreront qu’Ingabire Umuhoza a été empoisonnée. Ainsi Kagame sera démasqué, ses sponsors seront alors contraints de réagir négativement à son endroit et le monde entier saura qui est effectivement Kagame. Pour ce motif, il a pris des précautions par le refus d’autoriser sa prisonnière de se faire examiner par un médecin de son choix.

Que celui qui a une autre analyse du refus flagrant et stupéfiant de Kagame en partage avec les lecteurs de TFR INFO.

J'ose espérer que l’histoire me démentira.