Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Tribune Franco Rwandaise

La Tribune Franco Rwandaise

Le blog de Jean-Marie Ndagijimana

Burundi : Me Bernard Maingain pousse le bouchon un peu trop loin

Burundi : Me Bernard Maingain pousse le bouchon un peu trop loin
Burundi : Me Bernard Maingain pousse le bouchon un peu trop loin
Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 22/01/2016 13:19

Sur l'Affaire Maingain, la question que tout homme rationnel se pose est les suivantes.
Monsieur Maingain est de nationalité belge.
Pour aller au Burundi, il lui faut impérativement un visa d'entrée comme un Burundais qui va en Belgique, son pays. Il n'y a pas de convention de dispense de visa entre le Burundi et la Belgique pour leurs ressortissants.
Maingain a affirmé s'être rendu au Burundi et être témoin oculaire des prétendues atrocités commises par le gouvernement burundais et son président contre les Batutsi burundais. Autrement, il est expert dans la distinction ethnique des victimes burundaises et en cette qualité, il a pu constater que les victimes des atrocités évoquées par lui et qui ne sont connues que de lui-même sont exclusivement tutsi.
Comment cet individu est-il allé au Burundi sans visa?
Opère-t-il à partir de Kigali contre le Burundi par l'intermédiaire des renégats et hors-la-loi burundais qui sont vautrés ici à Kigali par le jeu de montage des faux cadavres comme ceux présentés par France3? S'il s'est effectivement rendu au Burundi, pourquoi n'a-t-il pas été soumis à la loi Burundaise à savoir l'envoyer à la barre pour entrer illégale su le territoire burundais?
Au regard de graves menaces qui pèsent sur le Burundi et qui sont lourdes de conséquences pour les Burundais, le Président Nkurunziza, en sa qualité de commandant en chef, doit prouver au Peuple Burundais qu'il est président digne de ce nom, capable de tenir son bâton de commandement.
La loi burundaise doit s'appliquer dans toute sa rigueur et implacablement contre les hors-la-loi, qu'ils soient burundais et/ou étrangers. Il doit s'inspirer de l'exemple du Rwanda sous Habyalimana. Ceux qui veulent sa tête de désarmeront pas facilement. J'ai maintes fois dit que Kagame supporte difficilement l'échec. C'est pour lui un devoir de corriger son fiasco au Burundi. Louis Michel, le député européen belge, ami de Kagame et dont son fils est premier ministre belge n’a-t-il pas dit qu’il déploiera tous les moyens dont il dispose pour couler le gouvernement burundais ou pour avoir la tête de Nkurunziza, devenu pour lui une maladie comme l’était Habyalimana pour ce même député.
Kagame prend le président burundais pour un petit. Pour lui, il doit s’incliner devant lui, sous peine d’en subir les conséquences de ceux qui désobéissent à ses injonctions.
Maintenant qu’il est notoire que le chef des hors-la-loi du coup d’Etat qui a foiré est ici au Rwanda sous la protection de Kagame avec l’appui de la Belgique via son ambassadeur qui, à maintes reprises a reçu l’intéressé à l’Ambassade de Begique, le Burundi doit adresser au Rwanda la demande d’extradition contre celui-là. A défaut, les conséquences logiques devront en être tirées.
Kagame adore le duel. Dès lors, soit il est mis par terre et il s’incline, soit il est débout. Dans ce dernier cas, c’est pour lui devoir de relever le défi c’est-à-dire mettre son adversaire sur le tapis, vif ou mort.