Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par La Tribune Franco-Rwandaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CESAR 16/12/2015 12:41

Par ses jugements, le TPIR a montré au monde son vrai nom et ses missions réelles.
Son vrai nom: tribunal politique, service extérieur du régime Kagame.
Ses réelles missions: être au service du régime du tyran Kagame pour traquer et condamner voire liquider les Hutu listés, considérés comme une menace pour Kagame et son parti-Etat FPR.
Les faits sont têtus, a dit Kagame.
Ce tribunal a été incapable de prouver
1/ l'existence de la planification du génocide dit des Tutsi,
2/ qu'un gouvernement mis en place le 8 avril 1994 est l'auteur de cette prétendue planification.
3/ l'existence du lien entre Akazu qui, selon les procureurs qui se sont succédé, est une organisation criminelle dirigée par Bagosora Théoneste, planificateur en chef du génocide des Tutsi et le gouvernement intérimaire, sous la direction de Kambanda, alors banquier, qui a accepté de diriger le gouvernement par devoir. Il a été condamné pour planification du génocide des Tutsi. Or, la planification d'un crime précède logiquement sa commission. Il s'ensuit que la planification de ce génocide mentionné dans tous les actes d'accusation contre les Hutu y compris ceux des acquittés et élément clé dans la stratégie d'accusation du procureur est antérieure au 6 avril, date d'assassinat du Président Habyalimana. Dans ce cas, ses auteurs sont nécessairement ceux qui dirigeaient le Rwanda d’alors à savoir l'opposition, le FPR et autres. Devant les juges, sur ce point, les procureurs ont divagué. In fine, le mot planification du génocide des Tutsi a été rayé du vocabulaire des juges du TPIR. Dans l'affaire commentée, Madame Nyiramasuhuko a été condamnée pour planification et commission du génocide des Tutsi. Autrement dit, elle est l'auteur d'une planification qui n'a jamais existé.
Une fois de plus, alors que les charges contre l'accusée n'ont pas été prouvées par le procureur, pour montrer qu'ils ont travaillé, les juges n'ont pas voulu désavouer le procureur Jallow, ex-procureur de Gambie, sous le régime Jammeh Yahya, un tyran notoire, qui n'a jamais pratiqué le droit pénal tant interne qu'international. Ils ont alors procédé au bricolage juridique comme dans les affaires Kamanda, Kamuhanda, Ntabakuze, Bagosora, Ngirabatware et autres.
La réduction des peines est inopérante quant aux méfaits du TPIR. Les juges decelui-ci ont bafoué en flagrance la résolution 955 du Conseil de Sécurité de l'ONU.Ils ont violé le statut de ce tribunal en toute impunité. Par la nature réelle de cette jurdiction à savoir un tribunal politique au service du régime Kagame et nullement à celui de la justice internationale, le TPIR s’est irrémédiablement discrédité. Le mal qu’il a commis est irréparable. L’histoire jugera.